RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

22 
Une nouvelle mode tend à se généraliser : celle du point Staline.

Le Point Staline, Point Godwin des gens de droite

Vous connaissez le fameux point Godwin, ce moment inévitable où toute conversation sur internet dérape et se termine par une référence, souvent tirée par les cheveux, au IIIème Reich ?

Mike Godwin l’a théorisé en 1990, dès les débuts d’internet. Il expliquait alors que « plus une conversation en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 ». Les utilisateurs réguliers d’internet savent que cette loi de Godwin s’applique de manière assez systématique. Il existe d’ailleurs des athlètes de haut niveau du point Godwin. Certains arrivent même à gagner des points Godwin en parlant ce qui est assez fort...

Il y a toutefois un nombre important de situations dans lesquelles les points Godwin semblent être en concurrence directe avec une nouvelle forme de points. Dans les conversations entre gens de gauche et individus de droite, voire d’extrême droite, une nouvelle mode tend à se généraliser : celle du point Staline.

Le principe est rigoureusement le même : « plus une conversation en ligne avec un type de droite dure longtemps, plus la probabilité de se voir reprocher une responsabilité de premier plan dans l’organisation des purges staliniennes des années 1930 s’approche de 1 ». La différence fondamentale entre le point Godwin et le point Staline, c’est que Staline n’a pas inventé son point. Mais sinon, ça marche pareil. Prenons un exemple :

Individu de gauche : « Durant toute son histoire, le capitalisme a semé la misère et la mort. »

Individu de droite : « Ah bah tu peux parler avec vos 20 millions de morts en URSS ! »

C’est un exemple parmi d’autres. D’ailleurs, la plupart du temps, le point Staline arrive comme un poil de moustache sur la soupe, sans qu’aucun lien avec le reste de la conversation ne puisse être établi :

Individu de gauche : «  Il faut interdire les licenciements boursiers. »

Individu de droite : « Ah bah tu peux parler avec vos 50 millions de morts en URSS ! »

Oui, vous avez remarqué, le nombre de morts augmente. C’est une donnée essentielle du point Staline. À la différence des nazis, nous ne connaissons pas avec précision le nombre d’individus massacrés par les staliniens, ce qui est toujours un bon prétexte pour foutre n’importe quoi niveau chiffres. Dans tous les cas, c’est beaucoup, donc bon... Souvent le bilan meurtrier du Petit père des peuples augmente même au fil de la conversation. A croire que Staline est toujours vivant et qu’il continue à massacrer des koulaks à la chaîne pendant que l’on cause de conneries sur internet...

Le point Staline est surtout utilisé pour ses très nombreux avantages par rapport au point Godwin. Ce dernier a en effet pour but de discréditer l’interlocuteur, mais se retourne très souvent contre celui qui l’utilise qui peut être accusé de sombrer dans une forme argumentative assez pauvre. Répondre « Ah mais t’es qu’un nazi ! » à un contradicteur a en effet tendance à mettre en avant une absence totale de répartie, une réelle défaillance dans sa capacité de dialogue démocratique et, surtout, une débilité crasse. Au moins, avec le point Staline, on a le bénéfice de l’originalité et puis on peut, si on l’utilise bien, discréditer toute la gauche en une phrase. Encore faudrait-il bien l’utiliser ce qui, comme nous l’avons vu, est assez rarement le cas... Il permet également de faire un petit peu monter les dictateurs soi-disant communistes dans le classement des gros méchants de l’histoire dont les premières places sont largement squattées par des personnalités germaniques des années 1930-1940, ce qui peut parfois causer une petite gène chez certains militants d’extrême droite par exemple.

Le point Staline permet aussi d’explorer des zones géographiques beaucoup plus variées que le point Godwin. Il est, en effet, déclinable à un nombre assez important de pays couvrant une distance allant de Berlin au Cambodge en passant par le Mozambique, Cuba ou le Pérou. On peut ainsi trouver des variantes exotiques au point Staline :

Individu de gauche : « Hey, vous trouvez pas qu’elle a grossi Carla Bruni ? »

Individu de droite : « Ah bah tu peux parler avec vos 10 milliards de morts en Chine ! »

Dans ce cas précis, le prétendu bilan humain de la gauche est encore plus énorme. Mais c’est bien connu, les chinois sont plus nombreux que les russes...

