RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les "élites" selon France 2

Ce soir, au cours du journal télévisé de 20 h de France 2, un sujet était réservé au golf, dont il était dit qu’il se démocratisait. Je ne veux pas parler ici du golf lui-même, mais d’un terme employé à son propos par Julian Bugier, le présentateur : "un sport qui, on le sait, a longtemps été réservé à une élite". Mais qu’est-ce donc que cette "élite" ?

D’après le Dictionnaire historique Robert de la langue française, une "élite" se dit des personnes considérées comme les meilleures dans un groupe, une communauté. Ou de celles qui occupent le premier rang, dans tous les domaines. Par exemple, l’élite des mathématiciens, en France, peut être identifiée comme le groupe des mathématiciens qui ont eu le prix Abel, la médaille Fields, ou qui se trouvent à l’Académie des sciences, au Collège de France, ou qui enseignent dans un grand établissement du supérieur. L’élite des sportifs français, ce sont ceux qui vont concourir aux Jeux olympiques, etc.

1. Il est révélateur que, dans les connotations de ce terme, apparaisse rarement la connotation morale : or, quand on parle de "meilleurs", on s’attendrait à voir mis en avant des sujets ayant de hautes qualités morales : courage, abnégation, désintéressement, honnêteté, modestie, persévérance, etc. Or, lorsqu’on questionne son entourage, il est peu courant que ce sens soit évoqué. D’où cela vient-il ? Peut-être du fait que les qualités morales varient en fonction de la famille idéologique à laquelle on appartient, et que ce qui est vu comme une qualité par certains (par exemple des chrétiens, des athées, des militants de gauche ou de droite) peut être vu comme un défaut par son adversaire idéologique. L’autre raison est que ces qualités sont à la fois courantes et discrètes. Chacun connaît de ces personnes dans son entourage mais on n’en parle pas dans les médias.

2. Il est donc plus courant que le terme "élites" soit réservé à des sujets exerçant des professions intellectuelles, mais, si je puis dire, des professions intellectuelles "mesurables", sanctionnées par des reconnaissances officielles : prix, distinctions, nominations dans des institutions. Le terme élite (même si les intéressés peuvent prétendre à en faire partie) s’applique moins à des écrivains, à des peintres, à des artistes qui peinent parfois à entrer dans ces cadres.

3. En fait, le terme "élites" est moins appréhendé par son caractère intrinsèque (la valeur intellectuelle ou morale, souvent difficile à mesurer), que par un effet purement externe :les élites, ce sont ceux que leurs qualités, leur activité ont placés au sommet de la pyramide sociale, c’est-à-dire, trivialement, les plus riches. Et, surtout, les plus riches qui se reconnaissent entre eux, par un certain nombre de comportements, d’habitudes, comme celle de fréquenter tel grand restaurant, d’être membre du Jockey Club ou... de jouer au golf. Parce qu’on ne saisit pas le lien qu’il peut y avoir entre être professeur de faculté et jouer au golf - même si cela peut arriver - , mais on saisit très bien le lien qu’il existe entre être dans le décile supérieur des revenus (ou, mieux encore, dans les cinq centiles supérieurs) et pratiquer ce sport. D’où, pour Julian Bugier, l’identification du meilleur ("aristos") au riche (ploutos). Après Jacques Séguéla disant, il y a quelques années, que lorsqu’on n’avait pas de Rolex à 50 ans on avait raté sa vie, après Emmanuel Macron clamant qu’il fallait que les jeunes Français aient envie de devenir milliardaires, n’est-ce pas là une phrase révélatrice de notre société ?

Philippe Arnaud

URL de cet article 30693
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.