RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Opération conquête des esprits

Le sens du sacrifice émeut. La Guerre peut en devenir admirable. Recette : (1) trouver un héros jeune et sympathique, (2) louer son dévouement et sa mort altruiste, (3) assurer qu’il s’agissait de défendre les bons face aux méchants, (4) taire les horreurs que l’on a commises. Cela marche encore et toujours.

Environ 5 000 enfants et adolescents de 212 classes ont participé, hier à Pise, à la “Journée de la Solidarité” en souvenir du major Nicola Ciardelli du Régiment de parachutistes (Foudre), tué le 27 avril 2006 dans un “terrible attentat” à Nassirya, pendant la "mission de paix” Antica Babilonia. La Journée, organisée chaque année par l’Association Nicola Ciardelli Onlus créée par sa famille, est devenue, grâce ou soutien déterminant de la Municipalité (d’abord dirigée par le PD, aujourd’hui par la Lega) le laboratoire d’une grande opération – à laquelle collabore un large arc d’organismes et associations – pour “sensibiliser les jeunes étudiants à l’importance de l’engagement de chacun envers la construction d’un avenir de Paix et de Solidarité”.

L’exemple à suivre est “l’engagement consenti par Nicola en faveur des populations déchirées par les conflits, rencontrées à l’occasion des nombreuses missions auxquelles il avait participé”, pendant lesquelles il avait “touché du doigt la dévastation des guerres et les souffrances de ceux qui sont obligés de les subir, dont les premiers sont les enfants”.

Mais personne n’a raconté aux 5 000 enfants et adolescents la véritable histoire de la guerre dévastatrice déclenchée en 2003 par les États-Unis contre l’Irak, pays déjà soumis à un embargo qui avait provoqué en dix années un million et demi de morts, dont environ un demi-million d’enfants.

Personne ne leur a expliqué que, pour justifier la guerre en accusant l’Irak de posséder des armes de destruction massive, furent fabriquées des “preuves”, qui se sont ensuite révélées fausses.

Personne ne leur a dit que, pour éradiquer la résistance, l’Irak fut mis à feu et à sang, par tous les moyens : des bombes au phosphore contre la population de Falloujah aux tortures dans la prison d’Abou Ghraib.

À cette guerre – définie aujourd’hui par le ministère italien de la Défense comme “Opération Iraqi Freedom conduite par les EU pour le renversement du régime de Saddam Hussein, dans le cadre de la lutte internationale contre le terrorisme” – a participé le contingent italien Antica Babilonia. La conseillère politique de ses commandants, entre 2005 et 2006, était l’actuelle ministre de la Défense Elisabetta Trenta (Cinq Étoiles). En faisait partie le 185ème Régiment de parachutistes Folgore de reconnaissance acquisition objectifs, département de forces spéciales dans lesquels était officier Nicola Ciardelli.

Le Régiment – explique le ministère de la Défense – “opère en infiltrant des détachements opérationnels au-delà des lignes ennemies, dans des actions directes qui prévoient l’engagement d’objectifs à distance en exploitant l’armement en dotation et toutes les plate-formes de feu terrestres, aériennes et navales”. En d’autres termes, une fois la “cible” humaine repérée, elle est éliminée directement par des tireurs choisis ou, indirectement, avec un pointeur laser qui guide la bombe lancée par un avion de chasse.

Ceci n’a pas été raconté aux 5 000 enfants et adolescents qui, au moment culminant de la Journée, ont applaudi les paras de la Folgore qui descendaient du ciel sur le Ponte di Mezzo (pont sur l’Arno dans le centre historique de Pise, NdT) apparaissant à leurs yeux comme des héros de BD qui défendent les bons contre les méchants.

Le cas de Pise n’est pas isolé. Les militaires étasuniens de la base de Sigonella (Sicile) – selon Antonio Mazzeo – sont de plus en plus présents dans les écoles siciliennes où ils donnent des cours d’anglais, de gymnastique et autres. À Sigonella, où un curé de paroisse a emmené les enfants en “visite d’instruction”, et dans les bases des Pouilles ont lieu pour les lycéens des stages d’”alternance école-travail”. Des cas analogues sont enregistrés dans d’autres régions.

Ce qui est en cours est une véritable opération de conquête militaire des esprits des jeunes générations (et pas seulement celles-là). Y a-t-il des enseignants, étudiants et parents disponibles pour la contrecarrer, en s’organisant pour faire avancer, contre celle de la guerre, la culture de la paix ?

Édition de mardi 30 avril 2019 de il manifesto
https://ilmanifesto.it/operazione-conquista-delle-menti/
Traduit de l’italien par M-A P.

30 avril 2019

URL de cet article 34895
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Puisque le commerce ignore les frontières nationales, et que le fabricant insiste pour avoir le monde comme marché, le drapeau de son pays doit le suivre, et les portes des nations qui lui sont fermées doivent être enfoncées. Les concessions obtenues par les financiers doivent être protégées par les ministres de l’Etat, même si la souveraineté des nations réticentes est violée dans le processus. Les colonies doivent être obtenues ou plantées afin que pas un coin du monde n’en réchappe ou reste inutilisé.

Woodrow Wilson
Président des Etats-Unis de 1913 à 1921

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.