RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La leçon d’un petit pays des Andes

En juin dernier, un tout petit pays d’Amérique du sud, l’Equateur, a proposé aux grands États-Unis une aide financière pour qu’ils améliorent la situation des droits de l’Homme chez eux.

L’information n’a pas beaucoup été relayée, pourtant il y a de quoi faire, quand ces mêmes États-Unis ne se privent pas de déployer une énergie inégalée pour faire la même chose à travers le monde, par l’activisme tentaculaire d’organisations "non-gouvernementales", telles la National Endowment for Democracy (NED), le National Democratic Institute (NDI) ou Freedom House, dont on sait les effets dévastateurs sur un certains nombre de pays, surtout parmi les arabes et assimilés.

L’aide équatorienne s’élève à 23 millions de dollars destinés à financer une formation dans le domaine. Fernando Alvarado, le ministre de la communication de l’Equateur, a aussi rappelé que son pays avait ratifié "tous les documents relatifs aux mécanismes interaméricains en matière de droits de l’Homme" et a demandé à Washington à "en ratifier au moins un seul". Nous apprenons du même coup que le gouvernement étatsunien a quelques problèmes avec cette notion qui lui sert apparemment de prétexte pour agresser et détruire des pays. Et ce n’est pas le quidam qui peut être renseigné sur la chose ou qui aurait à l’idée que les États-Unis ne soient pas le modèle immaculé en la matière. Pourtant, à fouiner dans leur Constitution, l’on se rend immédiatement compte de la conformité criarde entre le texte et l’arrogance de la politique étrangère. On découvre que ce qui dérange ce sont les "droits économiques et sociaux", décrétés comme pouvant mettre en danger le système en vigueur, qui doit reposer sur la libre détermination de l’individu sur le marché libre de toute intervention de la puissance publique. Apporter, dans ce contexte, une quelconque protection aux plus faibles équivaudrait à porter atteinte à la cohésion, bâtie autour de l’idéologie individualiste. Ainsi, nous pouvons avoir un meilleure éclairage sur l’acharnement à "exporter" cette "démocratie" expurgée des droits qui dérangent, le "Way of life" que les Gi’s disent défendre là où ils ont été projetés. Donc pas de contradiction en fait, puisque ce qui fait obstacle à l’expansion des "marchés" c’est cette propension à croire qu’il faut acheter la paix sociale par une redistribution d’une partie des richesses produites, ou à considérer que l’économie doit rejaillir sur le bien être de tous.

Deux attitudes incompatibles avec le libéralisme dans sa version étasunienne, que certains pays d’Europe sont en train de mettre en œuvre, en allant à l’encontre d’une longue histoire de conquêtes sociales. Quittes qu’ils sont à balayer les derniers principes démocratiques, par une allégeance déclarée à l’oligarchie financière, qui dicte les lois et les politiques gouvernementales par-dessus les élus et les institutions censées être l’expression des peuples. Avec si le processus se maintient, sans rencontrer de résistance, la mise en place d’une gouvernance musclée, qui veillera à faire définitivement admettre les "droits de l’Homme" allégés de leurs substrats économiques.

Ahmed Halfaoui

»» http://www.lesdebats.com
URL de cet article 22695
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.