RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Relation spéciale d’Israël avec l’État de la nation la plus dangereuse du monde

Simon Korner souligne le lien profond entre Israël et les États-Unis, deux États-nations belliqueux qui croient que leur survie en tant que puissances dominantes dépend de la projection constante d’une force meurtrière et de la terreur.

Pourquoi pointer du doigt Israël, se demandent souvent ses défenseurs, en utilisant la question comme base pour des accusations d’antisémitisme ? L’une des raisons est la relation spéciale qu’entretient Israël avec la puissance la plus dangereuse du monde : les États-Unis.

Voyons d’abord l’influence israélienne sur la police étasunienne, un sujet actuellement controversé. Cathy Lanier, ancienne chef de police à Washington, a donné l’approbation suivante de la formation israélienne : "Aucune expérience de ma vie n’a eu autant d’impact sur mon travail que d’aller en Israël."

Réorienter la politique étasunienne vers le terrorisme et la subrogation

La principale contribution d’Israël à la police des EU a été de l’aider à se réorienter vers la lutte contre le terrorisme et l’assujettissement de segments de sa population – sur la base de l’expérience israélienne de répression des Palestiniens. À la suite des attentats du 11 septembre 2001, le Département fédéral des EU de la sécurité intérieure a établi un bureau spécial en Israël. Le NYPD a emboîté le pas en 2012.

À la suite de la formation israélienne – orchestrée par le chef des services de sécurité du Shin Bet, Avi Dichter, qui était responsable des bombardements de Gaza et des assassinats ciblés – l’Unité de démographie du NYPD a développé un programme de surveillance musulmane « calqué en partie sur la façon dont les autorités israéliennes opèrent en Occident. Bank », selon l’Associated Press. "Nous sommes allés dans le pays qui traite du problème [le terrorisme] depuis 30 ans", a déclaré le commissaire de police de Boston, Paul F. Evans, après son voyage de formation. Un collègue chef de police a qualifié Israël de « Harvard de l’antiterrorisme ». Le rédacteur en chef de Grayzone, Max Blumenthal, appelle le processus « l’israélification de l’appareil de sécurité des EU ».

La technique spécifique du genou sur le cou mise en évidence par Maxine Peake peut être utilisée contre les victimes palestiniennes dans de nombreuses images d’actualité, y compris contre des manifestants non armés près de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem en mars de cette année.

Cette posture de retenue particulière a également été illustrée dans l’image d’en-tête du site Web (supprimée peu de temps après le limogeage de Long-Bailey pour cacher les preuves, mais enregistrée pour la postérité par Skwawkbox) de l’école tactique israélienne. L’école, qui compte des instructeurs du Shin Bet, du Mossad, de Yamam (SWAT israélien) et des Navy SEALs israéliens, dispense une formation en matière de sécurité à la police et aux services secrets étasuniens, sur la base des techniques données aux forces de sécurité israéliennes.

Ces images réfutent l’affirmation du porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfield selon laquelle la technique n’est pas utilisée en Israël ni utilisée dans sa formation. Le même démenti a été fait par le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arredondo, après le meurtre de George Floyd, bien que les versions archivées de la politique sur le recours à la force du département de police de Minneapolis montrent que les « attaches cervicales » et les « prises d’étranglement » faisaient partie du code du ministère en 2002.

Cette date précède une grande partie de la formation de la police israélienne aux États-Unis, montrant que la police des EU réprimait la brutalité locale contre les Noirs et d’autres sans recourir aux instructions israéliennes. Mais comme l’a tweeté un universitaire iranien d’Amérique Maleh Khalili : « Ce n’est pas que les Israéliens ont« créé »une forme de retenue particulièrement violente. C’est qu’ils sont un élément totalement pivot et central d’un réseau de pratiques de sécurité mondiale qui nécessite la violence contre les populations civiles racialisées. » En d’autres termes, c’est un problème plus important que les tactiques ou l’entraînement de la police, qui va au cœur de l’exceptionnalisme israélien.

Israël, “ Security Land ” et GCHQ

L’écrivain israélien Jeff Halper pense qu’Israël est au cœur de « l’industrie mondiale de la pacification » – un pays armé jusqu’aux dents, orienté vers la guerre à la fois interne et externe. Le journal israélien Haaretz a qualifié Israël de « terre de sécurité ». Le livre de Halper, War Against the People, montre le niveau disproportionné de militarisation d’Israël, le pays le plus militarisé au monde depuis 2007, selon le Global Militarization Index, et l’un des 10 principaux États du commerce mondial des armes. Il joue un rôle clé en fournissant son savoir-faire en matière de surveillance et de contrôle aux pays du monde entier, y compris les grandes puissances de l’OTAN.

