RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
53 

Les monstres

Notre société, notre monde, en crise, produisent des monstres. Pourquoi ? Que faire ? D’abord, ne pas hurler avec la meute, ne pas se tromper de combat. Ne pas en rajouter à des fins d’instrumentalisation politicienne.

Des gamins capables de prendre en otage des innocents, de tuer sans sourciller sont des criminels. Ils n’ont aucune circonstance atténuante. Comment en sommes-nous arrivés là, au pays jadis des Lumières, des Droits de l’homme, de la Résistance ? Poser la question sous cette forme, n’est-ce pas en partie lui répondre ?

Effectivement, parce que la France, son image, sa politique, ne sont plus tout ce qu’elles ont été ; désormais perçues comme inféodées à Washington, redevenues (ont-elles vraiment cessé de l’être ?) « gendarmes du monde », guerroyant dans des expéditions militaires aux objectifs impérialistes à peine cachés. Qu’est-ce que tout cela peut avoir comme relation avec les crimes de Trèbes ?

Cela n’explique pas tout, mais beaucoup... La seule politique à efficacité réelle, c’est d’essayer de comprendre, en profondeur, ne pas se laisser aveugler par l’écume des choses, les amalgames faciles. Aucun moyen dit de « dé-radicalisation » ne débouchera sur une solution inclusive à long terme. Pour récupérer ces gamins devenus terroristes, il faudra beaucoup plus d’enseignement, d’éducation, de formations, de débouchés, d’emplois, d’éthique... Il faudra ne pas fermer des écoles, des gares, ne pas sélectionner les étudiants à l’entrée de l’université, permettre à chacun, avec un statut solide, de trouver sa place dans une société qui ne soit pas une jungle. Il faudra un monde de justice et de paix, basé sur des valeurs de coopération, de partage, et non sur un cynisme jupitérien, pas plus que sur les oukases, les éructations fascisantes et va-t-en guerre du président de la « première puissance » mondiale.

Daech n’est que le fruit pourri des dérèglements du monde, engendré dans les entrailles du capitalisme, nourri par la haine « des autres », boucs-émissaires commodes... Il est facile d’oublier maintenant que l’on a fait joujou, pendant longtemps, avec Daech, Al Qaïda, et consorts. Tant que la France ne (re)deviendra pas un pays ouvert, fraternel, souverain, indépendant, solidaire, il sera difficile de désarmer le terrorisme, d’en assécher durablement la source : le désespoir, l’injustice, les inégalités, la colère, l’obscurantisme, la mort des Palestiniens...

Cependant, les crimes de Trèbes montrent aussi combien certaines valeurs sont encore prégnantes dans notre société, qui heureusement, malgré les politiques néolibérales successives, n’a pas totalement basculé dans la sauvagerie. Un homme a donné sa vie pour sauver une femme. Il avait une haute idée de ses missions, un idéal humaniste à en mourir.

Jean ORTIZ

URL de cet article 33107
  

Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La différence entre antisionisme et antisémitisme ?
Environ 80 points de QI.

Viktor DEDAJ

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.