Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

15 

Les États-Unis sur le point de lancer une guerre contre la Syrie en s’appuyant sur des mensonges

Le président Barack Obama et le ministre des Affaires étrangères John Kerry ont présenté vendredi leurs arguments pour une guerre contre la Syrie qui consistent en une compilation de mensonges éhontés et d’hypocrisie bornée. Leurs déclarations montrent clairement que Washington est sur le point de lancer une nouvelle guerre unilatérale en violation du droit international, et en opposition directe aux sentiments de tous les peuples du Moyen-Orient et de la population américaine.

Si Obama et Kerry ont indiqué qu’aucune décision n’a encore été prise au sujet de l’action militaire contre la Syrie, c’est parfaitement faux, comme tout ce que dit ce gouvernement. La marine américaine a positionné un cinquième navire de guerre en Méditerranée, pendant que les unités de l’armée de l’air sont renforcées sur la base américaine du Qatar en préparation d’un assaut qui est planifié et imminent. Une des dates envisagées est le 5 septembre, date de la nouvelle lune, une condition qui avait aussi été choisie pour lancer l’offensive « choc et stupeur » contre l’Irak il y a dix ans.

Toute cette opération est préparée au mépris du droit international, des processus démocratiques et de l’opinion publique américaine. Cela a été rendu abondamment clair par la présentation que Kerry a faite depuis le ministère des Affaires étrangères vendredi après-midi.

Obama a suivi peu après avec une déclaration pour la forme faite pendant une séance de photos avec les chefs d’Etats des trois pays baltes. Cette occasion ne fait que souligner le manque de soutien international pour l’agression américaine à venir, en particulier à la suite du vote stupéfiant du Parlement britannique qui a rejeté la participation à une nouvelle guerre.

La déclaration d’Obama visait à assurer à la population américaine que toute attaque américaine contre la Syrie serait un « acte limité, restreint » sans « poser le pied au sol » ni « d’engagement sur une durée indéfinie. » Kerry a fait des promesses similaires, disant que l’intervention en Syrie « ne ressemblera pas à l’Afghanistan, à l’Irak ou même à la Libye. »

Il n’y a aucune raison non plus d’accorder foi à ces affirmations. LeWashington Post de vendredi a publié un article en première page s’appuyant sur des entretiens avec du personnel militaire américain, et qui qualifie cette action de « très dangereuse » et prévient que les États-Unis ne pourraient pas se contenter de ne tirer que quelques missiles de croisière sur Damas avant de s’en aller.

L’ex-chef du US Central Command, le Général James Mattis était cité mettant en garde que : « si les Américains se chargent de ça, ce sera un guerre complète, très, très sérieuse. »

L’article citait également le président du Comité des chefs d’état-major interarmées, le Général Martin Dempsey qui a prévenu le Congrès que « une fois que nous commençons à agir, nous devons être prêts à ce qui va suivre. Une implication plus profonde est difficile à éviter. »

Dans sa déclaration télévisée, Kerry a présenté le gouvernement comme étant « en train de consulter » le Congrès et de discuter de l’action militaire imminente « directement avec le peuple américain. » Avec la majorité du peuple américain opposé à toute intervention militaire et, d’après les derniers sondages, 80 pour cent opposés à une attaque contre la Syrie sans un vote du Congrès pour autoriser une action militaire, de telles affirmations sont non seulement fausses mais insultantes.

Comme preuve de la prétendue franchise du gouvernement Obama à l’égard du public, Kerry a cité la publication d’une « estimation qui n’est pas classée confidentielle » produite par le renseignement américain sur l’attaque à l’arme chimique qui aurait eu lieu le 21 août autour de Damas – le prétexte choisi par Washington pour justifier sa guerre. »

« Je ne vous demande pas de me croire sur parole, » a dit Kerry. « Lisez vous-même, chacun d’entre vous, tous ceux qui écoutent, vous tous, lisez vous-même les preuves qui viennent de milliers de sources. »

Cependant, toute personne qui lirait ce rapport, qui a émergé sur Internet peu après le discours de Kerry, n’y trouvera pas une trace de preuve déterminante. Ce document, qui fait à peine trois pages, comprend une série d’affirmations non prouvées qui s’adaptent à l’objectif politique américain de fabriquer un prétexte pour une intervention directe dans une guerre civile provoquée par les États-Unis et visant à faire tomber le régime syrien de Bashar el-Assad.

