Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

39 
Je te prie d’accepter mes excuses, au nom d’un maillon du PCF dramatiquement affaibli

Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon

Lettre du communiste Jean Ortiz, suivie d’un complément (12/04/2016) : une lettre de Kevin KIJKO, cheminot toulousain membre du PG.
La première s’adresse à Jean-Luc Mélenchon, la seconde à Olivier Dartigolles.

Cher camarade,

Dans le quotidien béarnais à grand tirage, « La République des Pyrénées » (28 mars 2016), un dirigeant local et national de mon parti, le PCF, tient des propos méprisants à ton égard, te conseillant de « partir ensemble en pèlerinage à Lourdes », avec le centriste Jean Lassalle, « puisqu’apparemment ils (vous) entendent des voix ».

Ce n’est ni très élégant ni très respectueux. « La présidentielle rend fou », dit ce dirigeant. Le quotidien évoque la longue absence de la vie politique béarnaise de ce dernier et qualifie son « retour » de « tranchant ». Laissons ce type de tranchant aux longs couteaux des ambitions politiciennes. Ce n’est pas notre monde.

Ni nos valeurs, ni nos pratiques.

Camarade Mélenchon,

Je me souviens des grands meetings à Pau où tu contribuas à rassembler des milliers de Béarnais, Basques, Landais... C’était l’époque du forcing « pour avoir Jean-Luc », au service bien entendu d’ambitions politiques. Et tu étais là, mouillant la chemise.

Militant communiste à Pau depuis 25 ans, j’en connais les « spécificités » locales, les ressorts de chacun, l’obsession de certains pour « la com », les photographes, les caméras... au détriment du terrain.

Si je m’en tiens aux voix, aux voix communistes et Front de gauche, aux municipales comme aux régionales, à Pau et au-delà, beaucoup ont manqué au rendez-vous. La politique se nourrit d’idées, mais elle passe aussi par les hommes. Au lieu d’invectiver un partenaire, de le jeter désormais comme un kleenex, balayons devant notre porte. Les coups bas aux effets désastreux ajoutent à l’atomisation de la gauche de transformation sociale, au manque de confiance entre camarades, aux fractures déjà béantes, et nuisent à l’indispensable dynamique anticapitaliste. Cette gauche de rupture, au-delà de ses divisions actuelles, veut sortir du cadre capitaliste pour construire une société solidaire, juste, de partage, d’inclusion sociale, écologique, de biens communs, de socialisations, d’implication citoyenne, à tous les niveaux...

En tant que communiste palois, je tiens à te dire, camarade Mélenchon, combien les propos tenus à ton égard par un dirigeant communiste, m’ont indigné. Je te prie d’accepter mes excuses, au nom d’un maillon de ce parti dramatiquement affaibli et pourtant si nécessaire aux combats de classe d’aujourd’hui, le PCF ; au nom aussi de ce bel idéal communiste qui structure et structurera ma vie jusqu’au bout.

Jean ORTIZ  ; Maître de Conférences honoraire, PAU.

