RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’ennemi du jour se rend toujours coupable de piratage

Trois articles publiés dans le même journal de référence montrent que les histoires de « piratages » se suivent et se ressemblent chaque fois qu’une grande puissance décide qu’un pays ou un autre est devenu son « ennemi ».

1. D’Erich Lichtblau, journaliste du New York Times : L’augmentation des attaques électroniques met en danger la sécurité des États-Unis.

Les responsables du renseignement s’inquiètent du fait qu’une récente hausse des attaques électroniques contre les réseaux informatiques gouvernementaux et militaires aux États-Unis pourrait être le fait de pirates de [nom du pays] et pourrait provoquer une « crise potentielle » dans la sécurité nationale, selon une évaluation classifiée du F.B.I.

L’évaluation, préparée la semaine dernière par le Centre national de protection de l’infrastructure du Bureau Fédéral d’Investigation, met en garde les services de renseignement : les attaques, relativement limitées, risquent de se développer et de devenir « plus dangereuses » à mesure que les tensions autour de la possibilité d’une guerre contre [nom du pays] augmentent.

Les analystes étasuniens du renseignement disent qu’ils ont longtemps été préoccupés par l’idée qu’Al Qaïda pourrait employer des ordinateurs pour des actes terroristes – en perturbant des usines de traitement de l’eau ou des installations nucléaires, par exemple. Les experts disent que le lien entre le [nom du pays] et le piratage informatique a peut-être été sous-estimé et constitue une menace croissante pour la sécurité des États-Unis.

« [Nom du pays] est certainement un des endroits du monde à partir duquel une cyberattaque pourrait être lancée, selon nous », a dit, dans une interview, Robert E. Andrews du New Jersey, un élu démocrate du Comité des services armés de la Chambre des députés qui s’occupe des questions de cyberguerre.

M. Andrews a noté que les attaques informatiques étaient difficiles à détecter et pourraient être dommageables, ce qui selon lui est le but recherché. « Une cyberattaque correspond vraiment aux méthodes que [nom du pays] privilégierait pour nous attaquer », a-t-il déclaré.

2. De Nicole Perlroth, journaliste du NYT : Attaques de cyberespionnage liées à des pirates de [nom du pays]

SAN FRANCISCO - Une campagne complexe de cyberespionnage de trois ans menée contre des fournisseurs militaires, des membres du Congrès, des diplomates, des lobbyistes et des journalistes basés à Washington a été rattachée à des pirates informatiques de [nom du pays].

La campagne, qui passe inaperçue depuis 2011, a endommagé les ordinateurs de quelque 2 000 victimes, selon un rapport publié jeudi par iSight Partners, une société de sécurité informatique de Dallas.

Les responsables étasuniens du renseignement disent depuis longtemps que les hackers de [nom du pays] sont une menace sérieuse, [..]
...
L’année dernière, des officiels ont déclaré que les pirates de [nom du pays] étaient derrière une vague d’attaques contre plusieurs compagnies étasuniennes de pétrole, de gaz et d’électricité ; il s’agit de sortes de tests pour rechercher des moyens de perturber d’importants systèmes de traitement, selon des officiels.

3. D’Erich Lichtblau, journaliste du NYT : Les systèmes informatiques de la Campagne de Clinton seraient piratés par [nom du pays]

WASHINGTON - Les systèmes informatiques utilisés par la Campagne présidentielle d’Hillary Clinton ont été piratés dans une attaque qui semble provenir des services de renseignement de [nom du pays], a déclaré vendredi un officiel de la police fédérale.

L’apparente violation, qui suit la révélation, le mois dernier, que le système informatique du Comité national démocratique a été piraté, a aggravé un incident international dans lequel les responsables de la Campagne de Clinton ont suggéré que [nom du pays] pourrait tenter d’influencer le résultat de l’élection.
...
Les responsables de la campagne de Clinton ont suggéré que [nom du leader] de [nom du pays] pourrait essayer d’influencer l’élection en faveur de M. Trump, qui a exprimé son admiration pour le leader de [nom du pays]. Mais les responsables de la Campagne reconnaissent qu’ils n’ont aucune preuve. La Campagne Trump a rejeté les accusations concernant [nom du pays] comme une tentative délibérée de distraire l’attention du public.

Le premier article a été publié le 17 janvier 2003, le pays était l’Irak et le leader était Saddam Hussein.

Le deuxième article a été publié le 29 mai 2014, le pays était l’Iran.

Le troisième article a été publié le 29 juillet 2016, le pays était la Russie et le leader était Vladimir Poutine.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2017/01/the-enemy-du-jour-is-always-hacking-.html
URL de cet article 31396
  

Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.