RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Silence devant les pillards assoiffés de sang et de pétrole.

Humanité zéro

Tels des animaux déguisés, nous assistons aux pires des injustices et des atrocités avec le regard des singes passifs ou en hilarité. C’est du darwinisme à l’envers !

Aveuglés par les mass médias, l’individu de l’ère moderne, aussi intelligent soit-il, souffre d’une stupidité émotionnelle sans précèdent. Claustré dans le cadre sécurisant et abrutissant de consommation et de reproduction, il est convaincu d’une logique centrée sur la légèreté et les futilités ; et qui reste néanmoins bizarrement logique. Cet individu trouve du mal à ordonner ses priorités. Il se voit sensible et prétend être humaniste. Mais il est surtout existentialiste et disons qu’il est plutôt un consommateur manipulé.

Il est évident que, du point de vue humaniste, les lumières doivent être projetées sur le naufrage d’un bateau de plus de cent âmes à bord. Or elles ne le seront que trop sur un événement de beaucoup moins de gravité et de beaucoup plus de futilité d’autant plus que les âmes en question sont celles des émigrés africains par exemple !

Joseph STALINE avait raison lorsqu’il affirmait que la mort d’un homme est une tragédie et que la mort d’un million d’hommes n’est qu’une statistique : c’est l’égoïsme de l’homme contemporain qui se révèle sous un grand jour. La théorie de la proximité fait que nous nous désintéressions des misères de nos congénères pour se focaliser sur les détails insignifiants de nos nouveaux prochains : les stars des médias ! Scoops, rumeurs, scandales de ces superstars de sport ou du cinéma sont souvent à la UNE des journaux et des magazines alors que des hécatombes un peu partout dans le monde passent au reste de l’actualité !

Notre cécité émotionnelle incite à avoir un grand intérêt à la « ligne » plutôt qu’à la famine au Yémen par exemple fut-elle la pire au monde. Là aussi il reste à déterminer le nombre des victimes pour les statistiques alors qu’une action pour sauver des êtres humains reste toujours possible.
Cette cécité fait du transfert d’un joueur un événement et ignore la mort quotidienne de quelques mineurs en Afrique ou en Asie pour extraire de l’aluminium, du tantale ou du lithium nécessaires pour la fabriquer des condensateurs et des batteries pour nos portables et nos consoles.

Notre aveuglement est tel qu’on applaudit les razzias et les guerres injustes reproduites sous forme de croisades libératrices et on tait volontairement de dénoncer l’invasion de ces pilleurs assoiffés de sang et de pétrole. C’est que souvent cet aveuglement intentionnel altère notre droiture et infecte notre honnêteté. Et c’est avec une conscience sans scrupule qu’on joue, avec nos enfants au PlayStation, des jeux de guerre appuyant sur la manette pour bombarder des villages pauvres...

Adil GOUMMA

URL de cet article 32877
  

« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.