Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Et si on supprimait aussi les syndicats, les élections, les coiffeurs (pourquoi les coiffeurs ?)

Logique de Gribouille !

Ainsi donc, ce serait pour « favoriser l’embauche » que Valls prétend détruire, sur pression conjointe de l’UE et du MEDEF, le Code du travail, quitte à précariser l’ensemble des salariés...

C’était aussi pour « sauver les retraites » que Balladur, Fillon et Sarkozy ont successivement dégraissé les pensions en instaurant le système des « décotes ; c’est aussi pour « protéger les retraités » que les costards trois-pièces du PS et de l’ex-UMP ne cessent de repousser l’âge de la retraite et paupérisé des millions d’anciens travailleurs et plus encore, d’anciennes travailleuses (comme si la retraite des morts, que les gouvernements de toute l’UE sont en train de remettre en place comme au 19ème siècle, pouvait conjurer la mort des retraites, qu’ils organisent) !

C’est aussi pour « améliorer le service public » que Hollande, après Sarkozy, continue de sabrer les conditions de travail des agents hospitaliers, de sous-payer les enseignants, de chercher par tous les moyens à faire sauter le statut de la fonction publique qui garantissait depuis 1946 (réforme Thorez) la possibilité pour les agents publics d’accomplir impartialement leur mission sans craindre les pressions politiques, patronales, religieuses et autres.

C’est aussi bien évidemment « pour le bien des chômeurs » que, de Sapin à Eric Ciotti (06) en passant par le président de droite d’un département alsacien, nos bonnes âmes veulent raccourcir drastiquement l’indemnisation du chômage, forcer les chômeurs à accepter n’importe quel emploi bidon, aggraver la dégressivité des allocations : et de fait, quand nous serons tous (sauf les patrons, redevenus seigneurs et maîtres) redevenus esclaves ou serfs, la « maladie » du chômage s’éteindra d’elle-même...

De même les dirigeants de la CFDT expliquent-ils benoitement qu’ils défendent les salariés quand ils cosignent toutes les contre-réformes au nom de la « modernité » : salariés, quand vous accepterez enfin n’importe quel « emploi » à bas coût, non seulement vous ne serez plus au chômedu, mais il vous faudra avoir plusieurs « jobs » pour – si vous y parvenez ! – joindre les deux bouts : ainsi va la vie dans la très libérale Angleterre !

Avec le même raisonnement, on acceptera tous les diktats des « marchés financiers » pour sauver la souveraineté de la France ; dans le même esprit, on préservera l’Université française en l’alignant sur les pratiques anglo-saxonnes ; on dira même, comme feu Kouchner, que « l’avenir de la Francophonie passe par l’anglais ». On « sauvera » le « modèle social français » et les acquis de 1945 en les liquidant l’un après l’autre pour « restaurer la compétitivité » ; on défendra la paix, de l’Ukraine à la Syrie, en envoyant l’armée française guerroyer tous azimuts en dehors du territoire national, quitte à attirer sur notre territoire tous les fous de Dieu et l’on « protègera la démocratie » en instaurant chez nous l’Etat policier, l’intrusion de l’Etat dans la correspondance privée (« Loi renseignement »), voire dans les cours des profs du secondaire (récentes « affaires » policières en Bretagne et à Poitiers).

Allons plus loin : supprimons directement les élections en France (couteuses et sans impact sur les politiques suivies) et implorons l’Oncle Sam que les Français, pardon, que les « Frenchies », participent directement au choix exaltant qui s’offre aux Américains entre Donald et Hillary : ce sera excellent pour la dignité de la nation.

Bref, Français, pour éviter la pluie, jetez-vous dans l’océan néolibéral du haut de la falaise social-libérale.

Et surtout, n’ouvrez jamais le seul parapluie qui vaille face à cette politique de Gribouille qui détruit la nation, la démocratie et la paix aux cris de « vive la France, vive la liberté, vive les gentils, à bas les méchants ! » : le parapluie rouge des luttes sociales et du « tous ensemble et en même temps » !

Floreal

Retrouvez les billets de rouge de Floreal et les autres sur www.initiative-communiste.fr

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/logique-de...
URL de cet article 30036
   
Même Thème
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.