RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le gouvernement américain affirme qu’un journaliste américain n’a pas le droit de contester sa décision de l’assassiner (Reprieve)

Le gouvernement américain a demandé à la Cour d’appel du district de Columbia de confirmer le rejet de la contestation par le journaliste américain Bilal Abdul Kareem de la décision apparente de son gouvernement de l’assassiner sans lui dire pourquoi, ni lui accorder le droit constitutionnel à une procédure régulière.

M. Kareem est un lauréat des prix Edward R. Murrow et Peabody, qui a grandi à Mount Vernon, New York, et était auparavant un comédien de stand-up à New York. Il a fait des reportages sur le conflit en Syrie depuis le début. En 2016, il a échappé de justesse à cinq assassinats, dont deux sur des voitures dans lesquelles il voyageait et deux autres au siège de son agence de presse, On The Ground News. Il pense que le gouvernement américain l’a identifié à tort comme un terroriste pour avoir interviewé des groupes armés en Syrie, une partie essentielle de son travail journalistique. Bilal expose les histoires inédites du conflit syrien et vise à construire un dialogue interculturel entre l’Est et l’Ouest. Il a été inspiré par sa mère, Phyliss Phelps - journaliste à l’époque des droits civils et membre à vie de la NAACP et de la Rainbow Coalition.

En juin 2018, le tribunal pour le district de Columbia a décidé que M. Kareem avait présenté un cas plausible de son inscription sur la "liste noire" et que, si cela était vrai, le gouvernement devait lui accorder le droit à une procédure régulière, rejetant la suggestion selon laquelle il s’agissait d’une "question politique" déléguée au président. Toutefois, sur une deuxième motion de rejet, le gouvernement américain a réussi à faire valoir que l’affaire ne pouvait être entendue sans référence à des secrets d’État dont la divulgation porterait atteinte à la sécurité nationale. Le rejet par le tribunal de l’affaire de M. Kareem signifie que le gouvernement peut secrètement prendre pour cible un journaliste américain, sans référence à la Constitution américaine.

M. Kareem a fait appel de la décision du tribunal auprès de la Cour d’appel du district de Columbia, en faisant valoir que le fait qu’un journaliste américain soit sur la liste des personnes à abattre ne devrait pas être un "secret d’État" et que la décision du tribunal inférieur permet simplement d’appliquer la peine de mort sans aucune procédure régulière. Le gouvernement américain a déposé son mémoire en réponse à l’appel de M. Kareem hier soir, affirmant que la nécessité de préserver les "secrets d’État" l’emporte sur le droit constitutionnel à la vie d’un citoyen américain et que l’affaire pose une question politique plutôt que juridique - ce dernier argument ayant été rejeté par le tribunal de district. À l’heure où la présomption de culpabilité et la violence sanctionnée par l’État dominent nos flux d’informations, Bilal Abdul Kareem pose simplement la question : "Essayez-vous de me tuer ? Et si oui, pourquoi ?

M. Kareem a déclaré : "Quand j’étais jeune, j’ai toujours eu un sens aigu de la justice. Ma mère me l’a inculqué, mais je le voyais aussi comme une valeur américaine. Je croyais que si vous faisiez quelque chose que vous ne deviez pas faire, vous auriez votre temps pour plaider votre cause au tribunal. Mais aujourd’hui, on me refuse ce droit. Je vis dans la crainte de mon propre gouvernement, car je travaille en tant que journaliste - pour exposer et contester des points de vue différents et favoriser la compréhension entre les cultures. Ici, en Syrie, dans l’une des guerres les plus violentes que le monde ait connues, j’essaie de défendre ces mêmes idées de justice, de transparence et de responsabilité. Si seulement mon gouvernement faisait de même".

Maya Foa de Reprieve, a déclaré : "Il devrait être impensable que le gouvernement américain cherche à exécuter de manière extrajudiciaire un journaliste américain en reportage dans une zone de guerre sans lui dire pourquoi il est visé, ou sans lui donner la possibilité de le contester. Ignorer la Constitution quand elle ne vous convient pas, c’est le comportement des dictateurs et des despotes. Le gouvernement américain doit cesser de se cacher derrière des "secrets d’État" pour éviter d’accorder à M. Kareem un procès en bonne et due forme - son droit le plus fondamental en tant qu’Américain".

Traduction "on en apprend tous les jours" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://reprieve.org.uk/press/us-government-claims-american-journalist...
URL de cet article 36305
  

Même Thème
Les enfants cachés du général Pinochet - Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation
Maurice LEMOINE
Le 15 septembre 1970, onze jours après l’élection de Salvador Allende, le président Richard Nixon, en 15 minutes lors d’une réunion avec Henry Kissinger, ordonne à la CIA de « faire crier » l’économie chilienne. Le 11 septembre 1973, Allende est renversé… En 1985, Ronald Reagan déclare que le Nicaragua sandiniste « est une menace pour les Etats-Unis » et, le 1er mai, annonce un embargo total, similaire à celui imposé à Cuba. Depuis le Honduras et le Costa Rica, la « contra », organisée et financée par la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une de meilleures façons d’apporter la justice est de révéler l’injustice.

Julian Assange

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.