RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
53 

Les monstres

Notre société, notre monde, en crise, produisent des monstres. Pourquoi ? Que faire ? D’abord, ne pas hurler avec la meute, ne pas se tromper de combat. Ne pas en rajouter à des fins d’instrumentalisation politicienne.

Des gamins capables de prendre en otage des innocents, de tuer sans sourciller sont des criminels. Ils n’ont aucune circonstance atténuante. Comment en sommes-nous arrivés là, au pays jadis des Lumières, des Droits de l’homme, de la Résistance ? Poser la question sous cette forme, n’est-ce pas en partie lui répondre ?

Effectivement, parce que la France, son image, sa politique, ne sont plus tout ce qu’elles ont été ; désormais perçues comme inféodées à Washington, redevenues (ont-elles vraiment cessé de l’être ?) « gendarmes du monde », guerroyant dans des expéditions militaires aux objectifs impérialistes à peine cachés. Qu’est-ce que tout cela peut avoir comme relation avec les crimes de Trèbes ?

Cela n’explique pas tout, mais beaucoup... La seule politique à efficacité réelle, c’est d’essayer de comprendre, en profondeur, ne pas se laisser aveugler par l’écume des choses, les amalgames faciles. Aucun moyen dit de « dé-radicalisation » ne débouchera sur une solution inclusive à long terme. Pour récupérer ces gamins devenus terroristes, il faudra beaucoup plus d’enseignement, d’éducation, de formations, de débouchés, d’emplois, d’éthique... Il faudra ne pas fermer des écoles, des gares, ne pas sélectionner les étudiants à l’entrée de l’université, permettre à chacun, avec un statut solide, de trouver sa place dans une société qui ne soit pas une jungle. Il faudra un monde de justice et de paix, basé sur des valeurs de coopération, de partage, et non sur un cynisme jupitérien, pas plus que sur les oukases, les éructations fascisantes et va-t-en guerre du président de la « première puissance » mondiale.

Daech n’est que le fruit pourri des dérèglements du monde, engendré dans les entrailles du capitalisme, nourri par la haine « des autres », boucs-émissaires commodes... Il est facile d’oublier maintenant que l’on a fait joujou, pendant longtemps, avec Daech, Al Qaïda, et consorts. Tant que la France ne (re)deviendra pas un pays ouvert, fraternel, souverain, indépendant, solidaire, il sera difficile de désarmer le terrorisme, d’en assécher durablement la source : le désespoir, l’injustice, les inégalités, la colère, l’obscurantisme, la mort des Palestiniens...

Cependant, les crimes de Trèbes montrent aussi combien certaines valeurs sont encore prégnantes dans notre société, qui heureusement, malgré les politiques néolibérales successives, n’a pas totalement basculé dans la sauvagerie. Un homme a donné sa vie pour sauver une femme. Il avait une haute idée de ses missions, un idéal humaniste à en mourir.

Jean ORTIZ

URL de cet article 33107
  

Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Analyser la réussite ou l’échec du modèle économique cubain en faisant abstraction d’un blocus criminel de plus de 50 ans, est une pure hypocrisie. N’importe quel pays capitaliste d’Amérique Latine, soumis à un blocus similaire, s’effondrerait en quelques mois.

Rafael Correa
ancien président de l’Equateur

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.