RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Julian Assange, l’homme à sauver

Les zones d’ombre autour de l’affaire Assange se dégagent les unes après les autres pour dévoiler les contours de plus en plus nets d’un monumental scandale d’État.

Plantés là, debout sur une chaise au bout de la jetée des Pâquis avec le Jet d’eau en toile de fond, Assange, Snowden et Manning s’élevaient comme des vigies à l’entrée du port. C’est du haut de la chaise laissée vide à côté des trois lanceurs d’alerte que fut déclaré l’Appel de Genève pour libérer Julian Assange, le 6 juin dernier. Il y a quelques jours, l’impressionnante statue de bronze a été embarquée pour Londres afin d’être installée devant la Haute Cour qui tenait audience ces mercredi et jeudi [la statue a été bloquée à la douane britannique pour des "raisons inconnues" - LGS]. Après un premier refus en début d’année d’extrader Julian Assange vers les États-Unis en raison de son état de santé, la Cour britannique saisie d’un recours de Washington doit statuer à nouveau. S’il devait être extradé, le fondateur de WikiLeaks, incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh, risquerait 175 ans de prison. La décision ne tombera pas avant plusieurs semaines alors que l’affaire prend une tournure carrément nauséabonde.

Rappel : Julian Assange est poursuivi au nom de l’Espionage Act de 1917 pour avoir publié des documents classés secrets révélant, entre autres, des crimes de guerre des forces américaines en Afghanistan et en Irak. Ces « fuites » ont secoué le monde et fait enrager les autorités politiques et judiciaires américaines, qui, sous l’administration Trump, ont engagé les poursuites contre le fondateur de WikiLeaks.

L’acharnement exercé sur le citoyen australien est devenu délirant. Il s’agit de le faire taire, définitivement. Mais surtout, son sort doit servir d’avertissement à tous les journalistes et médias qui, au bénéfice de documents « fuités », mettraient en cause l’État américain. Cette attaque délibérée et frontale contre la liberté de la presse emprunte, de plus, des méthodes violant les bases mêmes du droit international. Nils Melzer, rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, dénonce le traitement du détenu Assange, assimilé à de la torture.

Mais il y a plus grave ! Le 26 septembre dernier, trois journalistes de renom travaillant pour Yahoo News ont révélé, sur la base de conversations avec trente officiels américains, que l’administration Trump, sous la direction de Mike Pompeo, alors patron de la CIA, a envisagé tous les moyens possibles pour neutraliser Julian Assange, réfugié à l’ambassade d’Équateur. Parmi les options discutées : l’enlèvement et l’assassinat.

Oui, Assange a eu le tort, notamment aux yeux d’une partie de la presse, de ne pas caviarder les noms dans les documents publiés en quantités massives [pas vraiment, mais passons - LGS], avec le risque que des « innocents » soient mis en cause ou menacés. Ce qui n’a pas été avéré à ce jour. Mais rien ne peut justifier le maintien en détention du fondateur de WikiLeaks alors que sa santé mentale et sa vie tout court sont en danger. Les promesses américaines avancées cette semaine de l’autoriser à purger son éventuelle peine en Australie n’y changent rien et ne sont pas crédibles.

Julian Assange est devenu l’enjeu d’intérêts qui dépassent son cas et de valeurs placées aux fondements mêmes de la démocratie. Depuis des années, il est l’objet d’une campagne de dénigrement et de fausses accusations, notamment celles de viol en Suède qui ont fini par être abandonnées non sans laisser de traces. L’un des principaux témoins à charge, un Islandais, vient aussi d’avouer au journal « Stundin » avoir monnayé ses fausses déclarations contre l’immunité de poursuites engagées contre lui par ailleurs.

Les zones d’ombre autour de l’affaire Assange se dégagent les unes après les autres pour dévoiler les contours de plus en plus nets d’un monumental scandale d’État.

Pierre Ruetschi
Journaliste et directeur exécutif du Club suisse de la presse

»» https://www.tdg.ch/julian-assange-lhomme-a-sauver-593726386356
URL de cet article 37494
  

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’Occident a dominé le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion mais par sa supériorité à recourir méthodiquement à la violence. Les occidentaux l’oublient souvent, les autres ne l’oublient jamais."

Samuel P. Huntington

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.