Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La locomotive USA de la dépense militaire mondiale (Il Manifesto)

La dépense militaire mondiale - selon les estimations du Sipri, le 29 avril - a dépassé les 1800 milliards de dollars en 2018, avec une augmentation en termes réels de 76% par rapport à 1998. Selon cette estimation, on dépense chaque minute dans le monde environ 3,5 millions de dollars en armes et armées.

À la première place se trouvent les États-Unis avec une dépense en 2018 de 649 milliards. Ce chiffre représente le budget du Pentagone, comprenant les opérations guerrières à l’étranger, mais pas toute la dépense militaire étasunienne. S’y ajoutent en effet d’autres postes de caractère militaire. Le Département pour les anciens combattants, qui s’occupe des militaires à la retraite, a eu en 2018 un budget de 180 milliards de dollars.

La Communauté d’intelligence, composée de 17 agences (dont la plus connue est la CIA), déclare un budget de 81,5 milliards, qui cependant n’est que la pointe de l’iceberg de la dépense réelle pour opérations secrètes.

Le Département pour la sécurité de la patrie a dépensé en 2018 70 milliards, surtout pour “protéger avec le service secret notre infrastructure financière et nos dirigeants les plus hauts placés”.

Le Département de l’Énergie a dépensé 14 milliards, correspondants à la moitié de son budget, pour la maintenance et la modernisation de l’arsenal nucléaire.

En tenant compte de ces postes et quelques autres, la dépense militaire des États-Unis se monte, en 2018, à environ 1000 milliards de dollars. En dépense pro capite, elle équivaut à 3 mille dollars par habitant des États-Unis. La dépense militaire est la principale cause du déficit fédéral, grimpé à 1000 milliards, et en forte augmentation. Avec d’autres facteurs, elle fait gonfler la dette publique USA, montée en 2019 à plus de 22 000 milliards de dollars, avec des intérêts annuels de 390 milliards qui doubleront en 2025.

Ce système tient sur l’hégémonie du dollar, dont la valeur est déterminée non pas par la réelle capacité économique étasunienne, mais par le fait qu’il constitue la principale monnaie des réserves de devises et des prix internationaux des matières premières. Cela permet à la Federal Reserve d’imprimer des milliers de milliards de dollars avec lesquels est financée la colossale dette publique USA à travers obligations et autres titres émis par le Trésor.

La Chine, la Russie et d’autres pays mettant en question l’hégémonie du dollar -et avec elle l’ordre économique et politique dominé par l’Occident - les États-Unis jouent de plus en plus la carte de la guerre, en investissant 25% de leur budget fédéral dans la machine guerrière la plus coûteuse du monde.

La dépense militaire des États-Unis exerce un effet moteur sur celle des autres pays, qui restent cependant à des niveaux très inférieurs. La dépense de la Chine est estimée par le Sipri à 250 milliards de dollars en 2018, même si le chiffre officiel fourni par Pékin est de 175. La dépense de la Russie est estimée à 61 milliards, plus de dix fois inférieure à celle des USA (en se limitant au budget du Pentagone). Selon les mêmes estimations, sept pays de l’OTAN - USA, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Canada et Turquie - comptent au total environ pour la moitié de la dépense militaire mondiale.

La dépense militaire italienne, hissée en 2018 du 13ème au 11ème rang mondial, est estimée par le Sipri à 27,8 milliards de dollars. Ainsi se trouve substantiellement confirmée l’estimation, comprenant d’autres postes en plus du budget de la Défense, que la dépense militaire italienne atteint les 25 milliards d’euros annuels en augmentation.

Cela signifie qu’en une année, on dépense déjà aujourd’hui à des fins militaires l’équivalent (selon les prévisions) de quatre années de revenu de citoyenneté. Dans le sillage des USA, est désormais décidée une forte augmentation ultérieure. Le plus fort “revenu de citoyenneté” est désormais celui de la guerre.

Manlio Dinucci
Édition de mardi 7 mai 2019 de il manifesto

Traduit de l’italien par M-A P.

»» https://ilmanifesto.it/la-locomotiva-usa-della-spesa-militare-mondiale/
URL de cet article 34893
   
Même Thème
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.