Ce sont précisément les « paroles » de Kerry, aussi faux que son visage retouché au Botox, et celles de tous les haut responsables de la CIA que le peuple américain se voit dire de prendre pour argent comptant.

Ce document consiste en une série d’affirmations qui commencent par les mots, « le gouvernement des États-Unis affirme avec une forte conviction » pour ensuite accuser le gouvernement syrien pour l’attaque présumée du 21 août.

Ce document présente des affirmations infondées sur le fait que les précédentes attaques à l’arme chimique auraient été commises par le gouvernement syrien, qui aurait déployé du personnel formé aux armes chimiques avant les attaques, et discuté des attaques après-coup, tout cela sans livrer une seule preuve vérifiable.

Il cite un « corpus de preuves, dont des pratiques syriennes passées » sans les détailler, pour affirmer que le régime d’Assad était « au courant des attaques et les avait ordonnées. »

Il affirme que le lancement de l’attaque par les rebelles soutenus par l’occident, un ramassis de milices fascistes, liées à Al Qaïda, est « hautement improbable. » Et cela en dépit du fait que le régime d’Assad avait tout à perdre à mener ce genre d’attaque, lancée le jour même où les inspecteurs des Nations unies commençaient leur travail à Damas. De l’autre côté, les « rebelles, » confrontés à une série de défaites militaires et cherchant absolument à obtenir une aide militaire directe des États-Unis, y avaient tout à gagner.

Le document poursuit, « Nous affirmons que l’opposition n’a pas utilisé d’armes chimiques, » une déclaration qui est contredite par des éléments d’Al Qaïda qui se sont vantés d’avoir obtenu de telles armes et par les conclusions de Carla del Ponte, de la commission d’enquête de l’ONU en Syrie, qui affirmait en mai dernier que l’essentiel des preuves indiquait que l’usage des armes chimiques était le fait des rebelles.

« Nos sources de renseignement à Damas n’ont détecté aucune indication, durant les jours précédant l’attaque, que les soutiens de l’opposition se préparaient à utiliser des armes chimiques, » affirme ce rapport.

Dans le résumé de ce qu’il établit, ce rapport admet que son « évaluation » n’est pas tout à fait une « confirmation, » tout en promettant, « Nous continueront à rechercher des informations supplémentaires pour remplir les blancs dans notre compréhension de ce qui s’est passé. »

En d’autres termes, Washington lance une guerre en s’appuyant sur des affirmations non confirmées et des spéculations qu’il a arrangées en un prétexte pour une agression militaire. De plus, il n’a aucun intérêt à confirmer ses accusations montées de toutes pièces, rejetant l’enquête sur place en Syrie par les inspecteurs de l’ONU comme étant « sans intérêt », au moment même où ils commençaient à interviewer des soldats syriens qui avaient subi les effets des attaques au gaz lancées par les « rebelles ».

Si l’on examine sérieusement le langage de ce rapport, il est clair que c’est un document rédigé par un juriste véreux. Les mots sont choisis avec soin. « Le gouvernement des États-Unis affirme avec une forte conviction » que le régime d’Assad « est responsable de l’attaque » – en d’autres termes, nous n’en sommes pas sûrs.

Il est « hautement improbable » que ce soient les rebelles liés à Al Qaïda qui aient commis cela. Ou bien « il est possible que. » Et les informateurs des services américains « n’ont détecté aucune indication » que les forces de l’opposition soutenues par les États-Unis planifiaient une attaque au gaz. C’est-à-dire que si on continuait à chercher on pourrait trouver ces preuves.

Il ne serait pas possible, sur la base de preuves pareilles, de déclarer quelqu’un coupable d’un banal cambriolage devant un tribunal américain, où l’on exige des preuves au-delà du doute raisonnable. Pourtant le gouvernement des États-Unis propose de se servir de cette justification pour lancer un bombardement sur Damas au cours duquel des milliers de personnes perdront la vie.

Il ne faut pas croire un seul mot de tout cela. Si l’on veut vraiment savoir ce qui s’est passé ce jour-là, il faudrait interroger la CIA, le Mossad et les agents des services secrets du Qatar et d’Arabie saoudite qui arment et dirigent les opérations meurtrières des forces anti-Assad et qui ont joué sans aucun doute le rôle principal dans l’organisation de cette provocation à l’arme chimique pour ouvrir la voie à une action militaire américaine.

