RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le peuple n’a pas dit son dernier mot.

Le peuple n’a pas dit son dernier mot … il peut encore empêcher la promulgation la loi

Tous les amateurs de foot, de rugby, ou de basket ont vu souvent des matchs dont le résultat a basculé dans les dernières minutes. Même en boxe, celui qui a pris l’avantage n’est pas à l’abri d’un KO à quelques secondes de la fin.

Le peuple n’a pas dit son dernier mot … il peut encore empêcher la promulgation la loi

Tous les amateurs de foot, de rugby, ou de basket ont vu souvent des matchs dont le résultat a basculé dans les dernières minutes. Même en boxe, celui qui a pris l’avantage n’est pas à l’abri d’un KO à quelques secondes de la fin. Pour la réforme des retraites, la fin du temps réglementaire sera arrivée quand et si le Président de la République promulgue la loi. Tous les syndicats l’invitent désormais à ne pas le faire. Et après le temps réglementaire, il peut y avoir les prolongations suivies parfois des tirs au but. Rappelons qu’en 2006, Jacques Chirac a eu la sagesse de retirer la loi sur le CPE … après l’avoir promulguée.

Chacun est libre de qualifier ceux qui , de droite ou de gauche, de telle ou telle confédération, avaient commencé à dire que la fin du match c’est le vote de la loi par les 2 assemblées. Et Dieu sait si la langue française est riche en qualificatifs. Sachant que cette réforme des retraites est au moins aussi dangereuse, pour l’intérêt général, que la loi sur le CPE.

Le Figaro du 27 octobre titrait « Retraites : le conflit touche à sa fin ». Ceux qui font un tel pronostic, sur la base du fait que le travail a repris dans 4 raffineries et que 4 TGV sur 5 circulent, ne font que livrer leurs espérances. Certes, de beaux esprits viennent de trouver une « issue de secours ». Elle consiste en la promesse d’ouvrir très vite une « négociation » sur l’emploi des jeunes et des seniors. Extrait du Canard Enchaîné du 27 octobre : « A trois jours de la prochaine démonstration de force syndicale, Laurence Parisot et François Chérèque ont livré un spectacle digne des vestiaires de catch, lorsque, avant de s’empoigner sur le ring, les lutteurs s’arrangent sur l’issue du match ». On ne saurait mieux résumer cet attrape-nigaud de dernière minute concoctée par le Medef et Sarkozy. Ceux qui se soucient sincèrement de l’emploi des jeunes et des seniors savent que les principales solutions efficaces à court et moyen terme consistent à  :

- supprimer du projet de réforme des retraites le report de l’âge légal de 60 à 62 ans et le report de 65 à 67 ans de l’âge du taux plein ·

- abroger la dérégulation du cumul emploi retraite qui permet à tout salarié, depuis le 1er janvier 2009, de cumuler une retraite à taux plein et un salaire à temps complet ou partiel, sans aucune limite de revenus ·

- abroger les exonérations sociales et fiscales sur les heures supplémentaires

Sur ces 3 mesures d’urgence, pour l’emploi des jeunes et des seniors, il n’y a rien à « négocier ». La seule voie raisonnable, c’est d’exiger.

Deux raisons expliquent que des salariés aient repris le travail ici ou là 

Ceux qui ont repris le travail l’ont fait la mort dans l’âme. Et uniquement parce que continuer la grève aurait signifié pour eux une perte de salaire insupportable. Cela vaut notamment pour les raffineries et les cheminots. Le soutien financier aux grévistes monte partout en puissance. Mais le démarrage s’est fait avec 2 à 3 semaines de retard et uniquement à partir d’initiatives locales, puisque les grandes confédérations n’ont pas souhaité inviter les Français au soutien financier à grande échelle.

Laisser se poursuivre au delà de quelques jours la grève de la collecte des ordures, c’était la meilleure façon pour que le soutien très majoritaire des Français envers les grévistes commence à se retourner contre le mouvement. Les structures syndicales qui veulent exercer une pression la plus forte possible sur Sarkozy-Medef, et la plus faible possible sur les citoyens qui soutiennent les grévistes, ne peuvent pas faire l’économie d’un débat sérieux. C’est-à -dire de déterminer les secteurs où la grève peut être efficace et les secteurs où, à l’évidence, la grève deviendra au bout de quelques jours contre-productive (collecte des ordures, transports de proximité, services de santé ...).

Pourquoi Nicolas Sarkozy et ses conseillers ont accéléré le calendrier ?

D’une part, pour mettre le plus vite possible les frileux devant le fait accompli du vote de la loi par les 2 assemblées.

D’autre part et surtout, parce qu’ils savent que le peuple est capable de faire preuve d’imagination, si on lui laisse un peu de temps. Voilà pourquoi ils veulent promulguer la loi au plus vite. Le recours de certains groupes parlementaires devant le Conseil constitutionnel va laisser au peuple une à deux semaines supplémentaires pour trouver la bonne « issue de secours ». Pas celle de Laurence Parisot. La seule stratégie efficace désormais consiste à exiger la non-promulgation de la loi, en concentrant les actions de grèves dans quelques secteurs limités mais décisifs (ports, aéroports, raffineries, SNCF, plate-formes logistiques, dépôts de carburants, transports routiers .. notamment). Donc par des actions pacifiques qui gêneront le moins possible les citoyens. Ceux-ci apporteront alors d’autant plus massivement leur soutien financier aux grévistes. Et ils pourront par milliers aller leur prêter main forte sur les piquets de grève. Reste à choisir la date la plus opportune pour relancer ces actions de grèves très ciblées : à partir du 5 novembre (veille de la grande journée d’action du 6) ? … à partir du 8 novembre ?

Edwy Plenel a mille fois raisons, c’est « L’heure du peuple ». Le peuple n’a pas dit son dernier mot. et peut encore empêcher la promulgation de la loi. Tous sur le pont, avec détermination et imagination, afin de relancer et concentrer la grève sur les quelques secteurs stratégiques où ça fera vite … très mal à leurs tiroir-caisse et à leurs portefeuilles d’actions.

27 octobre

andré martin (ingénieur, animateur du site http://www.retraites-enjeux-debats.org/)

Evelyne Perrin (sociologue, ATTAC, AC !, Stop Précarité)

URL de cet article 11870
  

Même Thème
LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR
Martz Didier, Michel Billé
La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : « bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ? C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle qui consisterait à trahir ma conscience ou mes principes."

Chelsea Manning.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.