RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Chine en ligne de mire

Le 9 novembre, à Toulon, le régime macronien a présenté sa nouvelle “ revue stratégique nationale ”.

Fidèle à son maître, il a désigné la terrible menace qui plane sur nos têtes.
Ce péril mortel, quel est-il ? C’est la Chine, bien sûr, ce pays assoiffé de richesses qui jette sournoisement ses tentacules sur la planète entière et conspire avec la Russie pour dominer le monde.

Les navires français croisent dans le détroit de Taïwan quand aucun navire chinois ne croise au large de nos côtes. Mais peu importe : la Chine est dangereuse puisqu’on vous le dit.

Voici quelques extraits commentés de cette “ revue stratégique nationale ” qui, malheureusement, fixe la doctrine officielle de la France en matière de défense :

- « L’objectif du Parti communiste chinois (PCC) et de l’Armée Populaire de Libération (APL) reste de supplanter les États-Unis comme première puissance mondiale ».

Impardonnable, en effet. Comment la Chine ne chante-t-elle pas les louanges du leader éclairé du monde libre ? Au lieu de poursuivre sa montée en puissance, elle devrait renoncer à ses propres succès pour laisser à l’Oncle Sam, ce bienfaiteur de l’humanité, le leadership qui lui revient de droit.

- « La modernisation de l’appareil militaire chinois se poursuit et permet à l’APL d’appuyer une stratégie de plus en plus affirmée, y compris sur le plan militaire, que ce soit dans la région indo-Pacifique, en particulier s’agissant du statu quo dans le détroit de Taïwan, mais aussi dans les autres régions du monde où sa diplomatie lui crée des clientèles, notamment en Afrique ».

La Chine a peut-être des clientèles en Afrique, mais la France a surtout des ex-colonies qui ne peuvent plus la voir en peinture. Certes, la disparition programmée du néocolonialisme français a un goût amer pour ceux qui se croyaient co-propriétaires du continent africain. Mais il va falloir s’y faire, et ce ne sont pas ces récriminations de cocu qui vont changer le cours de l’histoire.

- « Le régime chinois considère la puissance américaine et le modèle occidental en déclin. Il estime que le leadership occidental sur l’ordre international est fragilisé et qu’il peut l’affaiblir encore davantage en mettant à profit son influence nouvelle ».

Plutôt d’accord. Mais au vu des dégâts causés par l’hégémonisme occidental, c’est une bonne nouvelle.

- « Cette remise en cause irrigue les domaines politique (propagande sur le déclin de l’Occident), économique et technologique (prédation, guerre commerciale), militaire (croissance de l’arsenal nucléaire, modernisation de l’Armée Populaire de Libération, points d’appui à l’étranger), et diplomatique (attitude plus assertive dans les enceintes internationales, recours au rapport de force bilatéral ou à des formats multilatéraux alternatifs, comme le 14+1 (14 pays européens, dont neuf pays de l’UE) ou le Forum sur la coopération sino-africaine) ».

En effet. Il paraît même que la Chine est un pays souverain, qu’elle a une diplomatie indépendante, qu’elle dirige son armée et ne demande pas d’autorisation pour nouer des partenariats. Province vieillissante d’un empire fissuré, la France ne peut pas en dire autant.

- « L’examen dans la durée de la cohésion occidentale et des impacts des sanctions et des embargos sur la Russie donnera aussi à la Chine des indications précieuses sur la portée des outils de coercition économique qui pourraient lui être opposés en cas de crise majeure ».

C’est vrai. L’analyse rigoureuse de l’échec cinglant des sanctions occidentales contre la Russie contribue certainement à éclairer la lanterne des responsables chinois. Le masochisme contre-productif de l’UE dans l’affaire ukrainienne restera sans doute longtemps un sujet d’école en sciences politiques.

- La guerre en Ukraine « ouvre la perspective d’une plus grande contestation des instances internationales de l’intérieur, orientée contre l’expression des objectifs occidentaux et offrant des opportunités d’alignement politique face à l’Occident et aux États-Unis en particulier ».

Le contraire serait étonnant. Les penseurs du ministère de la Défense ne se figuraient tout de même pas que la Chine allait s’aligner sur autre chose que la perception raisonnée de ses propres intérêts.

- La convergence stratégique entre la Chine et la Russie se manifeste par une guerre informationnelle très largement utilisée par les deux puissances qui lancent des actions hybrides pour « contester l’architecture de sécurité internationale de l’intérieur ».

Pour ce qui est de la guerre informationnelle, il y a longtemps que le monde occidental a pulvérisé tous les records. En dépit de leurs efforts méritoires, ni la Chine ni la Russie n’atteindront le niveau de leurs adversaires.

- Ces opérations russes et chinoises en matière de guerre informationnelle cherchent également « à fragiliser nos propres systèmes politiques et notre cohésion nationale, tout en alimentant voire en suscitant des effets d’alignement en notre défaveur, comme l’atteste la guerre en Ukraine ».

Curieux raisonnement. Si l’on ne s’aligne pas servilement sur la politique occidentale, cela signifie, pour nos experts militaires, qu’on cherche à miner la cohésion nationale des pays occidentaux. Pour des régimes qui se disent démocratiques, c’est paradoxal. Comme si le pluralisme qui s’exprime sur la scène internationale était une calamité qu’il fallait conjurer, et comme si une politique souveraine, de la part des autres pays, ne pouvait qu’être hostile à nos intérêts nationaux.

En réalité, une telle attitude est une forme d’aveu. Les dirigeants du monde occidental ne conçoivent pas d’autres règles que celles qui conviennent à leurs intérêts, et la vie internationale tout entière est priée de s’y conformer sous peine de représailles. On savait que ce mépris abyssal pour la souveraineté et l’intégrité des autres États caractérisait la politique étrangère américaine. Il est affligeant de constater qu’elle pollue aujourd’hui la conception même de la politique française de défense.

URL de cet article 38353
  

Même Thème
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Martin Luther King

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.