RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

L’ennemi du jour se rend toujours coupable de piratage

Trois articles publiés dans le même journal de référence montrent que les histoires de « piratages » se suivent et se ressemblent chaque fois qu’une grande puissance décide qu’un pays ou un autre est devenu son « ennemi ».

1. D’Erich Lichtblau, journaliste du New York Times : L’augmentation des attaques électroniques met en danger la sécurité des États-Unis.

Les responsables du renseignement s’inquiètent du fait qu’une récente hausse des attaques électroniques contre les réseaux informatiques gouvernementaux et militaires aux États-Unis pourrait être le fait de pirates de [nom du pays] et pourrait provoquer une « crise potentielle » dans la sécurité nationale, selon une évaluation classifiée du F.B.I.

L’évaluation, préparée la semaine dernière par le Centre national de protection de l’infrastructure du Bureau Fédéral d’Investigation, met en garde les services de renseignement : les attaques, relativement limitées, risquent de se développer et de devenir « plus dangereuses » à mesure que les tensions autour de la possibilité d’une guerre contre [nom du pays] augmentent.

Les analystes étasuniens du renseignement disent qu’ils ont longtemps été préoccupés par l’idée qu’Al Qaïda pourrait employer des ordinateurs pour des actes terroristes – en perturbant des usines de traitement de l’eau ou des installations nucléaires, par exemple. Les experts disent que le lien entre le [nom du pays] et le piratage informatique a peut-être été sous-estimé et constitue une menace croissante pour la sécurité des États-Unis.

« [Nom du pays] est certainement un des endroits du monde à partir duquel une cyberattaque pourrait être lancée, selon nous », a dit, dans une interview, Robert E. Andrews du New Jersey, un élu démocrate du Comité des services armés de la Chambre des députés qui s’occupe des questions de cyberguerre.

M. Andrews a noté que les attaques informatiques étaient difficiles à détecter et pourraient être dommageables, ce qui selon lui est le but recherché. « Une cyberattaque correspond vraiment aux méthodes que [nom du pays] privilégierait pour nous attaquer », a-t-il déclaré.

2. De Nicole Perlroth, journaliste du NYT : Attaques de cyberespionnage liées à des pirates de [nom du pays]

SAN FRANCISCO - Une campagne complexe de cyberespionnage de trois ans menée contre des fournisseurs militaires, des membres du Congrès, des diplomates, des lobbyistes et des journalistes basés à Washington a été rattachée à des pirates informatiques de [nom du pays].

La campagne, qui passe inaperçue depuis 2011, a endommagé les ordinateurs de quelque 2 000 victimes, selon un rapport publié jeudi par iSight Partners, une société de sécurité informatique de Dallas.

Les responsables étasuniens du renseignement disent depuis longtemps que les hackers de [nom du pays] sont une menace sérieuse, [..]
...
L’année dernière, des officiels ont déclaré que les pirates de [nom du pays] étaient derrière une vague d’attaques contre plusieurs compagnies étasuniennes de pétrole, de gaz et d’électricité ; il s’agit de sortes de tests pour rechercher des moyens de perturber d’importants systèmes de traitement, selon des officiels.

3. D’Erich Lichtblau, journaliste du NYT : Les systèmes informatiques de la Campagne de Clinton seraient piratés par [nom du pays]

WASHINGTON - Les systèmes informatiques utilisés par la Campagne présidentielle d’Hillary Clinton ont été piratés dans une attaque qui semble provenir des services de renseignement de [nom du pays], a déclaré vendredi un officiel de la police fédérale.

L’apparente violation, qui suit la révélation, le mois dernier, que le système informatique du Comité national démocratique a été piraté, a aggravé un incident international dans lequel les responsables de la Campagne de Clinton ont suggéré que [nom du pays] pourrait tenter d’influencer le résultat de l’élection.
...
Les responsables de la campagne de Clinton ont suggéré que [nom du leader] de [nom du pays] pourrait essayer d’influencer l’élection en faveur de M. Trump, qui a exprimé son admiration pour le leader de [nom du pays]. Mais les responsables de la Campagne reconnaissent qu’ils n’ont aucune preuve. La Campagne Trump a rejeté les accusations concernant [nom du pays] comme une tentative délibérée de distraire l’attention du public.

Le premier article a été publié le 17 janvier 2003, le pays était l’Irak et le leader était Saddam Hussein.

Le deuxième article a été publié le 29 mai 2014, le pays était l’Iran.

Le troisième article a été publié le 29 juillet 2016, le pays était la Russie et le leader était Vladimir Poutine.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2017/01/the-enemy-du-jour-is-always-hacking-.html
URL de cet article 31396
   
Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.