RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Combattre l’islamisme tout en choyant ses sponsors

Au Moyen-Orient, les dirigeants français se lient avec leurs homologues pour favoriser les entreprises hexagonales et affaiblir l’Iran et la Syrie.

Les dirigeants français affichent la volonté de lutter contre l’islamisme radical. Un objectif qui s’accommode mal d’une politique de longue date suivie par Paris : renforcer les liens avec les monarchies du Golfe, parmi les principales promotrices de l’islamisme. Ainsi, en 2007, quand Nicolas Sarkozy prend les rênes du pouvoir, le premier chef d’État arabe à être invité n’est pas franchement un partisan de la laïcité dont se targuent dans son camp politique ceux qui ciblent aujourd’hui les musulmans : l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al Thani. Entre les deux pays, c’est une relation bien entendue. Quand ils n’appuient pas les Frères musulmans, les investisseurs qatariens placent leur fonds dans des entreprises ou clubs de sport français ou dans l’immobilier parisien ; ils possèdent ainsi des immeubles sur les Champs-­Élysées. Le Qatar est devenu au fil des années le 27e client de la France, important pour 3,8 milliards d’euros de biens et services en 2019, notamment dans le secteur des transports.

Riyad envoie ses sbires tuer des journalistes qui usent trop de leur liberté d’expression

La crise syrienne a également été l’occasion d’une vision régionale commune : Doha s’est fait le bailleur de fonds d’une partie de l’opposition syrienne, ­notamment islamiste ; sous la présidence de François Hollande, Paris s’attachait à faire reconnaître cette opposition syrienne comme seule légitime à représenter Damas dans les instances internationales.

Les dirigeants français multiplient les visites à Riyad, bien que les fondations saoudiennes financent le terrorisme islamiste, ou que ce pays envoie ses sbires tuer des journalistes qui, tel Jamal Khashoggi, usent trop de leur liberté d’expression. Avec Riyad, Paris a longtemps participé à instaurer un « cordon sanitaire » autour de l’Iran (mais a, depuis, changé d’attitude vis-à-vis de Téhéran), concurrent stratégique des deux capitales, notamment au Liban. L’Arabie saoudite est désormais le 2e client de l’industrie militaire française, avec 11,3 milliards d’achats entre 2009 et 2018. En mai 2019, la ministre française des Armées était auditionnée par la commission de la Défense. Interrogée sur le pourquoi des ventes d’armes à l’Arabie saoudite, pays impliqué dans la guerre au Yémen, elle répondait : « C’est parce que c’est indispensable à notre souveraineté : celle de la France d’abord ; et celle de l’Europe aussi, que ce gouvernement s’attache chaque jour à construire. » Mais pour quelles valeurs ?

Si le Quai d’Orsay emploie des mots durs contre le gouvernement turc – l’ambassadeur à Ankara a été rappelé à Paris à la suite des propos d’Erdogan –, il y a peu, il œuvrait avec ses partenaires européens à un accord avec Ankara pour que les réfugiés syriens restent en Turquie et ne rejoignent pas l’Union européenne.

Source : l’Humanité du 27/10/2020

»» https://www.humanite.fr/un-combat-contre-lislamisme-tout-en-choyant-se...
URL de cet article 36604
  

Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous sommes gouvernés, nos esprits sont moulés, nos goûts formés, nos idées suggérés, en grande partie par des gens dont nous n’avons jamais entendu parler.

Edward Bernays

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.