Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le fil conducteur

Le capitalisme financier a-t-il enfanté une nouvelle structure sociale radicalement différente de celle qui a accompagné l’ère industrielle du même système ? Oui, si l’on croit Jean-Marc Vittori, éditorialiste au quotidien parisien de l’économie, Les Echos (*).

« Le salariat était parfaitement adapté à l’usine du XXe siècle. Il correspond de moins en moins à l’organisation de la production du XXIe siècle ... et aux aspirations de ceux qui travaillent », argumente-t-il.

Une « énorme vague » que « personne ne voit arriver » est résumée ainsi : « Les gouvernants, leurs opposants, les partenaires sociaux d’hier débattent de la meilleure façon de relancer l’emploi. Mais le travail change. Il change en profondeur. Il va changer dans les années qui viennent comme jamais depuis la dernière révolution industrielle. Encourager l’emploi sans voir ce bouleversement à venir, c’est ne pas voir la vague. »

Le travail, « qui a pris différentes formes au cours du temps », est profondément marqué par la fin de l’ère industrielle du capitalisme : « La proportion d’ouvriers dans la population active a chuté de moitié en un demi-siècle, tombant à 20%. L’industrie fait à peine plus du dixième de l’activité. La production matérielle et les tâches répétitives sont de plus en plus souvent accomplies par des machines. »

Se référant à un ouvrage collectif Sociétal 2015 , paru chez Eyrolles, il souligne qu’en France un salarié sur trois n’est pas en CDI, le contrat typique de l’ère industrielle. Un salarié sur deux travaille parfois le samedi. Plus de 2 millions d’hommes et de femmes exercent plusieurs activités (salarié et non-salarié, multi-employeurs, etc.) », alors qu’aux Etats-Unis, un actif sur quatre n’est pas salarié.

Une tendance que Raymond Barre avait vu venir dès 1978, en s’écriant : « Les chômeurs n’ont qu’à créer leur emploi. »

Vittori ne soutient pas pour autant inconditionnellement cette tendance lourde, aussi objective soit-elle. Elle soulève, à ses yeux, « des myriades de questions », comme les abus, les difficultés des peu qualifiés à s’organiser dans ce monde nouveau, la capacité des entreprises et de leurs dirigeants à passer réellement au management par projet, et le « formidable défi pour les politiques, qui devront adapter le cadre légal et réglementaire au travail de demain comme ils l’ont fait pour le travail d’hier ».

Autant de réserves fondées qui rendent pertinente cette question que pose l’activiste américain, Kyle Brown, sur le site au nom fort nostalgique de « socialistworker » : « La classe ouvrière peut encore changer le monde ? »(**)

Avec des syndicats affaiblis et des mouvements de grève au plus bas, tombés à des niveaux d’action historiquement inégalés, il trouve « compréhensible que peu de gens » répondent par l’affirmative à la question qu’il se pose.

Prenant le contre-pied de ce sentiment, largement partagé au sein de l’opinion publique, Kyle Brown soutient toutefois que, aussi vastes qu’ils soient, ces changements sociaux « n’ont pas éliminé le potentiel de la classe ouvrière en tant que force sociale motrice capable de transformer la société et de constituer une alternative radicale au capitalisme ».

Cette alternative lui semble inhérente au mode de fonctionnement du système capitaliste, « basé sur la concurrence pour les bénéfices » et l’antagonisme « entre la classe dirigeante et la classe ouvrière ».

Cette dernière inclut, à ses yeux, tous ceux qui n’ont pas de contrôle sur les moyens de production et qui n’ont pas d’autre alternative que de vendre leur force de travail « en échange d’une sorte de salaire ».

Ainsi définie (au sens très large de salariés), la classe ouvrière représenterait aux Etats-Unis « environ 75% de la population ».

Dans leur course à la maximisation des profits, les capitalistes maximisent du même coup l’exploitation : « Une façon de le faire par l’introduction de nouvelles technologies afin que l’entreprise puisse produire plus avec moins de travailleurs. Une autre façon d’augmenter l’exploitation est d’obtenir des travailleurs qu’ils travaillent plus longtemps, pour des salaires inférieurs et moins d’avantages sociaux. »

La fabrication qui enregistre l’effet multiplicateur le plus élevé de tous les secteurs économiques, reste l’activité la plus rentable, aux Etats-Unis plus que partout ailleurs dans le monde.

L’idée « qu’il n’y a pas plus de classe ouvrière, parce que nous ne produisons plus rien de tangible – que nous produisons des services ou des idées, ou que notre travail est numérique » lui semble contestable. Même moins nombreux – l’auteur les estime à « environ 14% de la classe ouvrière aujourd’hui » –, les travailleurs de la production n’en demeurent pas moins « un élément central de l’économie américaine ».

« Vue sous cet angle, la restructuration néolibérale de l’économie au cours des 40 dernières années, n’avait pas pour objectif de se débarrasser de la production », mais de la rendre « beaucoup plus rentable ».

Le creusement des écarts de revenus qui s’ensuit « ne signifie pas que les travailleurs de production ont moins de pouvoir aujourd’hui que dans les années 1970. En fait, cela signifie le contraire. Moins de travailleurs créent aujourd’hui plus de profit pour la classe dirigeante que dans les années 1970. Par conséquent, ces travailleurs ont beaucoup plus de pouvoir potentiel. S’ils décident collectivement d’arrêter la production pour se mettre en grève, ils mettront fin immédiatement à la production de profit. Et à cause de la façon dont l’ensemble du processus de production a été de plus en plus divisé en pièces le long d’une chaîne de valeurs mondiales, une grève des travailleurs d’une usine a le potentiel de se faire sentir beaucoup plus loin au-delà de ce seul lieu de travail ».

A. B.

(*) Jean Marc Vitori, « Et si le salariat disparaissait... », Les Echos, 3 avril 2015.

(**) Kyle Brown, Can the working class still change the world ?, 14 avril 2015,
http://socialistworker.org/2015/04/14/can-workers-still-change-the-world

»» http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2015/04/28/article.php++cs_INTERRO++sid=1778...
URL de cet article 28517
   
Même Thème
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas nous qui aidons Cuba mais Cuba qui nous aide. A comprendre, à rêver, à espérer, à tout ce que vous voulez. Nous, nous ne sommes que solidaires.

Viktor Dedaj


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.