RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le pouvoir des lobbies pharmaceutiques

Marisol Touraine peut se targuer d’effacer le trou de la sécu pour 2017, même si au passage c’est un peu vite oublier que ceci se fait sur le dos des patients qui, soit renoncent à se faire soigner, soit mettent la main à la poche. Passons sur cette injustice et cette volonté de briser cet acquis social hérité de la Libération dans un contexte où le patronat rasait les murs comme pour faire oublier son attitude pendant la guerre, pour commenter deux décisions de la ministre qui sont pour le moins surprenantes. C’est à se demander si celle-ci n’a pas inversé les deux, tellement son choix est pour le moins déroutant : remboursement de produits dangereux (Alzheimer) et de dérembourser des médicament utiles (arthrose) ceci illustrer le pouvoir des lobbies.

La HAS (Haute autorité de santé) vient de délivrer aux médicaments destinée aux malades d’Alzheimer, un constat sans appel : « au regard de l’absence de pertinence clinique de l’efficacité de ces médicaments et des risques de survenue des effets indésirables », la HAS considère que les médicaments Ebixa, Aricept, Exelon et Reminyl et leur générique ne modifient pas l’évolution de la maladie. » D’ailleurs cela fait 10 ans que les généralistes tirent la sonnette d’alarme auprès de cette autorité car ils constatent leur inefficacité et craignent de plus les effets secondaires. Mais les lobbies associés à l’industrie pharmaceutique sont coriaces et puissant auprès des commissions. La meilleure preuve est qu’en 2007, la même autorité considérait que ces médicaments ne rendait de service qu’en structurant la prise en charge de la maladie. Par « structurant », il fallait comprendre que cela remplissait les structures hospitalières spécialisés qui s’étaient construites un peu partout sur le territoire avec l’appui des grands groupes pharmaceutiques ; et il fallait comprendre aussi que ces médicaments représentaient le seul espoir pour les malades. Ce dernier argument peut se comprendre mais alors mieux vaut leur donner de la farine encapsulée, ceci revêt deux avantages : le coup et l’absence d’effets secondaires. Bref, avec une telle conclusion au vitriol on se serait attendu à l’arrêt immédiat de tous ces médicaments pour limiter le massacre. Et bien non, Marisol Touraine préfère continuer à rembourser les centaines de millions d’euros chaque année. Certes ce n’est pas la première fois qu’un ministre décide de s’opposer à la décision de la HAS. Le précédent s’est produit en 2006 : Xavier Bertrand avait continuer à rembourser le médicament incriminé qui n’était rien d’autre que le Médiator.

La direction de la Sécurité Sociale annonce le déremboursement total de la visco-supplémentation (injection d’acide hyaluronique dans les articulations). Cette décision succède à celle de l’année dernière, en 2015 où les médicaments anti-arthrosiques d’action lente ont été déremboursés, contre l’avis des associations de patients et de nombreux médecins. En tout cas, ces traitements déremboursés sont, comme par hasard, des produits naturels dont l’efficacité a été démontrée par des études scientifiques (glucosamine, chondroïtine, acide hyaluronique). Ce sont des molécules qui nourrissent le cartilage et la synovie (le liquide qui lubrifie les articulations). Or, ce sont justement ces produits là que la Sécurité Sociale ne veut plus rembourser, poussant ainsi les patients à se tourner vers les médicaments chimiques !!! Ces décisions interviennent au moment même où les médicaments chimiques contre l’arthrose sont sur la sellette. En effet le 17 mars 2016, une grande étude publiée dans la plus prestigieuse revue médicale du monde, The Lancet, a provoqué un tremblement de terre sous les pieds de Big Pharma. Cette étude met également en cause tous les autres médicaments contre l’arthrose, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (diclofénac, ibuprofène, le naproxen ou le celecoxib), qui ne peuvent être prescrits sur de longues périodes en raison de leurs effets secondaires importants (troubles digestifs, cutanés ou cardiaques). Or, cette nouvelle est tombée particulièrement mal pour l’industrie. Ces médicaments comptent parmi les plus vendus, les plus lucratifs. Et, selon une enquête de mai 2015, avec le déremboursement, 95 % des patients vont se tourner vers ces médicaments plus coûteux, mais qui restent, eux, remboursés. Ce déremboursement ressemble à un coup de maître pour sauvegarder, et même augmenter les profits de certains acteurs économiques. En effet jusqu’à présent en France, on pose deux fois moins de prothèses de genoux que chez bon nombre de nos voisins. C’est une performance qui mérite d’être soulignée. Elle est due en grande partie à la prise en charge médicale de l’arthrose. Avec le déremboursement, ces coûteuses opérations pourraient se multiplier. On parle de 180 000 opérations en plus par an, avec un coût global annuel de 2 milliards d’euros ! Tout cela pour une pseudo « économie » de 46 millions, soit 50 fois moins !!! Cela sans compter les pensions d’invalidité et les arrêts maladie au travail qui risquent d’exploser !!

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2016/12/l...
URL de cet article 31348
  

Pour une critique de la marchandisation
André Prone
Où va-t-on ? Chacun d’entre nous est en mesure d’observer les dérèglements biosphériques, économiques, politiques et sociétaux qui affectent le système-monde aujourd’hui. Mais au-delà du constat, quelles en sont les causes et comment agir pour en stopper le cours ? C’est ce à quoi tente de répondre ce livre. Il le fait avec la ferme conviction que rien n’est impossible et que tout dépend de nous. Analyser les dérives sociétales, thérapeutiques et environnementales générées par la marchandisation mondiale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, chaque président des Etats-Unis de l’après-guerre aurait été pendu.

Noam Chomsky

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.