RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’hôpital psychiatrique d’Auch en lutte

En 2008, le Centre hospitalier du Gers a fait 59 jours de grève pour obtenir 10 postes de soignants.

Les travailleurs ont fini par obtenir 350000 euros que la direction a provisionné sans embaucher. Le déficit du nombre de soignants s’est, depuis, considérablement accru.

Les personnels sont de nouveau en lutte pour obtenir

- l’arrêt des emplois précaires

- le recrutement de soignants

- la préservation de centres médico-psychologiques pour assurer des soins de proximité à la population.

La direction restant sourde aux revendications, les personnels ont décidé, le 14 septembre d’installer une « tente de la résistance » sur le site de l’hôpital, et une autre Place de la Mairie, à Auch.

Ce qui se passe dans cet hôpital psychiatrique se passe dans tous les hôpitaux publics et, peu ou prou, dans tous les établissements publics de France.

On assiste à un gonflement des effectifs administratifs et de service et à une diminution des personnels de terrain. L’HP d’Auch compte environ 600 personnels, dont plus de la moitié ne sont pas soignants. Lorsqu’un soignant part en retraite, son poste est le plus souvent supprimé.

En durcissant les conditions de travail des soignants en mission dans les centres médico-psychologiques du département du Gers (suppression des voitures des services, des plateaux-repas), la direction a pour objectif la disparition de ces délocalisations, de cette médecine de proximité.

La photo ci-joint le dit : les HP ont tendance à devenir de simples lieux d’enfermement, des prisons, et les soignants des geôliers. A cause du manque de personnel, certains grands malades ne quittent jamais les bâtiments où ils sont assignés, ils ne prennent jamais l’air, ne voient jamais un arbre, une fleur. Plus généralement, toujours à cause du manque de personnel, les soins se résument le plus souvent à l’administration de tranquillisants. Les soignants n’ont plus le temps de parler aux malades, de les écouter.

Les médecins n’ont plus aucun pouvoir. Les décisions gestionnaires leur ont complètement échappé.

Il existe, cela dit, une ligne budgétaire permettant de rehausser les murs de l’hôpital.

URL de cet article 9245
  

Même Auteur
Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE
Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.