RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Ukraine est un pion sacrifié sur l’échiquier impérial

La guerre ne se passe pas bien pour Kiev, et il serait déraisonnable d’espérer que cela change. Alors qu’une force militaire largement supérieure submerge l’État vassal des États-Unis, la réalité est en train de s’imposer durement aux libéraux occidentaux qui ont cru à la propagande de guerre selon laquelle le comédien courageux et sexy menait une victoire éclatante pour botter les fesses de Poutine hors d’Ukraine.

Zelensky en s’en prend maintenant aux puissances de l’OTAN pour avoir refusé d’intervenir militairement contre la Russie, ayant apparemment eu l’impression auparavant que l’empire des États-Unis pourrait risquer son existence même pour défendre ses chers amis Ukrainiens d’une invasion.

"Malheureusement, il y a aujourd’hui l’impression complète qu’il est temps d’organiser les funérailles des garanties et des promesses de sécurité, de la détermination des alliances, des valeurs qui semblent être mortes pour quelqu’un", a déclaré Zelensky vendredi.

"Toutes les personnes qui mourront à partir de maintenant mourront aussi à cause de vous", a ajouté le président ukrainien. "À cause de votre faiblesse, à cause de votre désunion".

Cela doit être dur, le processus d’apprentissage que vous n’avez jamais été réellement un partenaire précieux dans la lutte de la civilisation occidentale pour la liberté et la démocratie. Que vous n’avez jamais été qu’un pion de plus à sacrifier sur l’échiquier impérial.

Dans un nouvel article intitulé "U.S. and allies quietly prepare for a Ukrainian government-in-exile and a long insurgency", le Washington Post rapporte que les responsables américains prévoient que la Russie va inverser ses premières pertes et réussir à chasser le régime Zelensky du pays, après quoi "une longue et sanglante insurrection" est prévue contre les envahisseurs, soutenue par des milliards de dollars de financement américain.

Les États-Unis ont l’habitude d’attirer Moscou dans des bourbiers militaires éreintants et coûteux qui monopolisent leur puissance de feu militaire tout en les vidant de leur sang et de leur trésor. Le conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, auteur du manifeste hégémonique américain The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, s’est ouvertement vanté d’avoir attiré la Russie dans son propre Vietnam en combattant les moudjahidin soutenus par les États-Unis en Afghanistan pendant une décennie.

Il y a tout juste deux ans, l’ancien représentant spécial des États-Unis pour la Syrie a déclaré, lors d’un événement vidéo organisé par l’Hudson Institute, que son travail consistait à faire de la Syrie "un bourbier pour les Russes".

Ce n’est donc pas quelque chose de nouveau ou d’inattendu, et cela signifie que toutes les déclarations moralisatrices de la classe politique et médiatique occidentale sur la nécessité de déverser des armes en Ukraine ne visent pas vraiment à sauver des vies ukrainiennes (seule la négociation d’un cessez-le-feu pourrait le faire), mais à saisir cette occasion en or de nuire autant que possible aux intérêts géostratégiques de la Russie. L’Ukraine, à elle seule, est impuissante à empêcher la Russie de prendre Kiev, quelle que soit la quantité d’armes envoyées, mais ces armes peuvent être utilisées pour combattre une "longue et sanglante insurrection" après coup, ce qui coûtera beaucoup plus de vies, maintiendra Moscou militairement occupé et provoquera une hémorragie d’argent, et finalement nuira à la popularité de Poutine dans son pays.

En soi, cela servirait beaucoup les intérêts américains, mais en plus de cela, il y aurait l’avantage encore plus grand de fabriquer un consentement international pour des actes sans précédent de guerre économique contre la nation entière de la Russie, ainsi que de tuer le projet Nord Stream 2 et de rallier un immense soutien pour l’OTAN et la machine impériale militaire/de renseignement. Le monde occidental constitue désormais un front uni contre la menace que représente Vladimir Poutine, de la même manière qu’il s’est uni contre la menace du terrorisme mondial après le 11 septembre 2001, et nous n’assistons probablement qu’au début des programmes qui seront déployés.

