RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’histoire vue par le Commandement central des Etats-Unis : « 2014 – Le groupe terroriste syrien ISIS envahit l’Irak »

Une grande partie de l’armée, des services secrets et des politiciens des Etats-Unis veulent se dédouaner de la création de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Et pour cela ils ont recours à une falsification sans précédent des faits historiques. Ils inventent des récits fantaisistes qui gomment complètement leurs propres erreurs.

Le Commandement central (CentCom) des Etats-Unis a mis en place une coalition militaire de plusieurs pays pour se battre contre ISIS. L’opération est connue sous le nom de « Résolution Inhérente ». CentCom a créé un site Web pour promouvoir l’opération. Sur la page A propos de ce site, nous trouvons les renseignements « historiques » suivants sur ISIS :

HISTOIRE

À l’été 2014, un nouveau groupe terroriste, né à la faveur du chaos engendré par la guerre civile en Syrie, a traversé la frontière syro-irakienne et s’est emparé de grandes pans du territoire irakien dans la vallée de l’Euphrate et au nord de l’Irak. Plusieurs villes irakiennes sont tombées aux mains des envahisseurs qui avaient pris le nom d’ « État islamique ». A la fin de l’été, Bagdad lui-même paraissait menacé par l’EI.

Ceci n’est pas seulement très éloigné de la vérité, mais c’est un ramassis d’inventions scandaleuses dont le but est de nier et de déformer ce qui est réellement arrivé. ISIS n’a pas été créé en Syrie, mais en Irak ; le groupe existait bien avant 2014 et son existence n’a rien à voir avec la guerre contre la Syrie. Dire qu’ISIS est venu de Syrie, en 2014, et a envahi l’Irak est comme affirmer qu’Hitler a envahi l’Allemagne en 1944.

ISIS s’est créé en Irak à cause de la guerre des Etats-Unis contre l’Irak. Les membres dirigeants d’ISIS, des anciens combattants d’Al-Qaïda en Irak, se sont retrouvés, en 2006, dans le Camp Bucca, un camp américain de prisonniers en Irak, et y ont planifié la création du Califat d’ISIS.

Selon une enquête de CBS News, au moins 12 des principaux dirigeants de ISIS sont passés par le Camp Bucca, y compris l’homme qui allait devenir le leader du groupe, Abou Bakr al Baghdadi. CBS News a des photos de 10 d’entre eux vêtus des combinaisons de prison jaunes de Bucca.
...
« Je pense qu’il est indéniable que l’une des principales causes de la croissance explosive d’ISIS après 2010 a été Bucca. C’est là qu’ils se sont rencontrés et c’est là qu’ils ont tout planifié » a affirmé Patrick Skinner.

Skinner fait partie du groupe Soufan et est un ancien agent de la CIA qui a passé pas mal de du temps en Irak.

Il est indéniable qu’ISIS est né en Irak des années avant la guerre contre la Syrie :

Octobre 2006 – Le leader d’AQI, Abu Ayyub al-Masri , annonce la création de l’Etat islamique d’Irak (ISI), et nomme Abou Omar al-Bagdadi comme leader.

Avril 2010 - Abu Bakr al-Bagdadi devient leader d’’ISI après Abou Omar al-Bagdadi et Abou Ayyoub al-Masri tués dans une opération conjointe des Etats-Unis et de l’Irak.

Avril 2013 - ISI annonce avoir absorbé un groupe syrien soutenu par Al-Qaïda, Jabhat al-Nusra, aussi connu sous le nom de Front al-Nusra. Al-Baghdadi dit que son groupe se fera désormais appeler Etat islamique en Irak et au Levant (ISIS). Le leader du Front Al-Nusra, Abu Mohammed al-Jawlani, s’oppose aux efforts d’ISIS pour fusionner avec son groupe.

