Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Israël fait partie intégrante de l’histoire coloniale moderne »

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « Faith in the Face of Empire », vous décrivez la souffrance spécifique des chrétiens palestiniens. Pouvez-vous nous expliquer ce que signifie être chrétien palestinien sous l’occupation israélienne ?

Rev. Dr. Mitri Raheb : Pour un chrétien palestinien, vivre sous l’occupation israélienne peut signifier des choses différentes. Pour les chrétiens vivant à Gaza, cela signifie vivre dans une grande prison à ciel ouvert sans beaucoup de chances d’entrer et de sortir, et avec des conditions de vie qui se détériorent : seulement 4 heures d’électricité par jour, une eau potable salée et l’air et la mer pollués. Pour les chrétiens palestiniens vivant en Cisjordanie, cela signifie être entouré de colonies juives israéliennes sans espace pour l’expansion, la restriction des mouvements, être entouré de murs et vivre une sorte de système d’apartheid. Pour les chrétiens palestiniens vivant à Jérusalem-est, il s’agit de vivre dans votre propre ville en tant que résident étranger victime de discrimination en termes de fournitures de services municipaux, de permis de construire, etc.

Quel est le poids des fondamentalistes chrétiens dans la décision politique aux États-Unis ? Comment les sionistes influencent-ils le pouvoir politique US ?

Ils sont influents dans une certaine mesure. Ils ne sont pas aussi puissants que les gens pensent ou qu’ils le prétendent. Leur pouvoir réside dans la coalition dont ils font partie. Ils sont utilisés par le lobby israélien AIPAC et ils sont connectés à l’électorat qui a élu le président Trump. Le lobby sioniste de l’AIPAC a joué un rôle majeur en poussant les États-Unis dans la guerre en Irak, en déplaçant l’ambassade à Jérusalem, et dans la position opposée à l’Iran aujourd’hui.

Comment expliquez-vous le soutien des administrations américaines successives à Israël ? Est-il seulement d’ordre politique ou est-il religieux, ou les deux à la fois ?

Le soutien à Israël dans le système politique américain n’a pas trait aux affaires étrangères, mais plutôt aux affaires intérieures. Le lobby israélien AIPAC a été capable de comprendre les faiblesses du système électoral américain et de l’exploiter au maximum. Ils savent que les membres du Congrès américain ont intérêt à être réélus encore et encore. Pour y parvenir, ils doivent consacrer beaucoup de temps à la collecte de fonds. L’AIPAC leur offre des fonds et des donations, ce qui leur permet d’avoir leur mot à dire sur leur position. La religion joue ici un rôle moindre. Ce qui joue un rôle est un facteur culturel : le concept de l’État colonial est profondément ancré dans la compréhension de soi américaine. C’est pourquoi le 4 juillet est si important. En ce sens, l’Amérique reflète Israël et Israël reflète l’Amérique. Cela a été éludé par plusieurs orateurs lors de l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Pourquoi les Occidentaux ferment-ils les yeux sur les crimes d’Israël à l’encontre des Palestiniens ?

Plusieurs facteurs jouent ici un rôle : d’une part, le sentiment de culpabilité concernant l’holocauste et le rôle de l’Occident dans celui-ci ou le fait de ne pas l’avoir empêché. D’un autre côté, beaucoup de gens ont peur d’être la cible des divers groupes de pression israéliens qui opèrent dans de nombreux pays. Ces lobbies fonctionnent comme une sorte de mafia qui fait taire les voix qui osent parler. Troisièmement, l’Occident voit en Israël un État dirigé par des Occidentaux (les Juifs ashkénazes). C’est pourquoi l’Occident ne s’intéresse pas du tout aux Juifs séfarades, aux Juifs ultra-orthodoxes ou aux Juifs antisionistes. D’un autre côté, les Palestiniens sont considérés comme des Arabes et des musulmans où le racisme anti-arabe et l’islamophobie jouent un rôle. L’Occident aime ceux qui leur ressemblent. C’est ce qu’ils veulent dire quand ils parlent des valeurs communes entre Israël et l’Occident.

Peut-on dire que Jésus est assiégé à Bethléem et à Gaza ?

Jésus est en effet assiégé à Bethléem et à Gaza. C’est ce que l’étoile de la croix signifie : la solidarité ultime de Dieu avec les opprimés.

Pourquoi le Révérend Mitri Raheb, le chrétien palestinien, dérange-t-il les sionistes qui ne cessent de l’attaquer à propos de son engagement et de ses écrits ?