Nous pouvons nous attendre à ce que ces programmes soient utilisés pour tenter d’appauvrir, de miner, d’agiter, et finalement faire s’effondrer et de balkaniser la Russie, comme la CIA et les créatures des marais de Washington veulent le faire depuis la chute de l’Union soviétique. Cela laisserait la Chine seule, sans son allié et bouclier de superpuissance nucléaire, et beaucoup plus vulnérable aux opérations impériales visant à contrecarrer l’émergence d’un véritable monde multipolaire, un objectif sur lequel les impérialistes américains écrivent depuis trente ans.

Cela fait beaucoup de bénéfices potentiels pour l’empire américain, juste pour avoir perdu l’Ukraine. C’est un peu comme sacrifier un pion pour prendre la reine aux échecs.

Je pense qu’une grande partie de la raison pour laquelle moi et d’autres avons sous-estimé à tort la probabilité d’une invasion à grande échelle de l’Ukraine est que le calcul du rapport coût-bénéfice n’a jamais eu de sens ; sur le papier, Moscou, à long terme, a beaucoup plus à perdre qu’à gagner. On a également supposé que l’empire préférait que la Russie ne s’empare pas de l’Ukraine, préférant empiéter progressivement sur le terrain avec les tactiques de saucissonnage de l’OTAN plutôt que de renoncer à un État vassal utile à la frontière de la Russie, et qu’il adapterait ses actions en conséquence.

Mais aux échecs, il s’agit de déjouer les manœuvres de l’adversaire pour ne lui laisser plus que de mauvaises options, et à la fin, coincer le roi. Les dirigeants de l’empire auraient su que, comme le regretté Justin Raimondo l’avait expliqué dès 2014 pour Antiwar, Poutine ne pouvait pas se permettre de perdre l’Ukraine au profit de l’Ouest sans perdre un soutien crucial en Russie. Si l’on ajoute à cela l’intensification des attaques contre les séparatistes du Donbass et le refus catégorique de l’Occident de faire la moindre concession, comme garantir qu’il n’intégrerait pas à l’OTAN une nation qu’il n’avait de toute façon pas l’intention d’intégrer, on peut comprendre, voire soutenir, la ligne de conduite radicale de Poutine.

Aucun effort diplomatique significatif n’est déployé par Washington pour mettre fin à la violence. Les vies ukrainiennes sont gaspillées pour faciliter les objectifs de domination planétaire des États-Unis en suscitant un soutien international en faveur de l’étranglement de la Russie tout en déversant de grandes fortunes dans le complexe militaro-industriel plutôt que de faire le moindre pas vers la désescalade, la diplomatie et la détente.

Et il est tout à fait possible que tout cela ait été planifié des années à l’avance.

Est-ce une coïncidence qu’avant que tout cela ne commence, nous ayons été bombardés pendant cinq ans de récits anti-russes hystériques, tous initiés par des agences de renseignement secrètes et sans comptes à rendre, et dont aucun n’a jamais été étayé par des preuves tangibles ? Les théories du complot discréditées selon lesquelles il y avait un agent du Kremlin installé le bureau ovale n’avaient rien à voir avec l’Ukraine. Pas plus que l’affirmation, truffée de failles et toujours sans la moindre preuve, selon laquelle des pirates informatiques russes seraient intervenus dans les élections américaines, ou l’affirmation sans fondement selon laquelle des trolls de Saint-Pétersbourg auraient fait de même. Pas plus que l’affirmation selon laquelle la Russie payait des combattants liés aux talibans pour tuer des troupes américaines en Afghanistan, affirmation qui a finalement été retirée par le même cartel de renseignements qui l’avait lancée.

Tous ces récits hystériques anti-russes ont été jetés à la figure du monde entier jour après jour, année après année, sans que rien ne les relie vraiment, si ce n’est le fait qu’ils ont alimenté l’anxiété générale à l’égard de la Russie et qu’ils ont été lancés par le cartel du renseignement américain. Même le scandale vide de l’Ukrainegate, qui a conduit à la mise en accusation infructueuse de Trump, a été lancé par un officier de la CIA qui se trouvait par hasard au bon endroit au bon moment.

