RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Des centaines de milliers d’Espagnols ont envahi les rues de 80 villes

Le volcan espagnol

« Ca ne va pas péter...ça pète ». Ainsi s’exprime mon amie Concha, (coquille) de Séville...ça gronde...comme un « zapateado » flamenco...

Les premières secousses d’un « terremoto » (tremblement de terre) social...
Le 23 février 1981, la jeune démocratie (restreinte) espagnole subissait
une tentative de coup d’Etat (le « Tejerazo ») encore assez opaque.

32 ans plus tard, fort symboliquement, un 23 février 2013, des centaines
de milliers d’Espagnols ont envahi les rues de 80 villes espagnoles. Et
ce pour s’opposer à ce que les 300 organisations, associations,
citoyennes, sociales...organisatrices, appellent : « un coup d’Etat
financier ». Bien vu !

La « gauche d’en bas » dit « basta ! » avec une force
tempétueuse.

Un ras-de-tempête sans précédents. De Madrid, quatre colonnes immenses
se sont déployées et ont « pris » la ville... Au premier rang, Puerta del
Sol, Cayo Lara et une foule de militants et dirigeants de Izquierda
Unida, du PCE, des syndicats anarchistes, des « Indignés » d’hier et
d’aujourd’hui, beaucoup de jeunes (56% sont au chômage), de multiples
collectifs, les victimes des expulsions locatives des « hypothèques »
après l’explosion de la bulle spéculative immobilière, un arc-en ciel-
politique et social (les principaux dirigeants socialistes étaient aux
abonnés absents), des « camisetas » (tee-shirts) multicolores, en révolte, qui enfin
convergent :
le violet des associations féministes
le bleu des travailleurs « de l’eau »
le vert des enseignants,
le blanc des personnels de la santé
l’orange des employés des services sociaux, etc.
et j’en oublie
et beaucoup, beaucoup de drapeaux républicains... Une jonction commence à 
s’opérer entre le mouvement social et la revendication d’une République
sociale et fédérale... Attention, danger !
Les deux grandes centrales syndicales sont restées en retrait... mais
lorsque la marée monte, monte... Et elle n’exige pas seulement la
démission du gouvernement, la fin des « ecortes », l’éradication de la
corruption, (qui n’épargne pas le roi et la famille royale... comme nous
l’écrivons depuis longtemps). La vérité est têtue...

Pour ces millions d’Espagnols, saignés à blanc, et qui refusent les
nouvelles saignées à venir, « la dette », « la réduction des déficits », ne
sont qu’un prétexte des capitalistes, des classes dominantes, et de la
droite, pour en finir avec « l’Etat social », les acquis des luttes, pour
casser les résistances, et empocher un maximum de « parné » (« blé »). Il
faut, chantent-ils, « renverser l’omelette ».
« Je me révolte donc nous sommes » disait Camus. Le vieux monde européen
commencerait-il à trembler ?...Le capitalisme n’est pas amendable... les
Espagnols mettent de plus en plus en cause « le système », et la colère
vise les banques, les marchés, les politiques austéritaires, les
affameurs de peuples, la BCE, le FMI, et même la monarchie...

« Ecoutez !
Si on allume les étoiles
c’est qu’elles sont à quelqu’un nécessaires »
. (Vladimir Maïakovski)
A quelqu’un ?
Aux peuples.

Jean Ortiz

URL de cet article 19487
  

Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.