RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le pétrole de Doha à Washington

Fausse alerte. L’absence d’accord à Doha, dimanche dernier, entre les producteurs de pétrole n’aura pas plus d’incidence sur le prix du baril qu’avant cette réunion.

Après une légère baisse, lundi dernier, due à l’effet d’annonce, le baril est remonté hier à près de 44 dollars pour le Brent. Au-delà des raisons qui divisent l’Arabie saoudite et l’Iran qui sont, comme chacun le sait, d’ordre politique, d’autres paramètres, strictement mécaniques ceux-là, interviennent dans le cours des hydrocarbures. La plupart des médias évoquent les conséquences de l’effondrement des prix sur l’économie de pays qui n’ont pas de grandes réserves financières comme le Venezuela mais ils oublient de citer le cas des Etats-Unis qui reçoivent de plein fouet cette chute des prix.

Pour la première fois de leur histoire, les Etats-Unis avaient, en 2011, réussi à atteindre l’indépendance énergétique grâce à l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste. Sauf que l’exploitation des schistes a un coût. A moins de 70-80 dollars le baril, sur le marché, l’exploitation de ces schistes n’est pas rentable. C’est sur quoi a misé l’Arabie saoudite en refusant de baisser sa production. Ce qui n’a d’ailleurs pas tardé à se révéler exact. Le nombre d’entreprises étasuniennes dans ce type d’exploitation et qui font faillite s’accélère. La production de pétrole étasunien a, de ce fait, baissé de près d’un million de barils/jour en un an à la fin du mois de mars. Et ce n’est pas fini. Sachant que c’est le principe de l’offre et de la demande qui fixe le prix du baril, les surplus ont tendance à fondre.

Comme l’a si bien expliqué Chakib Khelil, grand expert dans ce domaine, la demande mondiale évolue, naturellement, chaque année d’environ 1,5 million de barils/jour. D’autre part, les prix bas et une croissance économique mondiale toujours plus forte incitent à une plus grande consommation de pétrole. Deux facteurs qui influent forcément sur la hausse de la demande alors que le désinvestissement dû à l’affaissement du prix du baril agit a contrario sur l’offre. L’agence internationale de l’énergie confirme cette analyse et prévoit des surplus de 200.000 barils/jour pour la fin 2016 alors qu’ils étaient estimés à 2 millions de barils/jour à la fin de 2015. Ce qui revient à dire que même avec le retour de l’Iran, la hausse du prix du baril est inévitable après une période de transition autour de 50-60 dollars dès le second semestre de cette année. Ceci s’explique évidemment par le recul du schiste américain.

A noter que les Etats-Unis reviennent militairement en Irak. A noter également que le président Obama sera à Riyadh (Arabie saoudite) demain jeudi. Officiellement c’est pour participer au sommet du Conseil de coopération du Golfe. En réalité, ces deux événements interviennent à un moment où l’indépendance énergétique américaine est menacée. Gageons qu’un équilibre du marché pétrolier sera vite retrouvé !

20 Avril 2016

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/239949-le-petrole-de-doha-a-washington.html
URL de cet article 30244
  

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaeda en Syrie - NDR] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables »

François Burgat sur RFI le 9 août 2016.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.