EN COMPLEMENT

Lettre d’un cheminot à Olivier Dartigolles

Cher Monsieur Dartigolles,

Moi qui ne suis qu’un simple militant syndical et politique, un simple citoyen, je lis depuis quelques temps vos mots à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon. Vous le taxez d’être un homme seul à l’Ego surdimensionné et vous le sommeriez presque de rentrer dans le rang, votre rang. Belle erreur que de penser qu’il agit en homme seul. Belle erreur de ne pas nous prendre en compte, nous les plus de 90000 personnes qui soutenons l’idée qu’il puisse se porter candidat pour nous représenter, ou nous les 50 syndicalistes devenus plus d’un millier à avoir appelé à soutenir la démarche de « La France Insoumise ». Belle erreur de croire que ceux qui ont placé leurs espérances en cette France Insoumise puisse rejoindre une quelconque « Tambouille d’appareil », comme vous avez voulu croire en un Front de Gauche à géométrie variable ce qui l’a conduit tout droit à ce qu’il est devenu au lieu de croire à un Front de Gauche uni, vivant et qui fait bloc pour porter un programme, notre programme à tous. Cette France Insoumise, nous l’espérions tous depuis longtemps, elle ne fait que se placer dans la continuité de l’élan populaire qui s’est levé lors de la campagne de 2012. Alors un peu de dignité en ne crachant pas sur un mouvement qui redémarre dès lors que l’ère du Peuple pointe son nez !
Vous préférez rester dans des tambouilles d’appareils entre partis ? Libre à vous ! Retournez à cette « Valls » d’étiquettes menée à la baguette depuis l’Elysée et Solferino. Continuez dans ces Primaires qui ne feront qu’entériner le bipartisme, utiliser l’extrême droite comme leurre pour le vote utile et permettre de fossiliser un peu plus cette cinquième république à l’agonie, le tout en ne permettant pas un vrai débat démocratique qui ferait en sorte d’en tourner la page. De plus, vous faites partie de ceux qui veulent unir la « Gauche », mais quelle gauche ? Celle qui défend la déchéance de nationalité ? Celle qui défend la destruction des conquis sociaux ? Ou celle qui s’abstient à toutes les lois régressives au lieu de s’y opposer ? Personnellement je ne me reconnais pas dans ces « Gauches » là ! Alors, il me semble que le temps n’est plus au compromis, mais à la rupture avec tout ce faste, ce dédain du peuple qui caractérise l’oligarchie de la cinquième République. A la rupture avec ces politiques ultra-libérales, à ces luttes des places qui ne servent que des ambitions personnelles. Alors oui, comme beaucoup je ne crois plus en cette république où des hommes censés nous représenter qui ont eu notre mandat, oublient les intérêts communs pour un confort personnel et bafouent leurs promesses de campagne. Avec eux je ne veux plus rien avoir affaire et je leur dis basta haut et fort !
Comme je l’ai dit plus haut rassembler ces « Gauches » qui n’ont plus rien à voir entre elles et que quasiment tout oppose, pour moi la solution n’est pas là. « Où est-elle alors ? » allez-vous me dire. Et bien pour une fois pourquoi ne pas rêver un peu et vouloir vraiment aller de l’avant. Voir grand et fédérer cette France qui croit en un meilleur avenir et qui lutte ! Cette France qui bat le pavé, qui veut sauver ses outils de travail de la vindicte des capitalistes. Cette France qui montre du doigt les abus ! Bref tous ces citoyens, ces syndicalistes, ces lanceurs d’alertes qui travaillent à porter des idées novatrices ! Et la France Insoumise, c’est celle-là. Et celle-là, elle n’est pas qu’un homme seul comme vous essayez de le faire croire. Elle est près de 900 groupes de personnes qui s’assemblent pour réfléchir à l’avenir, notre avenir à tous.
Vous parlez de « nuit debout », un superbe mouvement qui se construit pas-à-pas avec des idéaux de vraie démocratie, de vie meilleur et d’une autre société. Mais ce mouvement qui commence et s’organise, qui se trouve ses propres porte-paroles, il me donne raison de croire en la France Insoumise, car il défend les mêmes idéaux que les miens comme bon nombre de ce qui y placent leur espoir.
Enfin, vous parlez sans cesse de construire ensemble et de collectif. Regardez bien cette France Insoumise que je vous ai décrite. Regardez bien, elle se construit collectivement ! Alors, au lieu de vous entêter sur des primaires jouées d’avance et destructrices pour les idées de progrès sociale, rejoignez-nous ! Et pourquoi pas que tous les militants communistes se joignent à la France Insoumise, pour travailler ensemble à un projet progressiste : la Sixième République sociale, écologique et citoyenne.

Kevin KIJKO

Cheminot insoumis et fier de l’être !

URL de cet article 30214
   
Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863.


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.