Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le Grupo de Puebla dénonce le coup d’État en Bolivie

Le Groupe de Puebla est un forum politique et académique fondé en juillet 2019 à Puebla (Mexique) et composé de personnalités ainsi que d’universitaires provenant de divers mouvements progressistes latino-américains.

Communiqué du 10 novembre 2019

Une fois de plus, la Constitution et l’état de droit ont été violés en Bolivie avec l’interruption d’un mandat constitutionnel. Les événements graves de ces derniers jours sont ensuite montés en intensité. Des forces de l’opposition ont déclenché des mobilisations politiques accompagnées d’actes de violence, d’humiliation des autorités démocratiquement élues, d’invasions, de pillages et d’incendies de maisons, d’enlèvements et de menaces de familles, tout cela dans le but de perpétrer un coup d’État et obtenir la démission forcée du président Evo Morales ainsi que de son vice-président Álvaro García-Linera, tous deux légalement et démocratiquement élus.

Toutes les initiatives de dialogue et de négociation proposées par le gouvernement du président Evo Morales ont été rejetées. Les recommandations de l’OEA concernant de nouvelles élections ont été acceptées par le Président Morales et adressées au Parlement bolivien, y compris la recommandation d’un renouvellement complet des organes électoraux ainsi que la possibilité d’ouvrir le scrutin à de nouvelles candidatures.

Mais l’opposition a opté pour l’intransigeance, la radicalisation et la rupture démocratique, créant ainsi un grave antécédent de nouveau coup d’Etat dans la longue histoire des interruptions démocratiques déjà vécues dans le pays. Les comportements hors-la-loi et irresponsables des forces de police et, par la suite, des forces armées qui ont accompagné le coup d’État ont été particulièrement graves.

Pour toutes ces raisons, le Groupe de Puebla exprime sa solidarité avec le peuple bolivien, son Président Evo Morales et son Vice-président Álvaro García-Linera ainsi qu’avec tous les fonctionnaires qui ont promu des politiques publiques d’inclusion sociale, de réduction de la pauvreté et des inégalités ainsi que la participation citoyenne.
Nous exigeons le respect de l’intégrité physique de tous les membres du Gouvernement, des autorités locales, des militants, des dirigeants sociaux et de leurs familles. La violence à laquelle beaucoup ont déjà été soumis est inacceptable.

Nous exprimons notre solidarité avec le peuple frère de Bolivie dans ces heures de souffrance et exigeons la continuité d’un processus électoral transparent et sans restrictions.

Par la même occasion, nous exigeons aux organes internationaux des droits de l’homme qu’ils garantissent la clarification des actes de violence commis, le jugement et la punition des responsables, ainsi que le rétablissement de l’ordre, de la paix, de la coexistence sociale et de la démocratie en Bolivie.

Celso Amorim, Cuauhtémoc Cárdenas, Karol Cariola, Luiz Inácio Lula da Silva, Julián Domínguez, Marco Enríquez-Ominami, Fernando Haddad, Camilo Lagos, Fernando Lugo, Clara López Obregón, Esperanza Martínez, Verónika Mendoza, Aloizio Mercadante, Alejandro Navarro, Carlos Ominami, Gabriela Rivadeneira, Dilma Rousseff, Carlos Sotelo, Jorge Taiana, Carlos Tomada.

Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada) pour LGS

»» https://www.grupodepuebla.org/grupo-de-puebla-rechaza-golpe-de-estado-...
URL de cet article 35412
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.