RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le jeu trouble de la France en Libye...

Au moment où la situation en Libye est devenue de plus en plus préoccupante avec en filigrane une éventuelle intervention militaire étrangère, le voile se lève, peu à peu, sur ce qui s’est réellement passé dans ce pays de mars à octobre 2011, avec, au final, l’assassinat du leader libyen Mouaâmar El Gueddafi. Ainsi, les langues se délient et admettent ce que d’aucuns supputaient : une cabale [dans le sillage dudit « Printemps arabe »] propice pour faire un sort à un homme qui en savait trop, singulièrement de la part de Nicolas Sarkozy. L’ex-président français (dont la campagne présidentielle de 2007 aurait été financée par El Gueddafi, versement de 50 millions d’euros) saisissait ainsi au vol la conjoncture pour se débarrasser de quelqu’un qui l’a(urait) aidé à accéder à l’Elysée, ameutant le monde contre un homme qui « tuait », selon lui, son peuple. Une sulfureuse affaire politico-financière dont les retombées menacent gravement l’avenir de la Libye en tant qu’Etat. Le coup a cependant été réussi grâce à la complicité de traîtres libyens. L’un d’eux [l’ex-président du Conseil national de transition] Mustapha Abdel Jalil (ministre de la Justice d’El Gueddafi à cette époque) a admis dans une déclaration à la chaîne Channel One, qu’« El Gueddafi n’a pas ordonné la fusillade qui a été à l’origine de la fausse révolution en Libye ». Les manifestants tués à Benghazi n’étaient pas des Libyens, mais des espions et des mercenaires engagés pour semer le chaos dans une ville connue pour être la citadelle de la résistance au guide libyen. Ce qui est encore plus nauséeux est que Abdel Jalil admettait qu’il connaissait la vérité à l’époque, qui a pris ses instructions de Paris. Il admet encore qu’il savait ce qui allait se produire car, il « fallait briser » l’Etat libyen et faire un sort à El Gueddafi. Ces aveux viennent sans doute un peu tard, mais il n’est jamais trop tard pour connaître la vérité. Et Abdel Jalil n’a fait que confirmer ce qui se disait à ce propos : il n’y a jamais eu de révolution en Libye, mais un traquenard contre la Libye, dont l’un des maîtres d’oeuvre a été Nicolas Sarkozy. En fait, Sarkozy avait un double intérêt à la disparition du guide libyen : mettre le grappin sur les richesses énergétiques libyennes (cf ; sa visite à Benghazi en septembre 2011 [accompagné du Premier ministre britannique, David Cameron] avec dans ses bagages une armada d’hommes d’affaires et industriels français), ensuite faire taire un homme qui en savait beaucoup sur son compte. L’ex-président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, corrobore ainsi les propos d’Abdel Jalil, qui affirma, en mai 2015 à une agence de presse italienne, que ce qui s’est passé en Libye n’était pas une révolution, mais un complot français indiquant : « Ça n’a jamais été une révolution, mais bel et bien un complot européen. » Désignant nommément ses instigateurs : un pays et un homme : « La France et son président d’alors, Nicolas Sarkozy. » Berlusconi savait de quoi il parlait, son pays faisait partie de la coalition occidentale qui avait pris part à la curée contre la Libye. L’ancien président du Conseil italien apporte encore ces précisions « Les avions français ont attaqué la Libye bien avant la décision du Conseil de sécurité de l’ONU. » Or, cette résolution n’autorisait pas des frappes (raison pour laquelle elle a été votée par la Chine et la Russie). L’ONU a ainsi été encore dupée, comme ce fut le cas, en 2003, avec les Etats-Unis en Irak, le Conseil de sécurité étant une nouvelle fois mis devant le fait accompli. Les frappes françaises ont déclenché un engrenage dangereux, ouvrant la voie à la destruction programmée [avec des complicités de Libyens] de la Libye. Voilà un cas qui autoriserait la procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda, d’ouvrir une enquête contre Nicolas Sarkozy et d’autres dirigeants occidentaux. Ce qu’il faut aussi relever est que la France - avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne - a mis un terme à l’un des rares régimes laïcs arabes [avec l’Irak et la Syrie eux aussi détruits ou en phase de l’être] pour installer des extrémistes islamistes. Ce qui se passa en Libye - mais aussi en Syrie, comme en Ukraine - a été le top d’une « révolution » sous fausse bannière. Ainsi, outre l’ex-président français Nicolas Sarkozy, l’un des maîtres d’oeuvre du chaos en Libye a été le sénateur états-unien, John McCain (qui s’est réuni en mai 2011 en Syrie avec le futur « calife » de l’autoproclamé « Etat islamique » Abou Bakr al-Baghdadi,) qui rencontra à Benghazi, Abdelhakim Belhaj, chef du groupe terroriste libyen le « Groupe islamique combattant en Libye (Gicl, proche d’Al Qaîda et de Daesh). Or, Belhaj est, de notoriété publique, agent des services US et britanniques et l’homme de l’Otan ; c’est l’un des « bras armés » du chaos en Libye. Ainsi, la France et les Etats-Unis, en particulier, qui suscitèrent le « terrorisme islamiste », sont de fait derrière les tragédies qui déstructurent le Monde arabe.

Karim MOHSEN

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/235492-le-jeu-trouble-de-la-france-...
URL de cet article 29948
  

Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

There is no French word for entrepreneur.

George Walker Bush

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.