Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La surprise Bernie Sanders

La course à la maison blanche est lancée aux Etats-Unis, comme d’ordinaires les deux grands partis le Parti démocrate et le Parti républicain vont s’affronter pour savoir lequel fournira le où la futur(e) président(e). En réalité que ce soit l’un où l’autre des candidats, les deux partis sont idéologiquement très proche. Au cours de leur histoire récente, jamais les Etats-Unis n’ont cessé les interventions militaires ou n’ont accordé de réels droits aux travailleurs.

Pourtant, cette année, une personnalité pourrait bouleverser l’ordre établi.

Perçu comme une simple attraction au début de la campagne, par les principaux médias, Bernie Sanders est aujourd’hui en passe de pouvoir prétendre devenir le candidat du Parti démocrate – dont il n’est membre que depuis 2015 – aux élections présidentielles étasuniennes.

Alors que sa principale concurrente au sein des démocrates, Hillary Clinton, bénéficiait d’une large avance en terme de points, les premiers caucus de l’Etat d’Iowa ont révélé une quasi-égalité entre les deux candidats. Avec 49,8% des suffrages exprimés Hillary Clinton dispose ainsi d’une courte avance sur Bernie Sanders qui recueille 49,6% des votes.

Selon les derniers sondages, il est le candidat favori des jeunes démocrates, et lorsqu’on regarde de plus près son programme, on comprend aisément pourquoi. Gratuité de l’université, couverture médicale universelle, revalorisation du salaire minimum, soutien à l’avortement et au mariage homosexuel, mais surtout opposition à l’omniprésence des banques et à la place prépondérante de Wall Street : le discours de Bernie Sanders tranche avec tout ce que les Etats-Unis ont connu jusqu’à présent.
Il est ainsi le seul sénateur à se dire ouvertement socialiste ; un mot qui est encore assimilé au mal absolu dans le pays le plus libéral au monde.

Toutefois l’appui populaire sera nécessaire, et cela Bernie Sanders le sait plus que quiconque, afin de concrétiser les changements en profondeur dont les Etats-Unis ont besoin.

De ses propres voeux, il appelle à une révolution politique qui apparaît plus que jamais nécessaire. Un homme seul, même président, ne peut changer les choses s’il n’a pas le soutien de millions de citoyens. La place de l’argent, des lobbies, des banques est tellement importante que seul un mouvement populaire d’ampleur, conscient politiquement et désireux de changer la société pourra faire pression sur les financiers.

Pour l’heure, l’important pour Bernie Sanders et ses soutiens sera d’essayer de récolter assez de fonds, afin d’avoir l’assurance de pouvoir mener des campagnes électorales similaires dans tous les états. Un pari risqué quant on sait qu’il ne bénéficie pas du soutien des grandes entreprises, à l’inverse de ses concurrents démocrates où républicains.

L’émergence de Bernie Sanders, tend à rappeler celle de Jeremy Corbyn au Royaume-Uni (voir : L’espoir en provenance d’Angleterre) qui est désormais à la tête du Labour Party (Parti travailliste) alors qu’une telle chose paraissait impossible il y a encore quelques mois.

Les idées novatrices de Bernie Sanders tranche avec celles de ses opposants républicains. Donald Trump et Ted Cruz se sont ainsi lancés dans un concours des propositions plus conservatrices et réactionnaires les unes que les autres. Entre opposition à l’avortement, rejet du mariage pour tous, stigmatisation de l’immigration, le milliardaire et le pasteur regorgent d’idées pour tenter de perpétuer un système qui arrive à bout de souffle.

C’est précisément pour cette raison qu’une personne comme Bernie Sanders, avec un discours radical et des propositions franches, peut désormais émerger et affirmer ses propositions.

Le peuple des Etats-Unis n’a pas besoin que son armée aille faire la guerre aux quatre coins du monde pour défendre les intérêts économiques de quelques privilégiés. Tout l’argent consacré aux dépenses militaires – ce qui représente des centaines de milliards de dollars – serait sans doute beaucoup plus utile au financement de l’éducation, d’une sécurité sociale, où d’une revalorisation salariale.

Les travailleurs étasuniens subissent l’exploitation patronale, les licenciements et le chômage, comme dans tout pays capitaliste. Ce ne sont ni la suppression de l’avortement, ni le maintien du droit de port d’arme qui permettront d’améliorer la situation économique et social du pays.

En réalité, parler de questions sociétales, d’armes, de rêve américain, permet bien souvent aux différents candidats d’esquiver les question économiques et les revendications salariales.

»» http://unmilitant.blogspot.fr/2016/02/la-surprise-bernie-sanders.html
URL de cet article 29903
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans la souffrance, la crise à Haiti offre des opportunités aux Etats-Unis. A part fournir une aide humanitaire immédiate, la réaction des Etats-Unis au séisme tragique à Haiti offre des opportunités pour remodeler le gouvernement d’Haiti depuis lontemps en dysfonctionnement ainsi que son économie afin d’améliorer l’image des Etats-Unis dans la région.

Publié sur le site de Heritage Foundation,
janvier 2010
Quelques jours après le séisme à Haiti.


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.