RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
19 

La défense de la liberté et de la démocratie nécessite assurément une quantité considérable de censure.

Les médias soutenus par le Kremlin ont été bannis dans toute l’Union européenne, tant à la télévision que sur les applications et les plateformes en ligne. RT a perdu son créneau sur Sky TV au Royaume-Uni, où le média est également bloqué sur YouTube. Les fournisseurs de télévision australiens SBS et Foxtel ont lâché RT, et le gouvernement fédéral fait pression sur les plateformes de médias sociaux pour qu’elles bloquent les médias russes en Australie.

En République tchèque, en Slovaquie et en Lettonie, les personnes qui soutiennent l’invasion de l’Ukraine par la Russie sont passibles d’années de prison.

Twitter, qui est traditionnellement la dernière des grandes plateformes en ligne à se jeter sur toute nouvelle escalade de la censure sur Internet, s’emploie désormais activement à réduire le nombre de personnes qui voient le contenu des médias russes, déclarant qu’il "réduit la visibilité du contenu" et "prend des mesures pour réduire considérablement la circulation de ce contenu sur Twitter". Cette tactique de censure par algorithme est exactement ce que j’avais imaginé après la démission de l’ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, en novembre dernier, en raison de commentaires antérieurs favorables à cette pratique de la part de son successeur, Parag Agrawal.

Twitter place également des avertissements sur tous les médias soutenus par la Russie et affiche un message contextuel vous informant que vous commettez une erreur de jugement si vous essayez de partager ou même "d’aimer" un message lié à ces médias sur la plateforme. Elle a également apposé l’étiquette "média affilié à l’État russe" sur chaque tweet effectué par les comptes personnels des employés de ces plateformes, donnant ainsi l’impression sans fondement que les opinions dissidentes tweetées par ces comptes sont des contenus payés par le Kremlin et non pas simplement leurs propres opinions légitimes. Certains se plaignent que cette nouvelle labellisation a conduit à un harcèlement en ligne dans le contexte d’une hystérie anti-russe digne de l’après-11 septembre qui transforme actuellement les cerveaux occidentaux en purée de palourdes.

Tout cela vient s’ajouter à toutes les autres escalades drastiques de la censure qui ont déferlé au début de la guerre en Ukraine, et je trouve personnellement un peu effrayant de voir à quelle vitesse tout cela se produit, à quel point les gens s’en accommodent, et à quel point cela semble devoir empirer.

D’autres sont du même avis.

"La purge de RT et d’autres médias russes aux États-Unis et en Europe est une censure à 100 %", a tweeté le journaliste Michael Tracey. "Allez-y et soutenez que c’est justifié, mais au moins ne soyez pas un lâche et admettez que vous prônez la censure".

"Le monde occidental croit qu’il a le monopole de ce qui constitue la ’vérité politique’ et que leur vision idéologique du monde est la seule qui soit correcte, valable et qui fasse autorité", a observé l’écrivain et analyste Tom Fowdy. "Ils prêchent la liberté d’expression et de la presse aux autres pays, mais s’en dispensent eux-mêmes."

Et je ne peux m’empêcher de trouver étrange que le combat pour la liberté et la démocratie nécessite des quantités aussi copieuses de censure. On pourrait penser qu’une société libre n’aurait aucune objection à ce que les gens essaient de connaître l’autre côté du débat sur une guerre que les puissances de l’OTAN ont très clairement contribué à déclencher, plutôt que d’être forcés de consommer uniquement les récits des médias occidentaux qui nous disent que cela se produit uniquement parce que Vladimir Poutine est mauvais et hitlérien et qu’il déteste la liberté.

On pourrait penser qu’une société vouée à la vérité et à la liberté, le genre de société que les puissances occidentales prétendent essayer de défendre en Ukraine, n’aurait pas besoin d’un ministère de la Vérité pour nous protéger de la "désinformation" concernant un gouvernement longtemps ciblé par l’empire centralisé des États-Unis, ou de la recherche de perspectives alternatives au-delà de la couverture homogène des récits dominants autorisés.

On pourrait penser que la vérité serait plus solide que cela. On pourrait penser que la liberté s’étendrait plus loin que cela. On pourrait penser que la démocratie serait plus tolérante envers la dissidence que cela.

Comme si cela n’avait rien à voir avec la liberté, la vérité ou la démocratie. 

Comme si cela n’avait jamais été le cas.

On se demande si le fait de se rallier à l’idée qu’il est normal de censurer les gens pour préserver le récit de l’establishment sur certaines choses, comme Covid-19 et les vaccins par exemple, n’était pas la pente glissante que tout le monde avait annoncée. Peut-être avons-nous bêtement consenti à une réalité où les personnes les plus puissantes du monde contrôlent les informations que les gens consomment afin de faire taire toute dissidence à l’encontre d’un empire oligarchique meurtrier et oppressif qui s’étend sur toute la planète.

Et cela nous amène à nous demander, alors que nous observons le même empire qui vient de détruire l’Irak, la Libye, la Syrie et le Yémen et à qui l’on confie le soin de naviguer avec précaution dans des escalades nucléaires extrêmement délicates sans mettre fin au monde, si nous ne serions pas mieux lotis avec beaucoup plus de dissidence, plutôt que beaucoup moins.

Caitlin Johnstone

Traduction "quand s’opposer à la censure fait de toi un "poutinien", tu sais que t’as raison" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://caitlinjohnstone.substack.com/p/defending-freedom-and-democracy-sure
URL de cet article 37796
  

Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

There is no French word for entrepreneur.

George Walker Bush

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.