RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Guerre en Ukraine : que faire et ne pas faire maintenant ?

Comme tout le monde, y compris ceux qui l’annonçaient depuis des mois, j’ai été surpris par le déclenchement de l’opération militaire russe en Ukraine hier. Mais ces nouveaux développements ne changent rien au fond en ce qui nous concerne directement, nous en France.

Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie et la Russie n’est pas notre ennemie.

A écouter les intervenants politiques autorisés on a l’impression du contraire. Il faut faire en sorte que cette escalade verbale n’en devienne pas véritable. Il faut démasquer les postures vertueuses et les discours d’Union sacrée.

Rien ne changera la vérité fondamentale que la France n’a rien à faire en Ukraine. Elle n’a aucun intérêt national à y défendre et tout intérêt au contraire à s’en tenir à l’écart.

La France ne doit pas fournir d’arme à l’Ukraine ou encore moins aux groupes ukrainiens anti-russes et bandéristes. On ne doit rien au régime ukrainien issu d’un coup d’État en 2014 opéré par des milices néo-nazies et qui n’a pu rester au pouvoir que par l’injection massives de subventions et de corruption, l’intimidation physique des opposants de gauche et russophones. Son respect de l’opposition ou des minorités - en l’occurrence, de la majorité - linguistiques est du même niveau que celui de la Turquie d’Erdogan. Elle n’a certainement pas à l’aider ni à lui fournir des armes pour prolonger un conflit pour le transformer en guerre de trente ans comme en Irak.

Les Français n’ont pas à faire la guerre dans un pays qu’ils ne connaissent pas pour une cause qu’ils ne comprennent pas.

La responsabilité principale du conflit est à chercher du coté de l’OTAN qui a organisé un coup d’État antirusse en Ukraine en 2014, déclenché la guerre civile dans ce pays, favorisé la réémergence du nazisme, couvert des crimes contre l’humanité, et qui a méprisé dans son projet d’expansion vers l’Est les avertissements très clairs du Kremlin. Même si on peut penser légitimement que Poutine a eu tort de céder à la provocation.

Maintenant que le mal est fait, il faut agir pour empêcher l’escalade du conflit. Les Occidentaux vont tenter de mettre en œuvre un maximum de mesures hostiles à la Russie pour l’isoler, qui nuiront à la vie quotidienne des Russes, à l’économie européenne et qui seront autant de mèches allumées pour l’aggravation du conflit et autant de pas vers une guerre ultérieure de grande intensité, voire nucléaire.

Ils vont aussi favoriser la subversion et le terrorisme interne en Ukraine en Russie pour tenter de créer un enlisement militaire comme ils ont fait en Afghanistan. Voulons-nous rééditer le crime que nous avons commis contre le peuple afghan et détruire ces pays en semant le chaos, en armant fascistes et terroristes, déguisés en démocrates pour les besoins des plateaux-télés ?

Il faut agir aussi pour défendre le droit à l’expression des médias russes en Occident, que les sous-fifres de l’impérialisme qui nous gouvernent veulent interdire. Apparemment ils manquent d’arguments, alors ils veulent faire taire la voix de la Russie, mais aussi le pluralisme des opinions chez nous.

Pas une arme, pas un soldat pour la guerre en Ukraine ! Sortie de l’OTAN, matrice de guerre et d’ingérence ! La France doit proposer une médiation et non prendre fait et cause pour l’une de partie en se basant sur la vision biaisée des médias capitalistes, contre la raison élémentaire et pour servir les intérêts des États-Unis.

GQ, 25 février 2022

Source

URL de cet article 37785
  

TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le rôle d’un bon journaliste est de s’en prendre aux abus de pouvoir des puissants. Et lorsque cela arrive, la réaction est toujours violente.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.