RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Europe découvre le terrorisme !

L’Europe tremble non du rugueux hiver, mais de frayeur et ses autorités brassant du vent, sont sur le qui-vive, ne cessant de prophétiser « le pire ». Loin de rassurer les populations, elles leur annoncent que le pire est à venir. En effet, le terrorisme a de nouveau frappé, mardi, au coeur de la capitale européenne, Bruxelles. Cet attentat meurtrier, fait suite à celui de Paris du 13 novembre dernier tout aussi sanglant, dont l’enquête est toujours en cours.

Comme ceux de Paris, les attentats de Bruxelles ont été revendiqués par l’autoproclamé Etat islamique » (EI/Daech). Dans ce propos, nous n’épiloguerons pas sur la question qui se pose, reste posée : qui est au final Daec h, un groupe terroriste super équipé militairement et disposant de finances astronomiques ? Aussi, tant que l’énigme n’est pas élucidée, EI/Daech restera une simple boîte postale commode pour toutes les forfaitures, outre contre la paix et la sécurité du monde en général, le monde musulman en particulier, mais aussi donne aux autorités des justifications à des politiques autoritaires. Dès lors, le terrorisme est bien là, instrumentalisé tous azimuts pour des objectifs que seuls ceux qui en tirent les ficelles connaissent.

Ce qu’il faut cependant relever est que ses géniteurs, les Etats-Unis et Israël, sont épargnés par la fureur meurtrière de l’EI/Daech. Aussi, la justification étasunienne de la « Guerre mondiale au terrorisme » devait-elle s’accompagner d’actes toujours plus barbares. Ce que l’autoproclamé « Etat islamique » fait avec conscience et conviction. Cela a donné en conséquence naissance aux Etats-Unis et en Europe à des lois liberticides et ceux qui en contestent la légitimité sont accusés de négationnistes, de complotistes et autres suppôts du terrorisme. Ainsi, suite aux attentats de Bruxelles il faut s’attendre à ce que la Belgique – après les Etats-Unis, la France et d’autres pays européens – prépare des lois plus restrictives envers les citoyens. Or, le terrorisme n’est pas chose nouvelle et sa datation « moderne » remonte au moins aux années 1980 [attentat contre l’ambassade américaine à Beyrouth en 1983, 63 morts, contre celles du même pays à Nairobi et à Dar Es-Salaam en 1998 faisant 224 victimes] induisant des milliers de victimes. Mais quand le terrorisme posait des bombes dans la capitale et les villes algériennes et assassinait des milliers de civils, égorgeait les femmes et enfants, brûlait des bébés, l’Occident, la France singulièrement, se demandait « qui tue qui » et qualifiait cette barbarie de « guerre civile ». En fait, ce sont les attentats du 11 septembre 2001 à New York aux Etats-Unis – dont les vrais commanditaires restent à déterminer – qui ont fait prendre conscience de la nocivité de ce fléau, sorti droit des laboratoires de la CIA, du MI6, du Mossad et autres DGSE. En fait, le terrorisme international – est-il islamiste en vérité ? – est une arme à double tranchant que les Occidentaux, en particulier les Etats-Unis [qui l’ont expérimenté en Afghanistan dans les années 1980] refusent de définir et d’identifier.

De fait, le compagnonnage des Occidentaux avec le terrorisme est ancien et on en retrouve la trace, vers la fin des années 1970, lors de la réception par le président étasunien, Ronald Reagan, des phalanges afghanes qui combattaient le pouvoir de Babrak Karmal puis de Mohamed Najibullah à Kaboul. Changer un pouvoir en place par la force « était une bonne cause » disait alors le président Reagan qui, avec l’aide financière de l’Arabie saoudite, fit recruter des milliers de mercenaires dans le monde arabe et musulman qui combattirent en Afghanistan contre les armées afghane et soviétique. Et c’est Ronald Reagan qui, le premier, donna à ces groupes hétéroclites (qui annonçaient Al-Qaïda) la stature de « combattants de la liberté ». Trente-cinq ans plus tard, lui faisant écho, l’ancien chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, renchérit « le Front al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) fait du bon boulot contre al-Assad en Syrie et il serait difficile de le désavouer ».

La boucle est ainsi bouclée. Le terrorisme sert avant tout les intérêts stratégiques et économiques de ceux-là qui l’instrumentalisent. Donc, ce que les Etats-Unis ont commencé en Afghanistan – changer un régime par des mercenaires et des terroristes commandités – semble devenir la règle et est ainsi réédité en Syrie avec le même concept de destruction et de terre brûlée. Mais Daech, devenu hors contrôle, sert autant ses intérêts propres que ceux qui le commanditent. Ce qui donne des extras comme les attentats à Paris et Bruxelles dans une Europe de plus en plus antisociale, renfermée sur son quant-à-soi, où l’extrême droite, le fascisme et le nazisme (ces deux derniers ayant désormais pignon sur rue) donnent le « la ». En fait, le terrorisme est devenu un auxiliaire précieux pour des dirigeants occidentaux de plus en plus despotiques réduisant davantage le champ des libertés collectives et individuelles. Pourront-ils se passer de ce gourdin qui leur permet de tenir leurs citoyens en laisse ?

Karim MOHSEN

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/238083-l-europe-decouvre-le-terrorisme.html
URL de cet article 30169
  

Même Thème
Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.