Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Pologne est confrontée à un afflux d’Ukrainiens qui veulent du travail, un logement et le statut de réfugié

La Pologne connait une hausse spectaculaire des demandes de permis de travail, de permis de résidence, et de statut de réfugié de la part des Ukrainiens qui veulent échapper à la crise ukrainienne. La politique de l’UE en Ukraine pourrait causer un exode massif des Ukrainiens en Europe.

Moscou, 31 janvier – Selon le quotidien polonais Rzeczpospolita, il y a eu, en 2014, une augmentation spectaculaire du nombre d’Ukrainiens qui ont sollicité un permis de travail, le statut de résident et le statut de réfugié en Pologne, à cause de la crise économique et militaire en Ukraine.

Le journal note que l’année dernière, l’Office des Étrangers du pays a enregistré plus de 2 300 demandes de statut de réfugié en Ukraine, contre seulement 86, l’année précédente. L’office a également enregistré près de trois fois plus de demandes de permis de résidence, passant d’environ 12 900 en 2013 à 28 000 un an plus tard. Du fait de la crise économique qui frappe l’Ukraine, le Ministère du Travail a traité au moins 359 000 demandes de permis de travail, contre 134 000 l’année précédente.

Aucune des demandes de statut de réfugié n’a été acceptée, a indiqué l’Agence de Presse polonaise, cette semaine. Selon l’agence, la décision de l’Office des Étrangers est basée sur les règles strictes de la Convention de Genève concernant les Réfugiés, qui stipule que les personnes demandant le statut doivent prouver qu’elles sont menacées de persécution et dans l’impossibilité de trouver refuge dans d’autres parties de leur propre pays. Une douzaine de candidats ont reçu des permis de complaisance leur permettant de rester dans le pays.

La Pologne ouverte aux ventes d’armes à l’Ukraine

Alexandra Wielgos, de l’Association des maraîchers polonais a dit à Rzeczpospolita, que "la situation en Ukraine est telle que les Ukrainiens ne veulent pas seulement travailler en Pologne, ils veulent également y vivre." Elle a ajouté qu’elle reçoit dix fois plus de demandes d’emploi qu’avant.

Le document cite également Alexandr, un ukrainien de la région de Dnepropetrovsk, qui vit en Pologne depuis plus de huit mois. "La guerre fait rage à seulement 200 kilomètres de chez moi à Marioupol," explique Alexandr qui craint fort que plus rien ne l’attende en Ukraine, étant donné l’effondrement économique du pays et l’insécurité qui y règne. "Je voudrais faire venir ma femme et ma fille ici, mais les procédures sont compliquées", ajoute-t-il.

Une recrue ukrainienne : Je ne veux pas me battre pour ceux qui se moquent bien de nous

Stanislav Kluza, un ancien ministre du gouvernement et économiste à l’École d’Économie de Varsovie a dit à Rzeczpospolita que la hausse du nombre d’Ukrainiens qui cherchent à venir en Pologne était une chance pour le pays : "L’immigration nous permet d’améliorer notre situation démographique. Une telle situation ne durera pas éternellement." Le journal a également noté l’avantage que retiraient les employeurs de "cette armée de travailleurs ukrainiens qui se contentent de salaires au rabais." L’ONU estime que plus de 1,2 million de personnes ont été déplacées dans l’est de l’Ukraine à cause du conflit militaire entre Kiev et les partisans de l’indépendance. On estime qu’au moins 830 000 Ukrainiens ont fui en Russie depuis le début du conflit, et des centaines de milliers d’autres ont dû quitter leurs domiciles pour se réfugier dans d’autres parties de l’Ukraine.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://sputniknews.com/europe/20150131/1017598411.html#ixzz3QQHbe82d
URL de cet article 27917
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.