Je suis la pierre d’achoppement. Quand je parle en tant que chrétien palestinien, je perturbe leur stratégie de vendre le conflit en tant que conflit religieux entre l’islam et le monde judéo-chrétien. Mais je conteste aussi leur récit, leur utilisation de la Bible comme prétexte pour coloniser la terre et en opprimer les autochtones. Ils ne sont pas habitués au fait que quiconque remette en question les fondements de leur récit. Le monde a accepté leur idée d’être les propriétaires de la terre par ordre divin.

Que pensez-vous du transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem par l’administration Trump ?

Je pense que c’était une erreur stratégique. Ce n’est pas seulement contre le droit international et la convention de Genève, mais cela contredit également les accords signés par l’administration américaine précédente. Cela envoie un message selon lequel les États-Unis ne peuvent pas respecter leurs propres engagements. Les États-Unis sont isolés comme jamais auparavant. Et ils ont perdu leur influence auprès des dirigeants palestiniens.

Le lobby sioniste AIPAC est-il le principal soutien d’Israël dans l’administration américaine ou les fondamentalistes chrétiens comme le vice-président Pence sont-ils aussi influents ?

Comme je l’ai déjà dit, c’est la coalition de l’AIPAC, des évangéliques, en plus du lobby militaire, qui les rend dangereux.

Ne pensez-vous pas qu’Israël est-il construit sur un mensonge historique ?

Israël fait partie intégrante de l’histoire coloniale moderne. Nous avons moins de problèmes avec la relation juive à la Terre Sainte, notre problème est avec l’approche coloniale et la politique israélienne.

Comment expliquez-vous qu’à chaque fois que l’on résiste à l’entité sioniste d’Israël ou à l’idéologie de cette entité, on est traité d’antisémite ?

Souvent, c’est une tactique pour faire taire les voix qui critiquent Israël. Les deux pasteurs évangéliques qui ont pris la parole à l’ouverture de l’ambassade sont antisémites, mais les Israéliens n’ont aucun problème à partager leur lit avec eux tant que l’un et l’autre satisfont leurs désirs politiques.

Mon ami Richard Falk se fait régulièrement attaquer par le lobby sioniste. Ne pensez-vous pas que la cause juste du peuple palestinien est une cause qui concerne toute l’humanité ?

Oui, pour deux raisons : premièrement, la communauté internationale fait partie du problème dans notre conflit. Si le conflit était uniquement entre les Israéliens et les Palestiniens, nous aurions pu le résoudre il y a longtemps. C’est le soutien aveugle de l’Occident à Israël qui maintient le conflit en vie et alimente l’entreprise militaire israélienne. Deuxièmement, la question palestinienne est aujourd’hui le test ultime permettant de voir si les droits de l’homme sont mondiaux ou seulement applicables à certains groupes.

Comment expliquez-vous l’alliance des Saoudiens avec Israël et que pensez-vous du silence des dirigeants arabes face à la barbarie d’Israël ?

Pour l’Arabie Saoudite en ce moment, ils croient que seul Israël peut les aider à faire pression sur les États-Unis pour qu’ils fassent la guerre à l’Iran. C’est plus important que la question palestinienne pour le gouvernement saoudien actuel. Deuxièmement, les pays arabes sont actuellement trop occupés par leurs problèmes internes pour avoir une vue d’ensemble de la région. Les seuls gagnants de cette situation sont Israël et l’Occident qui continuent à vendre des armes en centaines de milliards de dollars aux pays de la région (100 milliards l’année dernière).

Êtes-vous optimiste et quel est votre message à tous les résistants au sionisme et à l’impérialisme ?

Personne ne peut être optimiste en ce moment. Je crois avec Martin Luther King que l’arche de l’histoire est longue, mais qu’elle se dirige vers la justice. Si vous pensez à long terme, vous pouvez constater que de plus en plus de gens ne sont plus autant aveuglés par Israël. De plus en plus de Juifs américains sont embarrassés par Israël, c’est le moins que l’on puisse dire. Je fais la distinction entre l’optimisme et l’espoir. Je ne peux pas être optimiste mais j’espère. L’espoir n’est pas ce que nous voyons, l’espoir est ce que nous faisons. Nous ne sommes pas de simples victimes dans l’histoire, mais nous avons un rôle à jouer et un mot à dire dans notre monde. Nous devons assumer des dirigeants, résister au mal et œuvrer pour un meilleur avenir pour tous les enfants de Dieu, indépendamment de leur nationalité, de leur religion, de leur race ou de leur sexe. Si vous voyez ce que nous avons pu accomplir avec nos ressources et notre pouvoir limités au cours des 25 dernières années, vous connaîtrez le pouvoir des opprimés.