La CNN saute 2011 dans sa chronologie, l’année où le chef d’Al-Nusra, Abu Mohammed al-Jawlani, a été envoyé par al-Baghdadi en Syrie, depuis l’Irak, pour réorganiser les cellules d’Al-Qaïda qui avaient été secrètement créées en Syrie bien avant que les premières manifestations y aient lieu. Al-Jawlani, qui avait également été emprisonné dans le Camp Bucca, est arrivé en Syrie en mars 2011 au moment où les premières manifestations contre le gouvernement syrien venaient de commencer :

Selon un leader du mouvement jordanien salafiste et ultra-orthodoxe interdit, al-Bagdadi a envoyé al-Golani et Abu Jleibeen, un haut responsable d’Al-Qaïda lié par son mariage à al-Zarqawi, se battre en Syrie ...

Comme pour Ahrar al-Shams, les cellules de Jabhat Al-Nusra ont été secrètement créées avant même que la « révolution » en Syrie ne commence :

Le groupe Ahrar a commencé à former des brigades « après la révolution égyptienne », a affirmé Abu Zayd, bien avant le 15 mars 2011, date à laquelle la révolution syrienne a débuté avec les manifestations de la ville agricole du sud de Daraa.

Prétendre que l’Etat islamique est né en Syrie, comme CentCom le fait, c’est dire exactement le contraire de ce qui est vraiment arrivé. L’État islamique sous Baghdadi a envoyé des combattants et des dirigeants en Syrie pour déclencher et intensifier la « révolution » contre l’État syrien. Les racines religieuses et philosophiques d’ISIS sont ancrées dans le wahhabisme et sont d’origine saoudienne, et non syrienne ou irakienne.

Voilà, ci-dessous, un autre récit mensonger élaboré par les éléments de la CIA et les politiciens américains qui ont lancé la guerre contre la Syrie sous forme de « révolution de couleur ». Voyez ce grand titre de CBS tellement faux qu’on en reste coi : Obama a rejeté le plan de la CIA qui aurait pu stopper ISIS : Officiels

La CIA, en 2012, a présenté un plan détaillé d’une opération secrète visant à éliminer le président syrien Bachar al-Assad du pouvoir, mais le président Obama a refusé de l’approuver, ont confié à NBC News des officiels américains dont certains sont encore en fonction.
...
Petraeus, [Le chef de la CIA], et d’autres responsables qui soutenaient le plan pensent qu’il aurait pu empêcher la montée d’ISIS, l’utilisation d’armes chimiques par Assad, la crise européenne des réfugiés, et les dizaines de milliers de morts civils qui ont eu lieu depuis, selon d’anciens officiels.

Renverser le gouvernement syrien aurait créé plus de chaos en Syrie, ce que l’Etat islamique, déjà établi en Syrie à l’époque sous la forme de Jabhat al-Nusra, aurait très probablement utilisé pour se saisir Damas et prendre le pouvoir en Syrie. Tout le reste n’est qu’une vue de l’esprit qui ne tient aucun compte de la supériorité militaire que des groupes Takfiri comme Ahrar, Nusra et ISIS ont toujours eu par rapport aux rebelles « modérés » djihadistes qui ont le soutien direct des Etats-Unis. L’article de CBS parle aussi de l’ancien agent de la CIA qui fut à l’original du plan d’action secrète. Il semble être en désaccord avec ce que le grand titre de CBS affirme :

Laux dit que rétrospectivement, il ne croit plus que son plan secret, ni n’importe quel autre plan, aurait pu arrêter la progression d’ISIS ni mettre fin à la sanglante guerre civile en Syrie. Selon lui, « il n’y avait pas de modérés ».

C’est effrayant de penser que le Commandement central, qui est censé combattre l’Etat islamique, puisse croire à sa propre propagande, à savoir qu’ISIS est venu de Syrie. On ne peut pas lutter avec succès contre ISIS si on ne connaît pas son origine réelle : la guerre des Etats-Unis en Irak et la performance insignifiante, pour ne pas dire carrément nulle, de CentCom au cours de cette guerre.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/04/us-centcom-history-in-2014-the-sy...
URL de cet article 30180
  

Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.