Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Les Américains invoquent de prétendues "attaques" sur leurs navires pour justifier la poursuite de la guerre au Yémen

Le 12 octobre, les États-Unis ont lancé des missiles de croisière contre trois stations de radar de la côte yéménite occidentale. La région est formellement sous le contrôle du gouvernement de Sanaa, une alliance de groupes tribaux Houthis du nord du Yémen et de pans de l’armée yéménite contrôlés par l’ex-président Saleh. Mais en réalité leur contrôle de la région est inégal et Al-Qaïda et les combattants locaux pour l’indépendance du sud du Yémen y prédominent, surtout autour de Taiz et plus au sud.

Cette attaque serait une riposte à la prétendue attaque de navires étasuniens par des missiles tirés depuis la côte. Tous ces missiles « sont tombés à courte distance du destroyer, qui se trouvait dans les eaux internationales de la mer Rouge. » (Ces missiles étaient-ils tout simplement les RPG-36 de courte portée qu’Al-Qaïda avait reçus ?) Les Houthis, ainsi que l’armée yéménite (deux fois) ont officiellement nié avoir tiré des missiles et avoir attaqué quoi que ce soit qui appartienne aux Etats-Unis. L’ancien président Saleh a accusé les Saoudiens et leurs mercenaires d’Al-Qaïda et a demandé une enquête. Personne au Yémen n’a entendu parler de la préparation, ni de l’exécution, de pareilles attaques. Il n’y a aucune preuve que cette attaque se soit jamais produite. Toutes ces accusations sont fondées uniquement sur la parole de l’armée américaine. Le gouvernement Houthi / Saleh de Sanaa a demandé une enquête officielle des Nations Unies sur la question.

Il y a deux semaines, les Houthis ont attaqué et détruit un navire rapide de ravitaillement des Emirats Arabes Unis (EAU). Le missile utilisé était un missile anti-navire de moyenne portée, probablement d’origine chinoise. Le navire transportait des armes et des troupes anti-Houthi entre Assab, en Erythrée, et Aden, au sud du Yémen. Ils avaient fièrement revendiqué l’attaque et publié la vidéo [vidéo non accessible - NDR]. Auparavant, de petits navires saoudiens qui verrouillaient la côte avaient été attaqués par les pêcheurs locaux et coulés. Les EAU occupent certains endroits du sud du Yémen (Dubai Port International voudrait prendre le contrôle du port d’Aden) et les troupes des EAU et leurs forces par procuration sont les ennemis les plus directs des forces yéménites. Mais il est clair que toute attaque contre un navire américain ne ferait qu’augmenter la difficulté pour les forces Houthis. Ils n’avaient et n’ont aucune bonne raison de se livrer à une telle attaque.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Après quelques soulèvements tribaux en 2011-12, on a contraint le président Saleh à laisser la place à son vice-président Hadi qui a été fait président avec un mandat de deux ans. L’installation d’un nouveau gouvernement national a échoué lorsque Hadi et ses sponsors ont refusé d’y laisser participer les grandes tribus Houthis du Nord (environ 45% de la population totale). Ces tribus se sont révoltées et ont occupé la capitale Sanaa. Hadi, qui était alors dans la troisième année de son mandat de deux ans, a démissionné, puis s’est rétracté et plus tard a à nouveau démissionné verbalement. L’ONU a tenté de négocier un accord, mais l’envoyé de l’ONU a été évincé au profit des Saoudiens et l’accord sur le cabinet d’unité n’a pas été mis en place :

Les factions politiques combattantes du Yémen étaient sur le point de parvenir à un accord sur le partage du pouvoir quand les frappes aériennes dirigées par l’Arabie saoudite ont commencé il y a un mois, ce qui a fait dérailler les négociations, a déclaré l’envoyé des Nations Unies qui faisait office de médiateur pour les pourparlers.