Un exemple est la coopération étroite entre le Royaume-Uni et Israël dans le domaine de la cybersécurité, que le groupe de pression britannique israélien, Bicom, considère comme un « partenariat de premier ordre ». Robert Hannigan, ancien directeur du GCHQ, a salué les « excellentes relations cybernétiques » de son organisation avec les services de sécurité israéliens, dont le travail est très apprécié. La coopération fonctionne dans les deux sens. Lors du massacre israélien à Gaza en 2008-2009 qui a tué 1 400 personnes, le GCHQ a fourni à Israël des informations sur les Palestiniens et, à son tour, la Grande-Bretagne a bénéficié d’une formation israélienne à l’utilisation de drones « testés sur le terrain » sur les Palestiniens de Gaza, selon War on Want (11 décembre 2013).

Alors que la Grande-Bretagne reste proche de son ancienne colonie, la position d’Israël en tant que puissance régionale dangereusement instable dépend avant tout de ses relations étroites avec les États-Unis.

L’accord bipartisme avec Israël est au centre de la politique étrangère des États-Unis

L’accord bipartisme garantit depuis longtemps le soutien à Israël en tant qu’élément vital de la politique étrangère des EU. Israël reçoit bien plus de 3 milliards de dollars par an des États-Unis, ainsi que des renseignements privilégiés pour surveiller et cibler les Palestiniens, selon des documents de la US National Security Agency découverts par Edward Snowden en 2014.

L’Institute for Policy Studies, un groupe de réflexion étasunien axé sur la paix, souligne un schéma révélateur de l’aide des EU à Israël. Après la guerre de 1967, cette aide a augmenté de 450%, et de nouveau après la guerre civile en Jordanie, quand Israël y a réprimé les radicaux. La victoire militaire israélienne de 1973 contre l’Égypte et la Syrie a de nouveau provoqué une augmentation de 800% de l’aide, car Israël a prouvé qu’il pouvait vaincre les ennemis armés par l’URSS. Après la révolution iranienne de 1979, l’aide a quadruplé, comme après l’invasion du Liban en 1982 et de nouveau pendant et après la première guerre du Golfe. Ce que cela suggère, c’est que l’aide étasunienne n’est pas accordée pour assurer la survie d’Israël, mais répond à la preuve de la force et de l’agression israéliennes. Plus la belligérance d’Israël est grande – y compris son écrasement des aspirations palestiniennes – plus il reçoit d’aide étasunienne.

Israël est précieux pour les États-Unis principalement parce qu’il garantit aux États-Unis « l’accès aux ressources vitales » de la région, comme le dit Ariel Ilan Roth de l’Université Johns Hopkins, garantissant le contrôle des EU sur l’énergie du Moyen-Orient. Aider à vaincre le nationalisme arabe laïc pendant la guerre froide s’est transformé en menaçant et en attaquant des acteurs régionaux rebelles tels que l’Iran, la Syrie, les Houthis au Yémen, le Hezbollah au Liban et les Unités de mobilisation populaire (UGP) en Irak, tout en limitant l’avance d’influence russe dans la région. Israël a ses propres intérêts nationaux, dont les objectifs coïncident largement, mais pas entièrement, avec ceux des États-Unis.

Bien que l’intérêt des États-Unis pour le pétrole du Moyen-Orient ne soit plus principalement de répondre à ses propres besoins énergétiques, qu’ils peuvent satisfaire par la fracturation dans le pays, ils visent néanmoins à monopoliser l’énergie afin de comprimer la Chine, dont le développement repose sur des sources du Moyen-Orient, donc Israël. est stratégiquement placé pour promouvoir la planche centrale de la politique américaine.

Israël – le domaine d’essai pour la sécurité et les armes des États-Unis

Une autre raison pour laquelle Israël est important pour les EU est qu’il fournit un terrain d’essai à jour et réel. Le chef de la division de la technologie et de la logistique de l’armée israélienne, Avner Benzaken, a déclaré au Spiegel : « Si je développe un produit et que je veux le tester sur le terrain, je n’ai qu’à parcourir cinq ou 10 kilomètres de ma base et je peux regarder et voir ce qui se passe avec l’équipement. » Les tests d’armes dans des situations réelles constituent également une excellente vitrine pour les armes de fabrication étasunienne, faisant la promotion des produits des fabricants d’armes américains dans d’autres pays du Moyen-Orient et au-delà.

