Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les Allemands découvrent que leur modèle a fait faillite

On parle beaucoup dans toute l’Europe du document préparé par le Ministre de l’Economie allemand Peter Altmaier – "Plan Industrie 2030" – parce qu’il prévoit l’intervention de l’Etat dans l’économie, aussi bien comme "rempart" pour défendre les champions nationaux contre des escalades hostiles (on pense aux Chinois, mais pas seulement), que pour impulser un saut technologique dans les grandes et moyennes industries allemandes.

Il est question en particulier de former une sorte de "nouvelle IRI" [Institut pour la Reconstruction de l’Industrie, établissement public italien aux multiples branches, dont Italsider pour la sidérurgie ou Fincantieri pour les chantiers navals, liquidé en 2000 par le "centre gauche" de Renzi, ndt] pour contrer des colosses tels que Deutsche Bank, Bosch ou encore Daimler.

Dans son document, Altmaier parle d’investissements publics dans les secteurs de l’intelligence artificielle, dans les plates-formes de connexion électroniques, dans les biotechnologies, dans le guidage autonome et dans l’aérospatiale. Tous secteurs dominés par des colosses étasuniens et chinois. Il estime en outre que, d’ici 2030, l’apport de l’industrie au PIB devrait passer de 22 à 25% en Allemagne, et de 16 à 20% en Europe, considérant la désindustrialisation de nombreuses régions européennes comme une grave erreur, à laquelle il faut remédier.

Idées bien surprenantes de la part d’un tel auteur, pourrait-on dire.

Le Traité de Lisbonne, pour ne parler que de lui, prévoyait que l’UE à 500 millions d’habitants deviendrait en 2020 la zone économique la plus innovatrice du monde. Nous découvrons au contraire, dans le texte d’Altmaier, que le coeur industriel européen est en retard d’au moins 20 ans par rapport aux grands bouleversements productifs mondiaux.

Des dizaines d’années à rogner sur les salaires, à concocter les "mini-jobs", avec le délire de l’alternance école-travail, vite adoptée par Renzi en Italie, l’Agenda 2000 de Schröder, avec déflation salariale et flexibilisation extrême... pour ensuite découvrir quoi ? Qu’ils ont raté la révolution industrielle des 20 dernières années. On pourrait lui dire : où étais-tu, toi, pendant ces 20 dernières années ? On le sait bien : au sommet du pouvoir allemand et de l’Union Européenne.

Considérons une donnée : le taux d’investissement en Allemagne est de 19%, contre 42% pour la Chine. L’excédent de la balance courante allemande a été dirigé, pendant ces décennies, vers la bulle technologique de 2001, les subprimes, les maisons en Espagne, les sous-marins grecs. Par contre, l’excédent chinois a servi à financer le saut technologique.

Si maintenant nous considérons le système éducatif, la Chine produit 6 millions de diplômés par an, dont 50% dans les matières scientifiques. Dans les dernières années, 500 000 chercheurs chinois sont rentrés des EU dans leur pays.

Après la Longue Marche, Mao a réalisé deux chefs-d’œuvre : la bombe atomique et l’alphabétisation de masse, par la lutte contre l’analphabétisme. Si on lit l’essai de Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin, paru il y a quinze ans, on remarquera que l’économiste parle des premiers capitalistes de Hong Kong et de Taïwan, stupéfaits, après l’ouverture de Deng, par la préparation technique de la force de travail chinoise.
Par contre, le système éducatif allemand est fortement classiste. Les fils des ouvriers sont dirigés, dès le collège, vers la formation professionnelle, tandis que la classe moyenne, elle, va à l’Université. Il y avait un système éducatif d’avant-garde : c’était celui de la RDA, démantelé après 89 par la RFA, comme le montre Vladimiro Giacché dans son essai Anschluss.

Le futur est une question d’instruction et de qualification de la force de travail, bien en amont d’un possible saut technologique. Il faut rejeter les réformes scolaires et universitaires des 20 dernières années, nettement élitaires et absolument inutiles en ce qui concerne la révolution technologique et productive en cours.Le document d’Altmaier fait presque peine à lire : il ne dit absolument rien sur l’éducation. Mais, sans elle, le nouveau capitalisme monopolistique d’Etat allemand ne peut servir que de rempart et de protectionnisme.

Quand on n’a pas la capacité de rivaliser avec les colosses étasunien et chinois, les nouveaux cartels, comme l’affirmait Lénine, ne servent qu’à préparer une chose : la guerre.

Ainsi donc, après le mercantilisme des dernières décennies, basé sur la déflation salariale, nous aurons le protectionnisme basé sur les cartels.

Et ensuite ?

Il s’agit de renverser chez nous aussi ce modèle dont Altmaier lui-même reconnaît presque qu’il a fait faillite. Et l’Italie l’a imité, se ruinant entièrement.

Epilogue infâme d’un modèle qui n’a apporté que pauvreté salariale – et culturelle.

Pasquale Cicalese

»» https://sinistrainrete.info/articolibrevi/14333-pasquale-cicalese-i-te...
URL de cet article 34579
   
Communication aux lecteurs
PARIS - Rassemblement pour Julian Assange (Acte IV)
Samedi 20 avril 2019

Avec les Gilets Jaunes.

Participation aux cortèges avec panneaux et banderoles de soutien à Julian Assange

A l’appel de citoyens engagés

"Pas d’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis"

Un page de ressources sur Julian Assange
https://www.legrandsoir.info/julian-assange-prisonnier-politique-depui...

Même Thème
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.