RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« La logique de rentabilité des banques non remise en cause »

Lors du Conseil européen de jeudi et vendredi, les chefs d’État et de gouvernement ont avancé sur la construction d’une union bancaire. Secrétaire CGT de la Banque de France, Denis Durand pointe les insuffisances du projet.

Lors du sommet de jeudi et vendredi, les dirigeants européens ont décidé de travailler à la création d’une union bancaire. La première pierre de cette dernière a été posée mercredi, par la décision des ministres de l’Économie de confier à la Banque centrale européenne (BCE) la supervision des banques, aujourd’hui contrôlées par des autorités nationales.

L’accord trouvé est censé, selon les dirigeants européens, « préserver
la stabilité financière ». Est-ce le cas ?

Denis Durand. L’une des raisons principales de la crise a été que les banques ont été incitées, par la politique monétaire et leurs actionnaires, à utiliser leur pouvoir de création monétaire pour injecter de l’argent dans les marchés financiers. C’est pour cela que, ces trente dernières années, la masse des actifs financiers a une croissance trois fois supérieure à celle des richesses effectivement créées.

De temps en temps, ça craque : cela donne des crises financières comme celle des subprimes. La logique de la réglementation, depuis les années 1990, est de veiller au respect des ratios de Bâle.

Ceux-ci mesurent si les fonds propres des banques sont assez élevés en comparaison du montant des prêts accordés. Leur logique est donc de demander aux banques d’être toujours plus rentables... donc de prendre toujours plus de risques ! Elle n’est pas remise en cause aujourd’hui. Depuis le début de la crise, les dirigeants européens n’ont eu d’autre volonté que d’apporter la preuve que leurs politiques sont conformes aux exigences des marchés financiers.

Quelles ont été les conséquences des pressions du Royaume-Uni ?

Denis Durand. Cette supervision concerne l’ensemble de l’Union européenne (UE) et pas seulement dans la zone euro. Les pays non membres de la zone euro ont donc leur mot à dire. Or, la place de Londres est le principal centre financier européen. Au sein de la BCE, un organisme spécial dédié à la supervision bancaire sera donc créé pour y faire entrer le Royaume-Uni.

On a dans les conclusions du sommet une référence obsessionnelle à la préservation du marché unique. En clair, les Britanniques se sont battus pour que la zone euro n’impose pas une réglementation bancaire qui ne préserverait pas les intérêts de la City et sa réglementation particulièrement libérale.

Qu’est-ce qui doit changer dans le système bancaire ?

Denis Durand. Il faudrait pousser les banques à financer le développement des services publics, les investissements qui créent de l’emploi dans les territoires et préservent l’environnement. Outre la question d’une autre réglementation bancaire, avec d’autres normes de crédits et de ressources, cela pose celle d’une autre politique monétaire.

La BCE a le pouvoir d’imposer les conditions auxquelles elle prête aux banques, en fixant le niveau des taux d’intérêt sur le marché monétaire, en changeant les conditions auxquelles les banques peuvent emprunter auprès d’elle. Cela suppose de la démocratie au sein de la BCE, qui passe par un changement de ses statuts, de ses missions et de sa gouvernance.

Au niveau national, on aurait besoin de pôles publics financiers qui seraient des instruments pour réorienter l’ensemble du système financier.

Au niveau local et régional, les citoyens devraient pouvoir interpeller les banques sur leur comportement, obtenir la mobilisation du crédit bancaire en fonction d’objectifs sociaux, économiques et environnementaux.

Le fait que la supervision passe au niveau européen rend-il plus difficile l’intervention citoyenne ?

Denis Durand. Dans l’état actuel, transférer le pouvoir à la BCE n’est pas un progrès pour la démocratie. En 2009, quand a été créée l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), qui supervise les banques en France, la CGT et la CFDT avaient demandé qu’y siègent des représentants des syndicats. Cela n’a pas été le cas. D’où une consanguinité entre l’ACP et le milieu de la finance. Au niveau européen, rien n’a jamais été prévu pour que des représentants des citoyens disposent de pouvoirs au sein de la BCE.

Entretien réalisé par Gaël De Santis

»» L’Humanité.fr
URL de cet article 23769
  

Même Thème
Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Honte à tous ceux à gauche qui ont tourné le dos à Assange. J’ai vu ce que vous avez fait, bande d’enfoirés.

Daniel Fooks

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.