RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Combattre l’islamisme tout en choyant ses sponsors

Au Moyen-Orient, les dirigeants français se lient avec leurs homologues pour favoriser les entreprises hexagonales et affaiblir l’Iran et la Syrie.

Les dirigeants français affichent la volonté de lutter contre l’islamisme radical. Un objectif qui s’accommode mal d’une politique de longue date suivie par Paris : renforcer les liens avec les monarchies du Golfe, parmi les principales promotrices de l’islamisme. Ainsi, en 2007, quand Nicolas Sarkozy prend les rênes du pouvoir, le premier chef d’État arabe à être invité n’est pas franchement un partisan de la laïcité dont se targuent dans son camp politique ceux qui ciblent aujourd’hui les musulmans : l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al Thani. Entre les deux pays, c’est une relation bien entendue. Quand ils n’appuient pas les Frères musulmans, les investisseurs qatariens placent leur fonds dans des entreprises ou clubs de sport français ou dans l’immobilier parisien ; ils possèdent ainsi des immeubles sur les Champs-­Élysées. Le Qatar est devenu au fil des années le 27e client de la France, important pour 3,8 milliards d’euros de biens et services en 2019, notamment dans le secteur des transports.

Riyad envoie ses sbires tuer des journalistes qui usent trop de leur liberté d’expression

La crise syrienne a également été l’occasion d’une vision régionale commune : Doha s’est fait le bailleur de fonds d’une partie de l’opposition syrienne, ­notamment islamiste ; sous la présidence de François Hollande, Paris s’attachait à faire reconnaître cette opposition syrienne comme seule légitime à représenter Damas dans les instances internationales.

Les dirigeants français multiplient les visites à Riyad, bien que les fondations saoudiennes financent le terrorisme islamiste, ou que ce pays envoie ses sbires tuer des journalistes qui, tel Jamal Khashoggi, usent trop de leur liberté d’expression. Avec Riyad, Paris a longtemps participé à instaurer un « cordon sanitaire » autour de l’Iran (mais a, depuis, changé d’attitude vis-à-vis de Téhéran), concurrent stratégique des deux capitales, notamment au Liban. L’Arabie saoudite est désormais le 2e client de l’industrie militaire française, avec 11,3 milliards d’achats entre 2009 et 2018. En mai 2019, la ministre française des Armées était auditionnée par la commission de la Défense. Interrogée sur le pourquoi des ventes d’armes à l’Arabie saoudite, pays impliqué dans la guerre au Yémen, elle répondait : « C’est parce que c’est indispensable à notre souveraineté : celle de la France d’abord ; et celle de l’Europe aussi, que ce gouvernement s’attache chaque jour à construire. » Mais pour quelles valeurs ?

Si le Quai d’Orsay emploie des mots durs contre le gouvernement turc – l’ambassadeur à Ankara a été rappelé à Paris à la suite des propos d’Erdogan –, il y a peu, il œuvrait avec ses partenaires européens à un accord avec Ankara pour que les réfugiés syriens restent en Turquie et ne rejoignent pas l’Union européenne.

Source : l’Humanité du 27/10/2020

»» https://www.humanite.fr/un-combat-contre-lislamisme-tout-en-choyant-se...
URL de cet article 36604
   

Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.