RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

La haine médiatique !

L’importance de l’acte 4 se mesure aux propos emplis de haine et de contre vérités déversés par la majorité des médias aux ordres des grands financiers et du pouvoir. Si les manifestations s’éteignaient, les éditorialistes baisseraient le ton de leur attaques. Or ils redoublent d’intensité car leurs propos ne sont plus entendus par la population. Mieux, le doute s’installe à l’égard des informations distillées. Le mouvement des Gilets jaunes met en relief les contradictions entre journalistes, entre organisateurs de sondages, entre chercheurs, entre sociologues. Tout est bousculé. Ainsi, ce mouvement marque l’histoire de notre pays. Et ce n’est que le début.

Pour la première fois depuis des décennies, le monde invisible des gens sans statut, des précaires, des pauvres, des auto entrepreneurs, des artisans et commerçants déclassés, des jeunes sans emploi, des travailleurs pauvres surgit sur le devant de la scène politique. C’est le cri de millions de personnes en recherche d’une vie meilleure, d’une vie digne dans un pays riche, de plus en plus riche.

Nous rentrons dans une période agitée. Macron, par sa volonté de rester droit dans ses bottes, est responsable du désordre social et économique que nous vivons. La répression qu’il encourage, les violences qu’il couvre, la haine qu’il favorise ne suffiront pas à écraser ce mouvement. Parce qu’il vient de très loin, parce qu’il est l’expression d’une majorité, parce qu’il soutient des revendications compréhensibles par la population, ce mouvement agrège des catégories sociales qui ne se côtoyaient pas, qui quelquefois s’opposaient. Aujourd’hui, les rencontres permettent la compréhension, la découverte des situations et la solidarité active. Macron et le gouvernement en ont peur.

Ceci explique le déchaînement médiatique pour essayer de dissocier les gilets jaunes et stopper les manifestations. Tout est bon pour nous discréditer. L’affaire Finkelkrault en est la dernière mouture. Amalgamer antisémitisme et manifestants, le coup paraissait trop beau. Cette opération va échouer. Les gilets jaunes ont intérêt à affirmer plus encore leurs revendications sociales, fiscales et démocratiques. C’est le socle commun qui rassemble et permet un soutien populaire.

Que n’entendons-nous pas sur les divisions internes, les propos haineux tenus par les manifestants comme si des propos identiques n’existaient pas dans d’autres secteurs de la société française. Prenons l’exemple de l’antisémitisme. Des groupes d’extrême droite le propagent impunément. Aucune réaction médiatique aussi intense. Aucune sanction. Macron salue le maréchal Pétain, responsable des rafles de juifs et de la déportation d’enfants juifs. Pas de réactions des mêmes médias qui accusent les gilets jaunes. Permettez-moi d’être offusqué d’une telle attitude de ces journalistes qui crient haro sur notre mouvement.

Signe d’une vaste opération idéologique visant la désinformation des gens, la campagne médiatique s’accélère et s’enfonce dans la médiocrité. La déontologie journalistique disparaît au profit des "fakenews". La propagande remplace l’explication, la réflexion. Avec le traitement du mouvement, on atteint des sommets d’imbécilité, de contre-vérités, d’affirmations non vérifiées, de mensonges avérés. Il ne faudra pas s’étonner du désaveu porté par les français à l’égard de leurs médias. Ils le méritent bien.

Rien n’y fera. L’insurrection pacifique populaire avance. Violences policières, falsifications médiatiques, bataille idéologique gouvernementale ne règlent pas les problèmes posés. Les idées de partage des richesses, de réduction des inégalités sociales, de participation des gens ne peuvent être effacées. Dans la tradition républicaine et contestataire de notre pays, ce mouvement ne s’achèvera pas de si tôt. Seule, la dissolution de l’assemblée nationale représente à mes yeux l’issue politique démocratique possible. Le retour aux urnes permet de résoudre la crise. Ce que ne veulent ni Macron, ni le gouvernement, ni les grands médias, ni le patronat. Leur opposition à cette solution me conforte que c’est le bon chemin !

URL de cet article 34586
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.