Les remarques de Kerry vendredi n’ont fait que souligner que pour être ministre américain des Affaires étrangères, une qualité essentielle est d’être un menteur et un faussaire accomplis. Avec ses manières aristocratiques, Kerry fait vraiment penser à Joachim Von Ribbentrop, le ministre des Affaires étrangères de Hitler, et le contenu objectif de son discours consiste en une arrogance et une criminalité affichées sur toute la planète, dépassant celles du régime nazi allemand.

On peut se dispenser de toute la rhétorique de Kerry sur « l’horreur inconcevable des armes chimiques qui frappent leurs victimes sans discrimination » et sur la prétendue mission spécifique des États-Unis de défendre les « valeurs universelles » et les « principes fondamentaux de la communauté internationale. »

Qui espère-t-il tromper ? L’impérialisme américain est bien le dernier à avoir le droit de prêcher la moralité au Moyen-Orient ou n’importe où ailleurs sur la planète. Au cours des dix dernières années de guerre, il a directement tué des dizaines de milliers d’Irakiens, y compris par l’usage de munitions à l’uranium appauvri et d’obus au phosphore blanc, tout en créant des conditions de vie catastrophiques qui ont coûté la vie à des centaines de milliers d’autres.

Qu’étaient le napalm et l’Agent orange, déployés massivement durant la guerre du Vietnam qui a coûté la vie à plus de 3 millions de personnes, sinon des armes chimiques ? Et c’est l’impérialisme américain, et lui seul, qui a employé l’arme la plus abominable, la bombe atomique, tuant près d’un quart de million de civils japonais à Hiroshima et Nagasaki.

Chaque guerre que l’impérialisme américain a menée au cours de la dernière période s’est appuyée sur des mensonges, depuis l’incident fabriqué du Golfe du Tonkin au Vietnam jusqu’aux armes de destruction massives en Irak. La guerre à venir en Syrie n’est pas une exception.

L’affirmation selon laquelle Washington ne fait que mener une action « limitée » et « adaptée » est complètement fausse, étant donné que la CIA et le Pentagone ont été impliqués au cours des deux dernières années à fomenter une guerre civile et à armer des groupes d’Al Qaïda qui sont en train de démanteler la Syrie. Si le gouvernement Obama voulait vraiment faire cesser ce bain de sang, alors il se retirerait immédiatement de Syrie et cesserait d’interférer dans ses affaires.

Il ne veut rien faire de la sorte évidemment. L’attaque à venir menace la vie de milliers de Syriens. Il faut noter que Kerry qualifie le président syrien Bashar el Assad de « voyou et meurtrier, » reprenant le même langage que celui utilisé pour parler de l’Irakien Saddam Hussein et du Libyen Mouammar Kadhafi. Comme dans leurs cas, les objectifs des États-Unis incluent clairement la chute de son régime et son meurtre ainsi que celui de sa famille.

Si on enlève les mensonges et la démagogie, le discours de Kerry a présenté une doctrine américaine de pure agression. Les intérêts de la sécurité nationale américaine sont en jeu en Syrie, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, parce qu’on ne peut autoriser Assad à défier les diktats américains. S’il s’en tire à bon compte, d’autres pays « croiront qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. » Ce qui est implicite dans cette mise en garde c’est que l’attaque contre la Syrie ne représente que l’antichambre d’une guerre bien plus vaste qui peut embraser l’Iran, la Russie et la Chine ainsi que la planète toute entière.

Bill Van Auken

Article original, WSWS, paru le 31 août 2013

»» https://www.wsws.org/fr/articles/2013/sep2013/syri-s03.shtml
URL de cet article 22240
   


Vous avez une minute ?

L’ÉCONOMIE MONDIALE A BOUT DE SOUFFLE L’ultime crise du capitalisme ?
Jean Baumgarten
L’économie mondiale à bout de souffle se consacre à l’analyse de la crise qui traverse le monde et est partie des États-Unis en 2007 : elle est loin d’être terminée et va dans les prochains mois prendre de nouveaux développements. L’auteur commence par épingler les économistes « attitrés » qui se sont trompés et continuent de tromper le monde. Il analyse la longue dépression de 1929 en montrant que la crise actuelle en valeur est largement supérieure, et en utilisant la méthode marxiste il démontre qu’il y a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un Saint. Quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, ils disent que je suis un communiste.

Dom Helder Camara


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.