Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le Grupo de Puebla dénonce le coup d’État en Bolivie

Le Groupe de Puebla est un forum politique et académique fondé en juillet 2019 à Puebla (Mexique) et composé de personnalités ainsi que d’universitaires provenant de divers mouvements progressistes latino-américains.

Communiqué du 10 novembre 2019

Une fois de plus, la Constitution et l’état de droit ont été violés en Bolivie avec l’interruption d’un mandat constitutionnel. Les événements graves de ces derniers jours sont ensuite montés en intensité. Des forces de l’opposition ont déclenché des mobilisations politiques accompagnées d’actes de violence, d’humiliation des autorités démocratiquement élues, d’invasions, de pillages et d’incendies de maisons, d’enlèvements et de menaces de familles, tout cela dans le but de perpétrer un coup d’État et obtenir la démission forcée du président Evo Morales ainsi que de son vice-président Álvaro García-Linera, tous deux légalement et démocratiquement élus.

Toutes les initiatives de dialogue et de négociation proposées par le gouvernement du président Evo Morales ont été rejetées. Les recommandations de l’OEA concernant de nouvelles élections ont été acceptées par le Président Morales et adressées au Parlement bolivien, y compris la recommandation d’un renouvellement complet des organes électoraux ainsi que la possibilité d’ouvrir le scrutin à de nouvelles candidatures.

Mais l’opposition a opté pour l’intransigeance, la radicalisation et la rupture démocratique, créant ainsi un grave antécédent de nouveau coup d’Etat dans la longue histoire des interruptions démocratiques déjà vécues dans le pays. Les comportements hors-la-loi et irresponsables des forces de police et, par la suite, des forces armées qui ont accompagné le coup d’État ont été particulièrement graves.

Pour toutes ces raisons, le Groupe de Puebla exprime sa solidarité avec le peuple bolivien, son Président Evo Morales et son Vice-président Álvaro García-Linera ainsi qu’avec tous les fonctionnaires qui ont promu des politiques publiques d’inclusion sociale, de réduction de la pauvreté et des inégalités ainsi que la participation citoyenne.
Nous exigeons le respect de l’intégrité physique de tous les membres du Gouvernement, des autorités locales, des militants, des dirigeants sociaux et de leurs familles. La violence à laquelle beaucoup ont déjà été soumis est inacceptable.

Nous exprimons notre solidarité avec le peuple frère de Bolivie dans ces heures de souffrance et exigeons la continuité d’un processus électoral transparent et sans restrictions.

Par la même occasion, nous exigeons aux organes internationaux des droits de l’homme qu’ils garantissent la clarification des actes de violence commis, le jugement et la punition des responsables, ainsi que le rétablissement de l’ordre, de la paix, de la coexistence sociale et de la démocratie en Bolivie.

Celso Amorim, Cuauhtémoc Cárdenas, Karol Cariola, Luiz Inácio Lula da Silva, Julián Domínguez, Marco Enríquez-Ominami, Fernando Haddad, Camilo Lagos, Fernando Lugo, Clara López Obregón, Esperanza Martínez, Verónika Mendoza, Aloizio Mercadante, Alejandro Navarro, Carlos Ominami, Gabriela Rivadeneira, Dilma Rousseff, Carlos Sotelo, Jorge Taiana, Carlos Tomada.

Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada) pour LGS

»» https://www.grupodepuebla.org/grupo-de-puebla-rechaza-golpe-de-estado-...
URL de cet article 35412
   

Même Thème
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Etats Unis doivent diriger le monde en portant le flambeau moral, politique et militaire du droit et de la force et servir d’exemple à tous les peuples.

Sénateur Jesse Helms
"Entering the pacific century" Heritage Foundation, Washington, DC, 1996

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.