Les Saoudiens, qui se sont battus dans des guerres précédentes contre les Houthis, ne veulent pas qu’ils participent à une structure de pouvoir. Ils prétendent que les Houthis sont des mercenaires iraniens. Il n’y a pas la moindre preuve de cela et l’accusation est tout simplement fausse. Pendant les quelques 18 mois de guerre, on n’a constaté aucun signe d’aide iranienne, ni en armement ni en personnel. Même le New York Times le reconnait aujourd’hui :

Les responsables du renseignement américains croient que les Houthis reçoivent beaucoup moins de soutien de l’Iran que l’ont prétendu les Saoudiens et d’autres pays du Golfe Persique.

Les Saoudiens veulent que Hadi, leur homme de paille, redevienne le président avec un pouvoir absolu. Ils veulent pouvoir tirer les ficelles. Mais même si les Saoudiens sont beaucoup plus riches, ils ne sont pas beaucoup plus nombreux que les Yéménites. Le Yémen a environ 26 millions d’habitants tandis que l’Arabie Saoudite en a environ 29. Chaque attaque saoudienne contre le Yémen pousse toujours plus de Yéménites à se lever contre l’Arabie Saoudite.

Les Etats-Unis soutiennent les attaques menées par les Saoudiens et les Emirats Arabes Unis. Ils envoient des avions et des munitions, leurs avions ravitailleurs rechargent les jets saoudiens - au total plus de 5 500 fois depuis le début des bombardements. Les Saoudiens utilisent le renseignement étasunien pour planifier leurs attaques. Les officiers américains consultent les cellules de planification saoudiennes et il y a des forces spéciales étasuniennes sur le terrain. Leurs navires aident à bloquer la côte yéménite. Malgré ce soutien massif, les États-Unis ne considèrent pas qu’ils font partie du conflit et ils ont même essayé de négocier un accord sur le partage du pouvoir comme s’ils étaient « neutres ». Cela n’a trompé personne au Yémen, mais le public américain a cru tout ce qu’on lui racontait comme d’habitude.

Cette tentative a pris fin quand le public mondial a commencé à se rendre compte de l’atrocité des attaques saoudiennes sur les hôpitaux, les écoles, les marchés et les infrastructures importantes. Après la récente attaque saoudienne (vidéo) sur une salle funéraire remplie de gens qui présentaient leurs condoléances, les États-Unis se sont trouvés à court de justifications idiotes. Les bombes utilisées étaient des bombes fabriquées aux Etats-Unis. L’attaque a tué plus de 200 personnes et en a grièvement blessé beaucoup d’autres. Les hôpitaux locaux sont débordés et les Saoudiens empêchent toute évacuation. Beaucoup de victimes sont des élites tribales et des généraux.

Le choléra se répand au Yémen et les gens meurent de faim. Cela, et les attaques saoudiennes, mettent les Etats-Unis sous pression. Le porte-parole du département d’Etat a désespérément tenté d’expliquer pourquoi l’attaque de l’enterrement était « en défense de l’Arabie Saoudite », et différente des attaques moins importantes en Syrie que les États-Unis condamnent. Un bon nombre de sénateurs font pression pour mettre fin à l’appui étasunien de la campagne saoudienne. MoveOn a lancé une pétition contre le soutien des Etats-Unis et l’administration Obama elle-même redoute des conséquences juridiques.

Une « attaque » sur des biens étasuniens qui met les États-Unis dans une position justifiée de « légitime défense » contre les Houthis règle tous ces problèmes d’un seul coup.

Au cours des dernières semaines, les Saoudiens ont fait venir en Arabie Saoudite des combattants du sud du Yémen qu’ils paient et qui sont alignés sur Al-Qaïda au Yémen. Ces derniers ont commencé à attaquer les zones Houthis du nord depuis le côté saoudien de la frontière. Toutes les tentatives antérieures de ce genre ont lamentablement échoué.

On entend dire que l’attaque des Etats-Unis sur les stations radar prépare l’atterrissage massif de mercenaires des Emirats Arabes Unis et d’Arabie saoudite, qui se rassemblent actuellement dans le port d’Assab en Erythrée loué et contrôlé par les EAU. C’est tout à fait possible, à mon avis.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/10/alleged-attack-on-us-ships-to-jus...
URL de cet article 31017
   
AGENDA
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.