RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 

La grippe au temps d’Agatha Christie... et aujourd’hui

On nous a convaincus que le Covid 19 était une maladie sui generis, et que cette épidémie était quelque chose d’inouï. Pourtant, en relisant, pour se détendre un peu, Agatha Christie, on reconnaît ici et là des notations familières.

La grippe revient souvent dans ses romans, et il y a à cela de bonnes raisons : elle-même en a souffert, et elle a été contemporaine de la plus terrible épidémie de grippe qui ait frappé l’Europe depuis le Moyen-Age, cette grippe « espagnole » qui fit, à travers le monde, de 50 à 100 millions de morts.

C’est ainsi qu’on lit dans son Autobiographie : « cette année-là [1915-16], j’attrapai une mauvaise grippe, qui tourna en congestion pulmonaire et me tint éloignée de l’hôpital [où elle travaillait comme infirmière volontaire] pendant trois semaines ou un mois ». Ou bien, dans La Maison du péril, la victime potentielle raconte que son père « a été blessé pendant la guerre et rapatrié, puis il a attrapé une pneumonie et il est mort en 1919 » : même si Agatha Christie ne la nomme pas, c’est bien là cette grippe « espagnole », qui tua de la même façon le poète Apollinaire.

Après l’épidémie, la grippe – bien que sous des formes moins virulentes – continue à sévir, en tout cas dans l’œuvre de notre auteur. Ainsi, dans Drame en trois actes, de 1935, on peut lire : « Tollie avait eu une mauvaise grippe au printemps dernier. Son goût et son odorat s’en sont trouvés amoindris » : c’est déjà cette agueusie-anosmie dont on a voulu faire la marque du Covid19 ! (dans l’histoire, elle vient compliquer l’enquête, car même si on avait mis de la nicotine pure dans sa boisson, il aurait pu ne pas en détecter l’amertume).

Mais le Roman de la grippe, c’est Meurtre au Champagne, de 1945 ; s’il ne fait pas partie de ses œuvres les plus connues, il a cependant inspiré à Manuel Vázquez Montalbán l’intrigue secondaire de La Rose d’Alexandrie, que Pepe Carvalho appelle « le crime de la bouteille de Champagne », ainsi que la personnalité de sa victime, une ravissante idiote irresponsable, incapable de gérer les passions qu’elle inspire.

Cette année-là, (dans Meurtre au Champagne), « la grippe avait été particulièrement virulente » ; « cette horrible grippe, d’une forme tout à fait inhabituelle », était apparemment très contagieuse, puisqu’une femme trompée pense aussitôt à elle pour la débarrasser de sa rivale : « Et si elle attrapait une pneumonie ? C’est le genre de chose qui peut arriver. Une de mes amies, toute jeune, en était morte, l’hiver dernier ».
Même quand on survit, on en garde des séquelles : « Rosemary était malheureuse, déprimée, à plat après une grippe carabinée ». C’est d’ailleurs là la base de l’intrigue : Rosemary est morte à la suite d’une ingestion de cyanure ; chaque fois qu’on soupçonne un acte criminel, on assène la thèse du suicide en s’appuyant sur un diagnostic médical qui constitue le leitmotiv du livre : «  Dépression nerveuse consécutive à une forte grippe ». On aurait envie d’en faire une parabole pour notre époque.

Des médecins nous disent que les conséquences psychologiques (pas seulement dans les EHPAD), sociales, économiques du Covid 19 ont déjà fait plus de morts que le virus lui-même, d’autres annoncent que la crise socio-économique due au confinement (qu’il porte officiellement ce nom ou qu’il se présente de façon sournoise) sera plus dévastatrice que l’épidémie ; cela n’empêche nullement pouvoir et médias de continuer à marteler des chiffres apocalyptiques (ou qu’on nous donne pour tels) sur les « nouveaux » cas, sans tenir compte du fait que, plus on teste, plus on trouve de traces du virus, qu’elles soient actuelles ou anciennes, virulentes ou désamorcées.

De sorte que lorsqu’on constatera cette catastrophe socio-économique, on pourra toujours l’imputer à une sorte de suicide : la population était déprimée par la menace du virus, elle n’avait plus de goût à consommer, et a donc cessé d’alimenter la machine économique – à moins qu’on ne mette en cause, comme le Préfet Lallement, des comportements suicidaires (l’absence des mesures barrières). Ainsi évitera-t-on d’évoquer l’hypothèse du meurtre : une utilisation calculée de l’épidémie pour accélérer les mutations nécessaires à une nouvelle Révolution industrielle, celle du numérique, et la concentration économique que, comme en 1929, elle entraîne. On sait parfaitement maintenant que les GAFA, et tout particulièrement Bill Gates et Amazon, sont les grands bénéficiaires du Covid 19. Mais on ne va pas se demander à qui profite le crime : fermetures d’usines, faillites en chaîne de petites entreprises ? Suicide dû à une dépression nerveuse consécutive à une forte grippe.

URL de cet article 36557
   

La gauche radicale et ses tabous
Aurélien BERNIER
Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme ! Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La misère ne rassemble pas, elle détruit la réciprocité.

Wolfgang Sofsky

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.