Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le capitalisme, un aller simple… sans retour possible

Introduction : L’idée de ce papier est née d’un article lu sur un média classique  [1]. Mais avant que d’en parler, rappelons. Les humains de la « démocratie libérale » étaient confrontés à un système Stalinien dénommé URSS. La fin du « système soviétique  » devait ouvrir sur une période de paix et de prospérité partagée, du fait de la « mondialisation  » dite libérale…

De fait, pour la paix, depuis le 11 Septembre, c’est foutu, conséquence du système lui-même. Il fallait bien substituer à la « lutte contre le communisme », de fait dissous depuis 1989, la lutte contre le terrorisme, nouveau adversaire à présenter aux peuples en vue de justifier les financements militaires.

Quant à la prospérité des peuples, là encore, depuis le Krach de 2008, c’est aussi foutu… D’où la question suivante : « Dans une démocratie de marché », le retour est-il possible ? ou s’agit-il d’un « aller simple » sans aucun retour possible ?

Du mur de Berlin au mur d’argent : Il n’est pas facile pour le communiste (et aujourd’hui insoumis) que je suis, de rappeler cet événement de la fin du mur de Berlin, non que j’ai soutenu ce mur, pour moi insoutenable, d’un point de vue humain, mais du fait du sens de ce que représente un mur… Mais la fin du mur de Berlin, c’est l’émergence « du mur de l’argent », dénommé de manière plus soft : « mondialisation  ». La « mondialisation  » n’est que le système économique de la « dictature de l’argent » [2] imposé aux peuples et dont les conséquences portent le nom de « chômage et précarité de masse », « désindustrialisation  », « pauvreté », « S.D.F  », « sans papiers, sans logements  » « migrations de survie permanente », « nomadisme salarial » etc…

La renationalisation des autoroutes : Au-delà des « revendications-doléances » sur le prix des carburants et des taxes, à l’image de 1789, une des revendications des « gilets-jaunes » est celle de la « renationalisation des autoroutes » en vue d’éviter de devoir financer les profits de Vinci et de ses acolytes… La question devenant donc :

Quelle réponse politique à cette doléance du « peuple des ronds-points » ? Pour celles et ceux qui ne connaissent pas leur histoire, rappelons ici qu’une des taxes imposée par « l’ancien régime » portait le nom d’octroi. Le « droit d’octroi » était une taxe payée par tous ceux qui rentraient dans la ville et elle fut développée sous Louis XVI, déclenchant des insurrections, du fait des mobilités déjà imposées [3]. A ce questionnement des taxes des péages privés, voilà donc la seule réponse politique « crédible  » ici analysée. La renationalisation des autoroutes serait…. Impossible.

La « renationalisation impossible » ? Il ne s’agit pas d’une illusion idéologique mais la transcription exacte de ce que disent les « politiques » officiels actuels. Prenant conscience des abus des sociétés privées, enfin cette question est posée… Voilà à cette suggestion du « bon sens des ronds-points », la réponse politique apportée.

Les réponses apportées : « ’Nous y avons pensé nous-mêmes lors du quinquennat précédent. Le problème d’une renationalisation c’est qu’elle coûte extrêmement cher et qu’elle suppose d’être indemnisée. C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas revenir en arrière.’ [4] Un aveu d’impuissance de toute possibilité de retour en arrière sur les décisions antérieurement prises.

Du fondement de la démocratie : La démocratie a une définition extrêmement précise. Il s’agit de la « souveraineté du peuple ». En termes pratique, si le peuple vote pour un choix politique qui lui semble correspondre à son « optimum économique et social », celui-ci doit être respecté et aussitôt appliqué [5]. Tout système qui empêcherait cette matérialisation, serait de fait par définition antidémocratique, pour ne pas dire plus. Que de fois dans l’Histoire du XXème siècle les « libéraux  » au nom de « la liberté du client » n’ont-ils reproché au « système soviétique », de ne pouvoir être changé… Or qu’a-t-on observé ? Dans le cadre des mobilisations de masse à l’Est, le mur de Berlin fut non seulement détruit, mais le système économique a changé, sans morts, sans charge des « Dark-vador » tout de noir vêtu… Et tout le système a basculé du « communisme d’Etat », au « capitalisme d’Etat », car la Russie de Poutine, n’est pas autre chose que du « Capitalisme d’Etat ». Sans Etat et puissance publique en Russie, il n’y aurait pas de puissance russe… qui fait si peur à l’occident et notamment à Trump…

Comment appeler un système qui ne permet pas de revenir en arrière ? Si la démocratie permet de privatiser, alors, elle doit aussi en fonction des décisions du peuple souverain, pouvoir revenir sur ces privatisations et pouvoir renationaliser, si telle est la volonté du peuple. Voilà la vraie question. Si le citoyen inséré dans un système qui le dépasse, et qui considère qu’il ne peut plus comme citoyen intervenir dessus, en vue d’en modifier le sens, ce système porte le nom de dictature et déclenche de fait une révolution : « « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs. » / Robespierre

Le capitalisme est une dictature : Tant qu’il s’agit de « privatiser » en vue de permettre l’obtention des profits le « libéralisme » est favorable, pour ne pas dire enthousiaste… et plus si affinité.

Dès lors que le choix démocratique consiste à exprimer l’inverse, à savoir la Renationalisation, alors le système, pour sa propre sauvegarde explique que c’est IMPOSSIBLE.

C’est pourquoi le titre de l’article qui a déclenché cet article est : « ’Le problème d’une renationalisation c’est qu’elle coûte extrêmement cher’. En d’autres termes, si dans le cadre de la « démocratie de marché » aujourd’hui imposée, la « privatisation  » est possible, pour ne pas dire facilitée, le contraire est « impossible » au vu des « coûts engendrés » …

Mais tout système qui empêche de revenir sur un choix antérieur porte le nom de dictature. Dans ce cadre, si le capitalisme est un système organisant le profit d’une minorité et que ce système est adopté par la majorité, les médias appellent cela « démocratie de marché », mais tout peuple qui oserait revenir sur ce principe, en serait de fait empêché par la comptabilité des apparences, forme de force centrifuge du système lui-même. En ce sens le capitalisme une fois établi est donc une dictature, car se définissant comme « un aller, sans retour possible ». Observons que cette définition était ce qui était attribué à l’époque, d’avant 1989 aux régimes appelés communistes…

Et si c’était l’inverse ? à savoir qu’en effet le capitalisme est un système qui n’offre qu’un « aller simple » sans retour possible…ou en tout cas tellement cher à payer, qu’il dissuade le peuple d’oser même le penser (pas d’alternative) …expliquant en retour la « crise des gilets-jaunes » pour le coup tout autant « Révolutionnaire de l’impossible » que les « sans culottes de 1789 » …

Pour le combat des gilets jaunes,
le 27 Décembre 2018,

Fabrice AUBERT

[2Du Capital mondialisé…

[4Olivier Faure, actuel premier secrétaire du PS.

[5A l’inverse du référendum de 2005 bafoué par Sarkozy au nom du « marché libre et non faussé ».


URL de cet article 34309
   
Même Thème
LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d’une banque ?

Bertolt Brecht


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.