RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lettre ouverte au gouvernement grec

Destinataires
Président de la République
Premier ministre
Président de la Chambre
Chefs des Partis
Députés

Pour information
Nations Unies
Président du Parlement Européen
Vice-Présidents du Parlement Européen
Chefs des Partis Européens
Députés Européens
Conseil de l’Europe

Helliniko, le 21/02/2020

Votre Honneur Madame la Présidente, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président de la Chambre et Messieurs les Chefs de partis, Mesdames et Messieurs les députés,

Nous nous adressons à vous pour vous signaler les conséquences qu’aura la menace d’expulsion/en fait fermeture du Dispensaire Social Métropolitain Helliniko (MKIE) en vue de la vente à venir de l’ex aérodrome d’Helliniko avec tout le front de mer à « Lamda développement » ainsi que le transfert d’ « Helleniko S.A. » à la société susmentionnée.
Helliniko SA a exigé avec un ultimatum au 13/03/2020 au plus tard que nous partions des locaux qui nous avaient été accordés par la municipalité d’Helliniko-Argyropolis depuis décembre 2011.

Nous rappelons que le MKIE est une structure solidaire auto-gérée qui fournit depuis 2011 des soins de santé gratuits, des médicaments, des nourritures pour enfants et du lait à tous ceux qui en ont besoin.Au plus fort de la crise économique en 2014-2015 avec l’exclusion du Système de Santé National de trois millions de nos citoyens sans assurance nous avons fourni des services de santé du premier degré et des médicaments en moyenne 1500 fois par mois.Nous avons aidé 8.000 personnes avec plus de 72.000 visites. Nous avons sauvé -littéralement- d’une mort certaine des hommes qui étaient complètement exclus, jusqu’à il y a peu, du Système de Santé Publique. Et encore ces derniers temps où le pays est soi-disant sorti de la tutelle financière, 450 à 500 bénéficiaires nous visitent chaque mois, ce qui prouve qu’une grande partie de nos concitoyens continuent à se trouver hors de la couverture que devrait leur fournir un état grec organisé.

En dehors de ses propres bénévoles, notre dispensaire n’est financé par personne et n’a jamais demandé de financement à personne. Des milliers de personnes nous soutiennent à longueur d’année en nous apportant des médicaments et autres matériels que nous mettons gratuitement à disposition de nos malades ou de dizaines d’autres structures dans toute la Grèce, parmi lesquelles des hôpitaux publics ou des structures de municipalités ou de communautés, des structures d’accueil de réfugiés etc.

Bref, nous faisons depuis plus de 8 ans le travail qu’aurait du faire l’État, en soutenant au mieux des hommes complètement sans ressources qu’ont amenés sur notre seuil les politiques inhumaines mises en œuvre depuis le premier jour de la crise économique. Tout ce travail est entièrement basé sur l’offre complètement volontaire de dizaines de bénévoles. En 2014-2015 nous sommes arrivés à compter 300 bénévoles actifs.

Et maintenant, pour la deuxième fois, l’Etat grec se manifeste et il menace de nous jeter à la rue sans proposer aucune solution alternative sachant très bien que cela signifie en réalité la fin de notre travail. La première tentative d’expulsion avait eu lieu en 2018 par le gouvernement précédent, (toujours au moyen de Helleniko SA) devant le tollé soulevé aussi bien en Grèce qu’à l’étranger, il nous assura par lettre qu’il avait l’approbation des Institutions Européennes pour notre maintien jusqu’à ce qu’il trouve, lui même, une solution de fonctionnement à l’intérieur ou à l’extérieur de l’ancien aéroport.

Nous ne parlerons pas plus de tout ce que nous avons réussi toutes ces années. Qui veut se renseigner sur nous, s’il ne nous connaît pas peut lire sur notre site les dizaines d’articles et d’études qui ont été écrites sur le dispensaire et son fonctionnement.Il peut regarder ou écouter les dizaines de reportages filmés ou enregistrés sur le MKIE. Il peut parler avec les Eurodéputés ou les dizaines d’organisations qui nous soutiennent dans différents pays d’ Europe.

En nous donnant par Helliniko SA une date limite au 15/03/2020 pour « une finalisation immédiate et normale » de notre départ de l’endroit qui nous héberge,il apparaît que le gouvernement grec se désintéresse non seulement du MKIE mais aussi des centaines de personnes que nous soutenons. Un tel type d’ultimatum rappelle des périodes politiques « sombres » de notre pays et n’ est pas cohérent avec les principes qui s’appliquent dans les états démocratiques modernes où l’on recherche le renforcement de la société civile. Dans ce contexte , nous renvoyons l’ultimatum et donnons notre date limite au même jour pour qu’il nous trouve un local qui satisfasse au moins les mêmes besoins que remplit l’existant.

Dans le cas ou Helliniko SA ou quel qu’autre organisme étatique ou public ne nous fournit pas un local analogue, comme il est dû,alors, vous porterez l’entière responsabilité de notre expulsion comme de la destruction de nos médicaments ( d’une valeur de dizaines de milliers d’euros)qui contiennent des anticancéreux très chers et aussi de l’abandon de centaines de nos patients qui n’ont pas les moyens de les acheter.

Nous renvoyons comme irrecevable la lettre de Helliniko SA et parallèlement rendons publique notre lettre ainsi que nos communiqués (« Deuxième tentative d’expulsion de la clinique communautaire métropolitaine Helliniko à Athènes, Grèce » et « Appel à l’aide des citoyens ») auprès des Nations Unies, du Parlement Européen et du Conseil de l’Europe pour que soient connues ces pratiques méthodiques et inacceptables que nous vous signalons et que vous puissiez assumer les responsabilités qui vous incombent.

Enfin nous demandons à nos concitoyens qu’ils nous soutiennent comme ils l’ont fait en 2018 afin que cesse immédiatement notre expulsion.

En attente de votre réponse et de vos actes,

sincèrement,

le Dispensaire Social Métropolitain Helliniko

http://www.mkiellinikou.org/blog/2020/02/21/epistoli/

traduction Solidarité Grèce 67

»» http://www.mkiellinikou.org/blog/2020/02/21/epistoli/
URL de cet article 35723
  

Les éditocrates - Mona Chollet, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle, Aude Langelin
Vous les connaissez bien. Leur visage et leur voix vous sont familiers. Ils signent tous les jours un éditorial dans la presse écrite ; ils livrent une chronique chaque matin sur une antenne de radio ; ils occupent les plateaux des grandes - et des petites - chaînes de télévision ; chaque année, voire plusieurs fois par an, leur nouveau livre envahit les tables des librairies. « Ils », ce sont les « éditocrates ». Ils ne sont experts de rien mais ils ont des choses à dire sur (presque) tout et, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si vous n’avez pas suivi de près l’affaire Julian Assange, tout ce que vous croyez savoir est probablement faux."

Viktor Dedaj

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.