RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le pétrole de Doha à Washington

Fausse alerte. L’absence d’accord à Doha, dimanche dernier, entre les producteurs de pétrole n’aura pas plus d’incidence sur le prix du baril qu’avant cette réunion.

Après une légère baisse, lundi dernier, due à l’effet d’annonce, le baril est remonté hier à près de 44 dollars pour le Brent. Au-delà des raisons qui divisent l’Arabie saoudite et l’Iran qui sont, comme chacun le sait, d’ordre politique, d’autres paramètres, strictement mécaniques ceux-là, interviennent dans le cours des hydrocarbures. La plupart des médias évoquent les conséquences de l’effondrement des prix sur l’économie de pays qui n’ont pas de grandes réserves financières comme le Venezuela mais ils oublient de citer le cas des Etats-Unis qui reçoivent de plein fouet cette chute des prix.

Pour la première fois de leur histoire, les Etats-Unis avaient, en 2011, réussi à atteindre l’indépendance énergétique grâce à l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste. Sauf que l’exploitation des schistes a un coût. A moins de 70-80 dollars le baril, sur le marché, l’exploitation de ces schistes n’est pas rentable. C’est sur quoi a misé l’Arabie saoudite en refusant de baisser sa production. Ce qui n’a d’ailleurs pas tardé à se révéler exact. Le nombre d’entreprises étasuniennes dans ce type d’exploitation et qui font faillite s’accélère. La production de pétrole étasunien a, de ce fait, baissé de près d’un million de barils/jour en un an à la fin du mois de mars. Et ce n’est pas fini. Sachant que c’est le principe de l’offre et de la demande qui fixe le prix du baril, les surplus ont tendance à fondre.

Comme l’a si bien expliqué Chakib Khelil, grand expert dans ce domaine, la demande mondiale évolue, naturellement, chaque année d’environ 1,5 million de barils/jour. D’autre part, les prix bas et une croissance économique mondiale toujours plus forte incitent à une plus grande consommation de pétrole. Deux facteurs qui influent forcément sur la hausse de la demande alors que le désinvestissement dû à l’affaissement du prix du baril agit a contrario sur l’offre. L’agence internationale de l’énergie confirme cette analyse et prévoit des surplus de 200.000 barils/jour pour la fin 2016 alors qu’ils étaient estimés à 2 millions de barils/jour à la fin de 2015. Ce qui revient à dire que même avec le retour de l’Iran, la hausse du prix du baril est inévitable après une période de transition autour de 50-60 dollars dès le second semestre de cette année. Ceci s’explique évidemment par le recul du schiste américain.

A noter que les Etats-Unis reviennent militairement en Irak. A noter également que le président Obama sera à Riyadh (Arabie saoudite) demain jeudi. Officiellement c’est pour participer au sommet du Conseil de coopération du Golfe. En réalité, ces deux événements interviennent à un moment où l’indépendance énergétique américaine est menacée. Gageons qu’un équilibre du marché pétrolier sera vite retrouvé !

20 Avril 2016

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/239949-le-petrole-de-doha-a-washington.html
URL de cet article 30244
  

Même Thème
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est très dur d’être libre lorsqu’on est acheté et vendu sur le marché. Bien sûr, ne leur dites jamais qu’ils ne sont pas libres, parce qu’alors ils vont se mettre à tuer et estropier pour prouver qu’ils le sont. Pour sûr, ils vont vous parler, et parler, et parler encore de droits individuels. Mais lorsqu’ils voient un individu libre, ça leur fout les jetons.

Jack Nicholson, dans le film "Easy Rider"

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.