Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La France et les massacres d’Algériens

Institutions pipées. Aujourd’hui nous commémorons l’anniversaire du massacre perpétré, le 17 octobre 1961, contre nos compatriotes résidant à Paris le 17 octobre 1961, par la police française.

55 ans après, tout n’a pas été dit sur cet horrible crime dont l’Etat français est responsable. Au-delà de la narration des faits que tout le monde connaît, la vérité historique est toujours frappée du sceau « secret défense » en France. 55 ans après, les autorités françaises refusent toujours d’ouvrir les archives aux chercheurs sur cette barbarie. Allant même, pour cela, jusqu’aux mensonges. Parmi les nombreux témoins, Mme Monique Hervo, écrivaine française qui avait manifesté ce jour-là aux côtés des Algériens, est toujours scandalisée. Lundi dernier, et après un « appel contre l’oubli » elle a réaffirmé qu’elle est « toujours autant horrifiée par le refus de reconnaître la réalité du massacre du 17 octobre 1961 qui se déroula dans la capitale française.

Manifestation extrêmement pacifique de 40 000 Algériens contre un couvre-feu qui leur était imposé et de la gigantesque ratonnade qui s’abattit sur eux ». Elle ajoute que « les archives de la brigade fluviale, dont on disait qu’elles étaient détruites, ne le sont pas ». C’est précisément cette persistance de l’Etat français à tout faire pour cacher la vérité qui devrait interpeller autant les hommes politiques que les historiens. Certains ont tenté d’accréditer l’idée de la totale et unique responsabilité à Maurice Papon, préfet de police de Paris à l’époque. Sauf que les mêmes ont tout fait lors de son procès en 1997 pour « crime contre l’humanité » au motif qu’il avait fait déporter 1 600 juifs lors de la Seconde Guerre mondiale, pour ne pas rajouter à son dossier les massacres d’Algériens du 17 octobre 1961. Ce qui confirme que personne ne peut croire qu’il ait pu décider seul les massacres en question sans ordre de sa hiérarchie. D’abord, du ministre de l’Intérieur de l’époque, Roger Frey, un proche de Jacques Soustelle, un acharné de « l’Algérie française » et partisan de l’OAS. Ensuite du Premier ministre d’alors, Michel Debré, autre défenseur de « l’Algérie française » devant l’Eternel. Autant d’anomalies qui expliquent le fonctionnement bancal de l’Etat français. Car et il ne faut pas oublier qu’un mois auparavant, le 8 septembre 1961 plus précisément, le président de la République française, Charles De Gaulle, avait échappé à un attentat de l’OAS dans la commune de Pont-sur-Seine alors qu’il se rendait à Colombey-les-Deux-Églises. Ajoutons que les Français avaient exprimé, lors du référendum au mois de janvier (toujours) en1961, leur « oui franc et massif » à plus de 75% pour l’autodétermination de l’Algérie. Que des négociations avec le GPRA avaient commencé le 20 mai 1961. Dans un tel contexte de fin de guerre, qui, en France, pouvait réagir sauvagement contre des Algériens qui manifestaient pacifiquement ? Une piste que l’Etat français refuse d’ouvrir, au nom de la cohésion sociale.

Cependant, la vérité, sur le 17 octobre 1961 ainsi que celle sur le 8 mai 1945, éclatera. Tôt ou tard !

17 Octobre 2016

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/252119-la-france-et-les-massacres-d...
URL de cet article 31030
   
Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas nous qui aidons Cuba mais Cuba qui nous aide. A comprendre, à rêver, à espérer, à tout ce que vous voulez. Nous, nous ne sommes que solidaires.

Viktor Dedaj

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.