Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Moment culture : la Compagnie Jolie Môme et Brecht

"L'exception et la règle" de Bertolt Brecht Jusqu'au 22 avril 2017 Théâtre La Belle Etoile 14 rue Saint-Just, 93200 Saint-Denis

Il s’agit d’une troupe, qui a pignon sur rue (et même, disons-le, sur pavé).
Il s’agit d’un auteur, tellement classique et actuel à la fois qu’il est enseigné à l’école (ah ... en fait non, semble-t-il ... mais pourquoi ?)
Il s’agit d’un lieu qui a une histoire de plus de 100 ans, lieu de fêtes, de jeunes, de paroles et de travail.

La troupe, Jolie Môme, est créative et engagée, elle aime écrire ses textes, comme reprendre ceux des autres, les bons, ceux qui traversent les décennies tout en restant actuels. Elle chante, lyrique ou gouailleuse. Elle siffle, rossignol ou signal codé. Elle gratte, bat et souffle tous les instruments.

L’auteur, Bertolt Brecht, nous plonge dans la fiction d’un voyage qui finit mal pour tous les protagonistes dans un premier temps (attention spoiler ! le guide est licencié, le porteur est mort, tué par le marchand accablé de remords) avant de nous faire observer une certaine justice faire son travail de maintien de l’ordre social. Un porteur ne peut que vouloir du mal à son employeur, d’autant plus que celui-ci l’a maltraité. L’état de légitime défense dudit marchand est donc acquis, quelque soient les preuves à décharge apportées. Et même s’il y en a, le comportement d’exception de ce porteur inoffensif justifie amplement les circonstances atténuantes pour que l’ordre reste établi, la règle respectée et le marchand acquitté.

Le choix de mise en scène peut surprendre, en évoquant les codes du cinéma muet, certains acteurs prêtent leur voix aux autres, mais le procédé se fait vite oublier. La Jolie Môme est polymorphe, multiple, partageant et échangeant ses visages et ses voix. Les visages des uns portent les voix des autres (ou l’inverse), nous ramenant à l’époque du cinéma muet, lorsque l’intertitre à l’écran suspendait un instant le jeu de l’acteur.

La soirée à la Belle Etoile était joyeuse, le repas (préparé par des Joli(e)s Mômes) était savoureux et animé, tout comme la rencontre qui a suivi le spectacle.

Ne vous privez pas de ce moment de théâtre revigorant, et de tous les autres spectacles de la Compagnie, des moments de vie à partager pour rester éveillé !

Compagnie Jolie Môme : www.cie-joliemome.org

URL de cet article 31708
   
Sur les eaux noires du fleuve.
Maurice LEMOINE
Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression. En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Etats Unis doivent diriger le monde en portant le flambeau moral, politique et militaire du droit et de la force et servir d’exemple à tous les peuples.

Sénateur Jesse Helms
"Entering the pacific century" Heritage Foundation, Washington, DC, 1996


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.