RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Fissures. Le bloc occidental n’est plus ce qu’il était.

Il était une fois, le bloc occidental

Chaque jour, il s’effrite un peu plus. Des petits blocs se forment sur des dossiers différents mais toujours avec le même point commun. Le dernier dossier qui fait apparaître au grand jour les divergences occidentales est celui de la Syrie.

John Kerry, le secrétaire d’Etat étasunien, a pris de court tout le monde, dimanche dernier, en annonçant l’intention de son pays de négocier avec le président syrien, Bachar al Assad. Il n’en fallait pas plus pour que, le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, et son Premier ministre, Manuel Valls, sortent de leurs gonds et crient presque à la trahison. Pour un peu, ils gronderaient Kerry. Enfin, si les Etats-Unis n’étaient pas cette puissance bien plus supérieure que les Etats d’Europe réunis. Ils ont tout de même marmonné qu’il était hors de question d’envisager « une solution politique tant que Bachar al Assad restera et John Kerry le sait (sic) » a déclaré, lundi dernier, Valls sur le plateau de Canal +. Il n’a pas pu se retenir comme après la visite, il y a quelques jours, d’un groupe de parlementaires français en Syrie, où ils ont été reçus par Bachar al Assad. L’initiative a été vivement critiquée par d’autres milieux français.

Avec moins de gesticulations, le Premier ministre britannique, David Cameron, rejoint son homologue français dans son « opposition » aux États-Unis. Et pour cause. En août 2012 et alors que l’adoption d’une résolution « à la libyenne » sur la Syrie par le Conseil de sécurité était définitivement bloquée par la Russie et la Chine, l’alliance franco-britannique, sur ce dossier, menaçait, malgré tout d’intervenir militairement contre la Syrie. Sans l’aval de personne. Le jeu « à se faire peur » aura duré, tout de même, une année, soit jusqu’en août 2013 où le Parlement britannique a refusé à Cameron l’autorisation d’intervenir militairement en Syrie. Suivi, peu de temps après, par le Congrès étasunien. Restée seule, la France a baissé le ton.

C’est toute cette « frustration » qui vient d’exploser après les propos de Kerry sur la légitimité du chef de l’Etat syrien. L’argumentaire français est biscornu. Fabius déclare ne pas remettre en cause les institutions syriennes mais il ne veut pas de Bachar al Assad comme chef de l’Etat. La démocratie et la volonté du peuple syrien ne sont pas ses soucis. Même son de cloche à Londres, pour qui « Assad n’a pas sa place dans l’avenir de la Syrie ». Réponse étasunienne très subtile. John Kerry précise sa pensée après la levée de boucliers franco-britanniques : « Bachar al-Assad ne ferait jamais partie des négociations », a-t-il rassuré. Comme pour l’Iran, ce ne sont jamais les chefs d’Etat qui s’assoient à la table des négociations. Ils envoient leurs représentants. C’est-à-dire leurs institutions. Ainsi, tout le monde trouve son compte.

Mais au-delà de cette forme de répliques à fleurets mouchetés, le fond du problème est la dislocation du front occidental sur la gestion des grands conflits qui agitent la planète. On le constate, notamment dans le conflit israélo-palestinien avec l’existence de deux Etats (palestinien et israélien) prônée par les Etats-Unis et une majorité des Etats européens. Jusqu’au Congrès étasunien dont une partie, parmi les républicains, s’oppose à la Maison-Blanche. On le voit dans le nucléaire iranien où les négociations qui avaient démarré en multilatéral se déroulent entre les Etats-Unis et l’Iran uniquement. L’Europe n’est plus à la table.

L’autre grande fissure est le refus de Washington de participer dorénavant à des opérations militaires terrestres à l’étranger. Ajouté au verrouillage russo-chinois du Conseil de sécurité, le tout a déjà fait sauter en éclats le bloc occidental. Un nouvel échiquier mondial se met en place. Il ne manque que l’accord sur le nucléaire iranien.
A la fin de ce mois !

Zouhir MEBARKI

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/212721-il-etait-une-fois-le-bloc-oc...
URL de cet article 28248
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Les Cinq Cubains (éditions Pathfinder)
Une sélection d’articles de l’hebdomadaire The Militant depuis 13 ans sur le combat pour libérer Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Les Cinq Cubains, connus sous ce nom à travers le monde, ont été condamnés par le gouvernement U.S. sur des chefs d’accusation de « complot » fabriqués de toutes pièces et ont reçu des sentences draconiennes. Ils sont emprisonnés depuis leur arrestation après les rafles du FBI en 1998. Leur « crime » ? Avoir surveillé les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.