Un troisième fil qui lie Israël aux États-Unis est la pression des organisations sionistes étasuniennes – juives, chrétiennes évangéliques et autres – qui font pression sur les dirigeants étasuniens successifs au nom d’Israël et collectent des fonds pour son soutien.

L’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) est la deuxième organisation de lobbying la plus puissante de Washington, selon Zack Beauchamp, correspondant principal du site Internet Vox News. Le fort engagement idéologique des chrétiens millénaristes étasuniens, désormais représentés au cœur du pouvoir américain sous la forme de Mike Pompeo, et des Juifs fidèles à l’idée d’une patrie nationale, exerce une forte pression sur les États-Unis pour qu’ils respectent leur engagement à long terme .

Plus largement, les électeurs étasuniens croient toujours qu’Israël est une démocratie et une influence stabilisatrice, bien que ce consensus soit confronté à un défi croissant de la part d’organisations progressistes telles que Jewish Voice for Peace. Les faits répréhensibles sur le terrain en Israël rendent une telle position de plus en plus invraisemblable, mais pour l’instant, être pro-israélien reste un vainqueur.

L’un des résultats du soutien financier et du renseignement étasunien à long terme a été la montée en puissance d’Israël en tant que centre scientifique de haute technologie, avec des industries de pointe en matière de cyber et biotechnologie et de collecte de renseignements sophistiqués. Désormais un important fabricant et exportateur d’armes à part entière, Israël est le huitième fournisseur d’armes au monde, exportant des armes d’une valeur de 9,2 milliards de livres sterling en 2017, l’Inde étant son plus gros client. Elit Systems a été classée par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) comme la 28e société d’armement au monde (hors Chine) en 2017, l’une des premières entreprises mondiales de « sécurité et défense ». Le savoir-faire d’Elit dans la construction du mur d’apartheid israélien a permis à sa filiale Kollsman Inc. de remporter un contrat pour la création du mur frontalier américano-mexicain, y compris ses tours de surveillance. La collaboration israélo-étasunienne s’étend au développement de systèmes de défense antimissile et de programmes spatiaux communs – Israël est membre du Center for Moon Research de la Nasa, par exemple. Un atout que les États-Unis font presque tout pour protéger. Bien que le taux de meurtres d’Israël ne corresponde pas toujours à celui des Saoudiens au Yémen ou de la Turquie en Syrie et en Libye, son rôle structurel en tant qu’avant-garde des EU en fait un acteur particulièrement important. À cela s’ajoute le fait qu’il est doté d’armes nucléaires et de missiles capables de frapper l’Iran. Les relations militaires et commerciales de plus en plus étroites d’Israël avec l’Inde – exportant des missiles pour une utilisation potentielle contre la Chine – en font un maillon important de la chaîne impérialiste. Israël est donc un atout que les États-Unis feront presque tout pour protéger. Selon le SIPRI, entre 2009 et 2018, 64% des exportations mondiales d’armes vers Israël provenaient des États-Unis, y compris le chasseur Lockheed Martin F-16 et le plus récent F-35, qui constituent l’épine dorsale de l’armée de l’air israélienne.

Importation des pratiques coloniales très élaborées d’Israël

Lorsque l’impérialisme britannique a approuvé l’établissement d’un « petit Ulster juif loyal dans une mer d’arabisme hostile », comme l’a dit Sir Ronald Storrs, le premier gouverneur britannique de Jérusalem au début du XXe siècle, il voulait un avant-poste d’empire pour contrôler les masses Arabes, une colonie fidèle à la métropole impériale, féroce dans sa défense. Tout comme les Britanniques ont mis au point de nouvelles techniques de sécurisation de la domination coloniale dans l’Ulster, qui ont ensuite été importées en Grande-Bretagne continentale, les États-Unis importent les pratiques coloniales très élaborées d’Israël sur le continent américain, mettant à jour leur utilisation de longue date du lynchage et d’autres tactiques terroristes déjà utilisées. Dans les deux cas, l’effet est d’éroder la démocratie dans le pays d’origine.

Ainsi, attirer l’attention sur les relations étroites entre les tactiques israélienne et étasunienne, comme l’a fait Maxine Peake, est parfaitement exact et sert à souligner le lien beaucoup plus profond entre les deux. Les deux sont des nations belliqueuses qui croient que leur survie en tant que puissances dominantes dépend de la projection constante d’une force meurtrière et de la terreur. C’est un fait qui ne doit pas être occulté mais mis en évidence constamment afin d’aider à construire un mouvement de masse pour le changement.

Simon Korner

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1705596992923...
URL de cet article 36304
  

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Martin Luther King

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.