RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Hair les oppressions, rabaisser les fétiches mais respecter la dignité des humains.

Ce texte porte plus sur les minorités, terme flou et même critiqué. Toutes ne seront pas évoquées. La question est complexe. Une orientation générale y est proposée. Ce texte ne met pas l'accent sur les dominations économiques des firmes transnationales, ni sur celles politique des Etats de la triade, ni sur le poids des industries de la guerre.

Cela pourrait faire l’objet d’un texte prochainement puisque nous allons probablement évoquer les dix ans, le 15 février 2003, des grandes manifestations dans de nombreux pays contre la guerre de W Bush contre l’Irak. Jamais les peuples-classe du monde n’avaient autant manifester le même jour.

- Vivre ensemble, égaux et libres, avec nos différences sans les oppressions.

Respecter, reconnaitre et saluer la dignité des minorités - terme parfois critiqué - que sont dans la plupart des sociétés de la planète les homosexuels, les lesbiennes, les handicapés, les vieux, les femmes sexy, les femmes voilées un peu ou beaucoup, les nudistes et naturistes, les musulmans, les juifs, les cathos, les athées de toute couleur de peau, de toute culture. Est-ce de l’hypocrisie ? Non car il s’agit aussi de ne pas tolérer les oppressions, les dominations, les exploitations. Ce n’est que l’application de la formule "Aimer les humains, hair les oppressions" (1). Quand aux fétiches, ce sont les dispositifs économique (la finance, le marché, etc), juridiques, techniques, institutionnels, politiques (drapeau, hymnes national), etc.. qui dans un cadre laique surplombe les humains, qui leur mettent une majuscule pour les vénérer comme des dieux.

Outre le classisme (2), le sexisme, le racisme ainsi que l’impérialisme sous toutes ses formes (coloniale et néocoloniale, économique et politique) il faut critiquer tout ce que les monothéismes portent en eux de patriarcal et, outre cette critique, lutter surtout contre les intégrismes religieux. Ne pas lutter contre les intégristes religieux que ce soit dans l’islam, le judaisme, ou le christianisme c’est faire plus de place partout dans le monde à la peste raciste, à l’antisémitisme, à l’islamophobie, aux formes de nationalisme et de xénophobie aujourd’hui en lien avec le "choc des civilisations". Ne pas critiquer l’autoritarisme des intégristes au plan politique (démocratie et laicité) mais aussi au plan des moeurs c’est aussi faire plus de place aussi au sexisme et au sexoséparatisme (forme de sexisme). Ce sont les intégrismes de type musulman ou juif ou chrétien qui portent comme la peste l’oppression des femmes, des homosexuels, des nudistes, des femmes sexy. Ils ont une haine incoercible pour ces individus.

- Intégrisme religieux indentitaire : l’exemple de Jérusalem ou le multiculturel hyper-religieux.

Jérusalem est devenu ville très religieuse d’apparence et de plusieurs religions, les trois grands monothéismes et leurs tendances internes plus d’autres religions plus petites. Jérusalem est beaucoup moins laique et sécularisé qu’avant. (Lire Géo de dec 2012 à défaut de pouvoir comparer par soi-même).

Un tel concentré d’affichage ostensible de religion a quelque chose d’oppressant ; quelque chose qui coupe le souffle parfois. Du moins, pour des personnes athées ou agnostiques vivant dans des pays multiculturels mais largement sécularisés. Mais ce n’est pas les musulmans, les juifs et les chrétiens qui sont ici en cause, du moins pas en tant que tel. Pas plus leur texte sacré d’ailleurs ici du moins. C’est, à notre avis, autre chose.

Ce qu’il faut viser c’est surtout un mécanisme d’appartenance à la fois religieux et identitaire fort soucieux de distinction et qui construit de ce fait des séparatismes, d’abord séparatisme entre communautés (sauf zone commune hyper religieuse) et, ensuite, du fait de la présence des "juifs haredim", sexoséparatisme . Ce sexoséparatisme très sexiste n’a rien à envier à celui des musulmans autoritaires. C’est ce mécanisme qu’il faut analyser et comprendre car il constitue un puissant vecteur d’oppression(s). Il y a d’ailleurs cumul des oppressions. Le blindage identitaire et communautaire crée du sectarisme, du multiculturalisme (assez peu divers en terme d’apparence) emprunt de peur et de sécuritarisme mais pas beaucoup d’interculturel.

- L’interculturel c’est autre chose que la crispation identitaire.

La laicité et une sorte de "lâcher prise" réciproque (pas unilatéral) qui passe par le rabaissement des symboles religieux distinctifs favorisent beaucoup l’interculturel, l’échange égalitaire. Il y a, sans doute, à Jérusalem de telles personnes mais elles ne semblent plus majoritaires.

Il est vrai que l’arrière-plan politique, non évoqué ici (expulsion, expropriation, judéisation), ne favorise pas l’interculturel.

Christian Delarue

1) cf JP Sartre puis J Ziegler . Voici le commentaire de J Ziegler, que l’on peut ne pas partager, à propos de la formule de Jean-Paul Sartre qui disait : "Pour aimer les hommes, il faut haïr ce qui les opprime", tout est dans ce "ce". La réaction n’est pas dirigé contre un groupe d’hommes ou des individus mais contre les mécanismes de l’oppression.

2) Le classime oppose chaque oligarchie nationale contre chaque peuple-classe (les 99% de la population qui comprend les résidents étrangers mais pas la classe dominante). Il a sa traduction continentale et mondiale ou une hyperclasse ou caste tient un grand pouvoir contre les peuples-classe avec l’appui de chaque classe dominante.

URL de cet article 19167
  

L’Archipel du génocide
Geoffrey B. Robinson
Les événements atroces survenus en Indonésie à l’automne 1965 restent encore aujourd’hui largement méconnus du grand public et jamais évoqués par les grands médias. En octobre 1965 débute pourtant l’un des pires massacres de masse du XXe siècle, de communistes ou assimilés, avec l’appui des États-Unis, de la Grande- Bretagne, et d’autres puissances comme l’Australie, les Pays-Bas et la Malaisie. Les estimations varient entre 500 000 et trois millions de personnes exterminées, sans compter les incarcérés, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.