Calmons nous un peu !

Il ne s’agit pas pour nous de revenir sur les débats de chiffres. On s’en fout royalement, laissons cette question aux historiens spécialisés. De toutes façons, c’est énorme. Si les geeks de droite tiennent tant que ça à graduer l’horreur, c’est leur problème. Un jour il faudra qu’ils arrêtent de considérer la vie comme une donnée de livres de comptes...

Pour tout le reste, il va falloir se calmer. Rappelons une nouvelle fois que le socialisme, et même le communisme, ne sont pas des concepts assimilables aux horreurs soviétiques. Non, même si ça doit rassurer de le penser quand on est de droite, le communisme ne se limite pas au fait de marcher sous des drapeaux rouges. Sinon nous irions recruter sur les terrains de golf ! Staline, et tous les guguss dans son genre, avec ou sans moustaches, ont été dénoncés à gauche dès la fin des années 1920 comme de basiques réactionnaires ayant détourné des révolutions populaires et démocratiques, ainsi que la phraséologie et la symbolique communistes, au profit de régimes autoritaires et d’un nouveaux système de classes sociales qui n’avait rien à envier aux dictatures admirées par la droite. D’ailleurs, seule la droite ne s’est jamais réellement expliquée sur sa non-condamnation des purges staliniennes dans les années 1930, et sur ses alliances avec l’URSS après la Seconde guerre mondiale... À croire que l’horreur des « rouges » ne les offusquait pas tant que ça finalement...

Il est vrai, et ça ne sert à rien de le cacher, les communistes d’alors ont soutenu, et même beaucoup aimé Staline. C’est très très très mal. À l’époque, le PCF, était même une véritable ambassade du régime stalinien. Énormément de militants honnêtes se sont fait berner par cette image totalement bidonnée du socialisme. Ça les a souvent amené à soutenir les pires crimes, oui. D’ailleurs les gens de droite feraient bien de n’être pas trop ingrats : aveuglés par leur soutien religieux à l’URSS, les communistes français ont largement contribué à étouffer plusieurs révolutions en France ce qui, à l’époque, a plutôt été salué par les ancêtres de l’UMP et du FN...

Le PCF a toutefois changé et, depuis la fin des années 1980, n’a cessé de condamner son passé et de s’excuser devant la terre entière. Aujourd’hui ce parti est démocratique et républicain, au moins autant que l’UMP dont les ancêtres politiques, à la même époque, ont voté les pleins pouvoirs à Pétain sans que cela n’ait jamais posé le moindre problème aux gens de droite. Les excuses pour cela, on les attend toujours...

Le PCF a rompu tout ses liens d’amitié et de soutien aux derniers partis staliniens du monde. Fort heureusement, les liens de ceux ci avec la France n’ont pas totalement disparu. Le Parti communiste chinois entretient en effet un partenariat politique avec... l’UMP ! C’est d’ailleurs sans doutes auprès de ces derniers que Jean-François Copé prend ses cours de démocratie...

Bref, l’argument Staline ne vaut pas beaucoup mieux que l’argument Godwin. L’utilisateur du premier est presque aussi con que celui du deuxième. Le point Staline est aussi révélateur d’une inculture assez désolante qui devrait interpeller chacun d’entre nous.

Pour lutter contre la bêtise des gens de droite et d’extrême droite sur internet, attribuez leur, à la manière du célèbre point Godwin, un point Staline. Ça vous permettra de les faire passer pour des cons, et de bien vous marrer en même temps.

Johann Elbory

»» http://blogs.mediapart.fr/blog/johann-elbory/160613/le-point-staline-p...
URL de cet article 23201
   

Même Thème
Manifeste du Parti Communiste
Karl MARX
Présentation de l’éditeur " On ne peut prétendre que quelques belles pages peuvent à elles seules changer la face du monde. L’oeuvre de Dante tout entière n’a pas suffi à rendre un saint empereur romain aux Communes italiennes. Toutefois, lorsque l’on parle de ce texte que fut le Manifeste du parti communiste publié par Marx et Engels en 1848 et qui a, indéniablement, exercé une influence considérable sur deux siècles d’histoire, je pense qu’il faut le relire du point de vue de sa qualité littéraire ou, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.