RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
20 

L’admission par l’Iran de son erreur tragique sur l’avion de ligne ukrainien nous rappelle qui sont les vrais barbares (Medium)

La reconnaissance par Téhéran de sa responsabilité dans la destruction du vol PS752 d’Ukraine International Airlines, juste après son décollage de l’aéroport Imam Khomeini de la capitale, peu de temps après que l’Iran ait lancé une série de missiles sur deux bases militaires américaines en Irak en représailles de l’assassinat du général Qasem Soleimani, marque un dénouement extraordinaire à l’un des épisodes les plus révélateurs et les plus tragiques de ces derniers temps dans cette région déjà torturée.

Il est en effet rare qu’un État engagé dans un conflit admette un événement aussi tragique que l’abattage accidentel d’un avion de ligne et présente des excuses aussi complètes, sachant parfaitement que l’événement sera utilisé et retourné contre lui par ses adversaires à un moment où il est littéralement dos au mur, en proie de toutes parts à des forces hostiles et dont l’économie est placée sous le carcan des sanctions après le retrait injuste et unilatéral de Trump de l’accord nucléaire P5+1 en 2018.

L’Iran n’est pas et n’a jamais été l’agresseur dans ce scénario. Il est plutôt la victime de l’agression de Washington et de ses alliés dans la région et au-delà. De plus, le contexte incontestable de cette horrible tragédie est l’assassinat du commandant militaire suprême de l’Iran, le général Qasem Soleimani, un homme qui, plus que tout autre, a joué un rôle clé dans la lutte contre Daech et d’autres groupes salafistes-jihadistes en Irak et en Syrie, ne laissant aux Iraniens d’autre choix que de réagir. Ils l’ont fait de la manière la plus calibrée, en veillant délibérément à ce qu’il n’y ait pas de victimes lors de l’attaque de missiles qu’ils ont déclenchée en guise de représailles.

Rien de tout cela, bien sûr, ne fera beaucoup pour réconforter les proches des 176 civils innocents qui ont péri dans l’avion de ligne ukrainien à la suite de cette attaque. Mais le fait qu’ils connaissent maintenant la vérité leur permet au moins de faire leur deuil sans l’angoisse de devoir assister à la politisation de leur mort.

Ce qu’il faut maintenant espérer, c’est que cette tournure des événements focalise les esprits des Occidentaux lorsqu’il s’agit d’apprécier que le statu quo est insoutenable dans cette région déchirée par la guerre. La présence continue des forces américaines dans cette région est malveillante, car elle alimente non pas la stabilisation et la sécurité, mais la déstabilisation et les tensions accrues. Des efforts sérieux de désescalade et de diplomatie doivent maintenant occuper l’espace qui est actuellement dominé par le bruit des sabres, les menaces et les pressions et agressions militaires.

Les véritables ennemis de la paix et de la stabilité ne sont pas Rouhani ou Khomeini à Téhéran , mais Trump et les néocons à Washington. Lorsqu’il s’agit de questions de guerre et de paix, la crise de leadership n’est pas en Iran mais aux Etats-Unis. Pompeo, Pence et consorts sont des voyous en costard cravate. Ce sont des suprémacistes blancs et des orientalistes pour qui l’Iran et le peuple iranien se trouvent tout en bas de l’échelle de la valeur humaine qui alimente leur vision du monde déformée et malade.

L’aveu de responsabilité de l’Iran n’est pas l’action d’un Etat barbare. C’est l’action d’un gouvernement qui valorise le caractère sacré de la vie et qui accorde une grande importance à la dignité qui devrait être accordée aux morts. C’est la différence entre un peuple cultivé et un peuple élevé dans la violence génocidaire et le racisme.

N’oublions pas qu’après que le USS Vincennes a fait tomber le vol 655 d’Iran Air en 1988, avec la perte des 290 passagers et membres d’équipage à bord, non seulement Washington a refusé de s’excuser, mais le capitaine du navire, William C. Rogers, a par la suite reçu la médaille de la Légion du mérite du pays pour sa conduite méritoire et ses services exceptionnels.

En dernière analyse, le véritable foyer d’extrémisme dans notre monde actuel est Washington et non Téhéran.

Fin.

John Wight

»» https://medium.com/@JohnWight1/irans-admission-of-its-tragic-mistake-o...
URL de cet article 35599
  

In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.