Rev. Dr. Mitri Raheb

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le Révérend Dr. Mitri Raheb ?

Le Révérend Dr. Mitri Raheb est un chrétien palestinien, pasteur de l’église évangélique luthérienne de Noël à Bethléem (une église membre de l’église évangélique luthérienne en Jordanie et en Terre Sainte), et fondateur et président du consortium Diyar, un groupe d’institutions luthériennes à vocation œcuménique desservant la région de Bethléem. Théologien palestinien le plus largement publié à ce jour, le Dr Raheb est l’auteur de plusieurs livres dont : I Am a Palestinian Christian (1995) ; Bethlehem Besieged : Stories of Hope in Times of Trouble (2004)  ; The Invention of History : A Century of Interplay between Theology and Politics in Palestine (2011) ;Sailing through Troubled Waters : Christianity in the Middle East (2013) ; Faith in the Face of Empire : The Bible through Palestinian Eyes (2014) ; Shifting Identities : Changes in the Social, Political, and Religious Structures in the Arab World (2016) ; The Cross in Contexts : Suffering and Redemption in Palestine (2017) ; Diaspora and Identity : The case of Palestine (2017) ; Colonialism and the Bible : Contemporary Reflections from the Global South (Postcolonial and Decolonial Studies in Religion and Theology) (2018).

Ses livres et ses nombreux articles ont été traduits jusqu’à présent en onze langues. Entrepreneur social, le Révérend Raheb a fondé plusieurs ONG dont le Centre culturel et de conférence Dar annadwa, le Collège des Arts et de la Culture de l’Université Dar al Kalima, ainsi que plusieurs autres initiatives civiques aux niveaux national, régional et international.

Théologien contextuel multilingue, le Révérend Raheb a reçu le Prix Olof Palme 2015 pour son combat courageux et infatigable contre l’occupation et la violence, et pour un futur Moyen-Orient caractérisé par la coexistence pacifique et l’égalité pour tous. En 2012, il a reçu le Prix allemand des médias pour son « travail inlassable en vue de créer un climat d’espoir pour son peuple qui vit sous occupation israélienne, en fondant et en construisant des institutions d’excellence en éducation, culture et santé ». Ce prix était décerné principalement aux chefs d’État, dont la chancelière allemande Angela Merkel (2009), le Dalaï Lama (2008), le roi Juan Carlos d’Espagne (2006), Kofi Anan (2003), le chancelier Gerhard Schroeder (2000), Bill Clinton (1999), Nelson Mandela (1998), le roi Hussein de Jordanie (1997), le président Arafat (1995), Yitshak Rabin (1995), François Mitterrand (1994), le chancelier Helmut Kohl (1993), etc.

Pour le lancement du « Programme Tourisme Authentique » à Dar Annadwa, le Révérend Raheb reçu à l’ITB le prix ToDo 1996 pour le tourisme socialement responsable. Le révérend Raheb a reçu le prestigieux prix Wittenberg du Luther Center à Washington (2003) pour son « Service distingué à l’église et à la société ». Il a également reçu un doctorat honorifique de l’Université Concordia à Chicago (2003) pour sa « contribution exceptionnelle à l’éducation chrétienne par la recherche et la publication », et pour son « travail interreligieux vers le rétablissement de la paix en Israël et en Palestine » le « Prix international de la Paix Mohammad Nafi Tschelebi » des Archives centrales de l’Islam en Allemagne (2006) et le célèbre German Peace Award d’Aix-la-Chapelle en 2007.

Le travail du Dr. Raheb a reçu une grande attention médiatique de la part de grands médias internationaux tels que CNN, ABC, CBS, 60 Minutes, BBC, ARD, ZDF, DW, BR, Premiere, Raiuno, Stern, The Economist, Newsweek, Al-Jazeera, al-Mayadin, Vanity Fair et autres.

Le Dr. Raheb est titulaire d’un doctorat en théologie de l’Université Philipps de Marburg en Allemagne.

Il vit actuellement à Bethléem avec son épouse et ses deux filles.

Son site officiel 

»» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2018/06/25/rev-dr-mitri-raheb-...
URL de cet article 33528
   
Même Thème
Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.