Et tandis que tous ces récits hystériques sur une marionnette de Poutine qui occuperait le poste de commandant en chef des Etats-Unis étaient agressivement martelés dans la conscience publique, les politiques réelles de Trump envers Moscou étaient extrêmement bellicistes et agressives. Derrière les récits sur la servitude du Kremlin, une nouvelle guerre froide était en train de s’intensifier dangereusement.

Et maintenant, préparés des années à l’avance par ces récits anti-Russie à grande échelle, j’ai des libéraux occidentaux dans mes notifications sur les médias sociaux avec des profils bleues et jaunes qui me traitent de propagandiste russe et d’agent du Kremlin toute la journée, tous les jours. Grâce à cette campagne de propagande à grande échelle, nous sommes arrivés à ce point alors qu’il y a quelques années, Obama se moquait de Mitt Romney en raison de son attitude, à l’époque qualifiée d’irresponsable, à l’égard de la Russie.

Nous nous attendons donc à des confrontations de plus en plus agressives entre l’alliance de puissance américaine et le bloc Chine-Russie dans un avenir prévisible, dans une lutte qui a déjà dégénéré en guerre chaude et qui pourrait facilement devenir infiniment pire. Tout cela parce que quelques manipulateurs haut placés ont convaincu l’establishment américain que la domination unipolaire mondiale serait une bonne chose. Nombre de ces architectes d’un empire unipolaire ont été impliqués dans l’influent et meurtrier Projet pour un nouveau siècle américain (PNAC), dont les membres fondateurs fournissent aujourd’hui leurs avis d’experts sur ce qu’il convient de faire au sujet de la guerre en Ukraine.

Michael Parenti a vu tout cela venir il y a longtemps :

Le plan du PNAC prévoit une confrontation stratégique avec la Chine et une présence militaire permanente encore plus importante aux quatre coins du monde. L’objectif n’est pas seulement le pouvoir pour lui-même, mais le pouvoir de contrôler les ressources naturelles et les marchés du monde, le pouvoir de privatiser et de déréglementer les économies de chaque nation du monde, et le pouvoir de hisser sur le dos des peuples du monde entier - y compris l’Amérique du Nord - les bienfaits d’un "marché libre" mondial sans entraves. L’objectif final est d’assurer non seulement la suprématie du capitalisme mondial en tant que tel, mais aussi la suprématie du capitalisme mondial américain en empêchant l’émergence de toute autre superpuissance potentiellement concurrente.

Il n’y a aucune raison de vivre ainsi. Nous ne devrions pas voir les horreurs de la guerre infligées à l’humanité avec le risque d’un anéantissement nucléaire total suspendu au-dessus de nos têtes chaque minute de chaque jour, tout cela pour quelques stupides grandes manœuvres d’échiquier de quelques sociopathes qui ne peuvent pas laisser l’humanité vivre simplement en paix.

Il n’y a aucune raison valable pour que les nations ne puissent pas simplement collaborer entre elles dans l’intérêt de tous. Il n’y a aucune raison valable pour que nous acceptions ces jeux suicidaires de conquête planétaire comme étant inévitables, normaux ou acceptables. Si nos esprits n’étaient pas verrouillés de manière aussi systématique par la manipulation psychologique à grande échelle, il n’y aurait aucune chance que nous acceptions cette folie.

Je ne sais pas si les États-Unis réussiront dans cette grande confrontation stratégique pour empêcher la montée d’un monde multipolaire. De mon point de vue, tout dépend de la partie au conflit qui a le plus d’atouts dans sa manche, et cela pourrait facilement être l’alliance émergente par la Chine, dont la Russie est un acteur clé. Mais je pense qu’il est beaucoup trop tôt pour déclarer que l’ordre mondial dirigé par les États-Unis est terminé et qu’un véritable monde multipolaire s’est consolidé.

Il reste encore de nombreux coups à jouer sur l’échiquier.

Caitlin Johnstone

Traduction "il y a les pions et il y a les fous" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://caitlinjohnstone.substack.com/p/ukraine-is-a-sacrificial-pawn-on
URL de cet article 37822
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.