RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les résultats sont là. Bravo !

Edmond Maire est mort. Ne disons pas de saloperies sur lui, pas parce qu’il faut respecter les morts, mais pour ne pas lui ressembler.

Constatons juste sa victoire. Avec ses méthodes, reprises par ses successeurs, la CFDT est devenue l’un des deux premiers syndicats français, pratiquement à égalité avec la CGT, et même devant dans certains types d’entreprises, et avec de bonnes perspectives de la dépasser définitivement.

Et les résultats sont là.

Grâce à la victoire du réformisme, tant syndical que politique, le salariat français a perdu dans les 15 points de PIB en 35 ans. En 1981, il représentait entre les trois quarts et 80% de la population et ne se partageait que 65% des richesses, ce qui était déjà injuste. De nos jours, il approche 90% mais ne dispose plus que d’environ 50% du gâteau.

Mais une fois de plus, les patrons, les actionnaires et leurs larbins reaganno-mitterrandiens à le mode d’Edmond Maire et successeurs auraient tort de se gêner.

Quand le salariat n’aura plus que 20 à 30% des richesses, il votera massivement pour le clan Le Pen (ou successeurs), quant au PCF, il aura définitivement disparu et la CGT sera groupusculaire.

On peut penser tout le mal qu’on veut de la bourgeoisie, ce n’est quand même pas sa faute si elle est la seule classe sociale à comprendre vraiment le film.

URL de cet article 32399
   

« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La communication est à la démocratie ce que la violence est à la dictature.

Noam Chomsky

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.