Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Honduras : L’OEA demande de nouvelles élections

Par la voix de son Secrétaire Général, Luis Almagro, l’OEA (Organisation des Etats Américains) demande la tenue de nouvelles élections présidentielles au Honduras. Il a énuméré les « intrusions humaines délibérées » qui font planer le doute sur le résultat final qui a donné Juan Orlando Hernández vainqueur.

Le communiqué dit : « Devant l’impossibilité de déterminer un vainqueur, la seule voie possible pour que le peuple hondurien soit le vainqueur est un nouvel appel à des élections générales. »

Luis Almagro a constaté que la Mission d’Observation au Honduras qualifie le processus électoral d’irrégulier et de déficient, ce qui interdit d’être certain du résultat : intrusions humaines délibérées dans le système informatique, élimination intentionnelle d’empreintes digitales, impossibilité de connaître le nombre de cas où le système a failli, des sacs de bulletins ouverts ou sans procès-verbaux, improbabilité statistique extrême sur le taux de participation, bulletins de vote récemment imprimés et d’autres irrégularités. Ceci s’ajoute à la différence ténue entre les deux candidats ayant recueilli le plus de voix et fait qu’il est impossible de déterminer avec certitude qui est le vainqueur.

L’OEA à désigné des Représentants Spéciaux, les ex-présidents Jorge Quiroga et Alvaro Colom, qui seront chargés des travaux nécessaires à un nouveau processus électoral et de réconciliation démocratique.

Les élections ont eu lieu le 26 novembre et les observateurs internationaux ont relevé de nombreuses irrégularités. A la moitié du dépouillement, le candidat de l’Alliance d’Opposition Contre la Dictature, Salvador Nasralla, avait un avantage de cinq points sur Hernández quand il ne manquait plus que 5000 bureaux de vote à dépouiller et quand le système informatique a été paralysé. Quand il fût rétabli, la différence entre les deux candidats s’était réduite jusqu’à donner l’avantage au président sortant.

C’est le 17 décembre que le TSE (Tribunal Suprême Electoral) a officialisé la victoire de Hernández, malgré les protestations populaires pour fraude qui laissent un bilan de 15 morts, 1500 arrestations et de nombreux blessés.

On pourra remarquer le silence assourdissant des médias traditionnels et de nos politiques bien-pensants quant à cette lutte pour la démocratie que livre ce petit peuple d’Amérique centrale contre une dictature qui a déjà renversé Juan Manuel Zelaya en 2009 parce qu’il a eu l’audace de vouloir consulter le peuple sur la convocation d’une Assemblée Constituante.

Salvador Nasralla a également tenu, avec succès, une conférence de presse devant le National Press Club Washington D.C, considérée, à tort ou à raison, comme le nec plus ultra du journalisme mondial puisque habituée à recevoir les dirigeants politiques les plus influents de la planète. Il n’en reste pas moins que les yeux sont tournés aujourd’hui vers l’Alliance d’Opposition Contre la Dictature qui lutte pour la démocratie dans les rues du Honduras.

URL de cet article 32717
   
Eric Hazan. Changement de propriétaire. La guerre civile continue. Le Seuil, 2007
Bernard GENSANE
Très incisif et très complet livre du directeur des éditions La Fabrique (qui publie Rancière, Depardon, Benjamin etc.), ce texte n’est pas près de perdre de son actualité. Tout y est sur les conséquences extrêmement néfastes de l’élection de Sarkozy. Je me contenterai d’en citer le sombrement lucide incipit, et l’excipit qui force l’espoir. « Dimanche 6 mai 2007. Au bureau de vote, la cabine dont on tire les rideaux derrière soi pour mettre son bulletin dans l’enveloppe s’appelle un isoloir. On voit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.