RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’irrésistible déclin d’Emmanuel Macron

"Le roi est nu", lit-on dans bien des articles sur Macron et la crise des Gilets Jaunes ; on pourrait plutôt dire : "Le roi est creux". Comment cette bulle a-t-elle pu gonfler au point de devenir un président de la République ? Comment a-t-on pu exalter son "charisme", prendre au sérieux ses prétentions jupitériennes ? Début novembre encore, alors que les GJ préparaient leur Acte I, des journalistes de France Info s’extasiaient sur "l’itinérance mémorielle" : quelle culture ! où va-t-il chercher ces mots savants ? Ces appréciations ne pouvaient convaincre que d’une chose : l’insondable ignorance des media boys : ne connaissaient-ils donc pas les cirques itinérants ? Quelqu’un a-t-il osé faire le jeu de mots qui s’imposait sur le Cirque itinérant Macron ?

Mais qui a vraiment vu en Macron, même pendant ses 16 premiers mois, un leader charismatique ? Pendant la période pré-Gilets Jaunes, le pays était muet, les médias dévidaient leurs dithyrambes unanimes sans se soucier de ce qu’il pensait : le job des media boys, ce n’est pas de faire entendre la voix du peuple, c’est de lui dire ce qu’il doit penser, ou plutôt de paralyser sa pensée dans les mailles serrées du bombardement médiatique, et de couvrir sa voix.

Dans cette période nauséeuse, on n’hésitait même pas à utiliser le" roman d’amour" présidentiel dans le cadre d’une narration hagiographique, et la liaison entre la prof de lettres de 40 ans, animatrice d’un atelier de théâtre, et son élève de 16 ans était seulement la preuve que le jeune Emmanuel avait une vocation de grand communicant et que les cours de Brigitte Trogneux lui ont permis de révéler son fameux charisme.

Cet épisode pouvait pourtant susciter bien d’autres réflexions.

D’abord, Brigitte Trogneux enseignait dans un lycée privé jésuite d’Amiens, La Providence (au nom prophétique : la Providence ne lui a pas marchandé ses dons !) ; notre président de la République laïque a donc fait ses études dans des établissements catho.

Puis, le roman Brigitte/Emmanuel a des airs de déjà vu : il avait été curieusement anticipé par le roman Gabrielle (Russier)/Christian : elle aussi était professeur de français, lui aussi était en seconde, il y avait aussi entre eux une nette différence d’âge (mais, ici, 15 ans seulement au lieu de 24, et, loin d’être une cougar, Gabrielle avait l’air aussi jeune que son élève). Mais le dénouement de l’histoire diffère : Gabrielle a été condamnée pour détournement de mineur et emprisonnée, et elle s’est suicidée. Brigitte a épousé son élève et est devenue "first lady" (en toute illégalité, puisque ce statut n’existe pas dans la République Française).

Mais c’est une autre association d’idées qui s’impose à moi : le leader qui prend des cours de théâtre me rappelle la scène de La résistible ascension d’Arturo Ui, de Brecht, où Ui (= Hitler), à la veille de sa fulgurante ascension, fait venir dans son hôtel un vieil acteur. Dans la version du Berliner Ensemble, de 1995, avec la mise en scène géniale de Heiner Müller, elle est inoubliable : elle réunit deux monstres de la scène allemande : l’un, Bernhard Minetti, incarne 60 ans ans d’histoire théâtrale, l’autre, Martin Wuttke, est un acteur prodigieux qu’on voit, au cours de la scène, se transformer en Hitler grâce à quelques trucs rudimentaires indiqués par un cabotin ringard : ce sont les trucs les plus classiques et les plus simples qui marchent le mieux ! L’acteur apprend à Ui à marcher, à rester debout, à se tenir assis, et lui donne finalement des cours d’élocution.

Comment ne pas penser à cette scène en voyant la prestation surréaliste de Macron lors de son discours du 10 décembre ? On a pu lire divers décryptages de la gestuelle de Macron,de Fabien Olicard notamment, qui y voit un remarquable travail de comédien, avec une étude de l’expression (ou plutôt du manque d’expression) et du maintien au millimètre près. Ajoutons-y le commentaire du vieux comédien : "La position assise, c’est presque la plus difficile, monsieur Ui. Il ya des gens qui savent marcher, il y a des gens qui savent tenir debout, mais où en trouve-t-on qui sachent rester assis ? Prenez un fauteuil, monsieur Ui, avec des accoudoirs. Et maintenant, ne vous accoudez pas. Les mains sur les cuisses, parallèles au ventre".

On croit revoir Macron, les mains sur le bureau, parallèles au torse, et qui, ayant tellement travaillé sa prestation, pensait recevoir du public au moins les appréciations que Ui reçoit de son professeur : "Pas mal. Sans effort et en même temps plein de puissance contenue".

Las ! les vieux trucs ne marchent plus, maintenant que des voix authentiques se superposent à celles des médias. Au fil de l’entrevue, les mains jupitériennes, après être sagement restées posées à plat, s’incurvent et deviennent des griffes qui s’agrippent, faisant penser au Maître Corbeau des Frères Jacques, dans leur version de la fable, en 1966. Et on adapte facilement les vers de La Fontaine à notre contexte :

Maître Macron, sur son bureau perché,
Tenait en son bec un fromage (un beau fromage : la France).
Maître Gilet Jaune, qui ne s’en laisse conter ni par son plumage, ni par son ramage,
essaie de lui faire lâcher sa proie...

Le dénouement de la fable d’aujourd’hui n’est pas encore écrit ; espérons que sa morale sera telle (morale).

Rosa Llorens

URL de cet article 34284
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Histoire et Mystifications. - Comment l’Histoire est fabriquée et enseignée...
Michael PARENTI
Analyste politique progressiste de tout premier plan aux États-Unis, Michael PARENTI, docteur en Sciences Politiques de l’Université de Yale, est un auteur et conférencier de renommée internationale. Il a publié plus de 250 articles et 17 livres. Ses écrits sont diffusés dans des périodiques populaires aussi bien que dans des revues savantes, et ses textes engagés l’ont été dans des journaux tels que le New York Times et le Los Angeles Times. Ses livres et ses conférences, informatives et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lesley Stahl :"Nous avons entendu dire que 500.000 enfants sont morts (en Irak). Ca fait plus qu’à Hiroshima. Et, vous savez, est-ce que cela en valait le prix ?

Secrétaire d’Etat US Madeleine Allbright : "Je pense que c’est un choix difficile. Mais le prix - nous pensons que cela en valait le prix."

Entretien télévisé sur CBS 60 minutes, Mai 1996

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.