Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Mon capital santé

22 février, journal télévisé de 13 h de France 2. J’ai retenu deux sujets.

1. Le premier sujet concernait l’espérance de vie des Françaises qui augmente et qui pourrait, pour les petites filles qui naîtront en 2030, atteindre 88 ans et 6 mois "en moyenne" (le "en moyenne" est important). Cependant, un médecin vient tempérer l’optimisme qui pourrait en résulter car prolonger la vie jusqu’à près de 90 ans n’est pas une fin en soi, et nombre de passants interrogés lors d’un "micro-trottoir" font remarquer, avec bon sens, que vivre jusqu’à 90 ans (ou au-delà) présente peu d’intérêt si on est souffrant, si on est invalide, et, surtout, si l’on n’a pas toute sa tête.
C’est ce que confirme un médecin, spécialiste du vieillissement, le Dr Christophe de Jaeger. Ce n’est toutefois pas sur ce point que porte ma remarque, mais sur sa façon de s’exprimer et sur les termes qu’il emploie.

- En effet, ce médecin dit : "... notre combat à nous, aujourd’hui, en tant que physiologistes, ça va être justement de mener un maximum de gens à une meilleure gestion de leur capital santé pour que... ils puissent profiter de cette augmentation de l’espérance de vie, qui va continuer, je l’espère, mais en bonne santé."

Qu’est-ce qui est frappant, dans ces termes ? C’est que ce médecin, plutôt que d’user de termes liés au corps (faire de l’exercice, manger sainement, ne pas fumer, ne pas boire, ce que tout le monde comprend) use spontanément – peut-être même sans s’en rendre compte ! – de termes de banquier et de conseiller financier : "capital", "maximum", "gestion", "profit"...

On a presque l’impression que c’est la vie financière, la vie économique qui a fourni ses cadres conceptuels à la vie tout court, à la vraie vie. Comme si était alloué à chaque être humain, au moment de sa naissance, un certain "capital" (des organes et des membres en bon état de fonctionnement, un nombre donné de battements de cœur, un taux de croissance des cellules, des synapses en bon état...) qu’il lui appartiendrait de faire "fructifier", au moyen d’une "saine gestion", pour devenir (si j’ose cette comparaison) "millionnaire de son corps". Dans cette perspective – si je file la métaphore – on comprend que, corrélativement, celui qui devient "smicard de son corps" n’a à s’en prendre qu’à lui, à son impéritie, à sa négligence, à sa paresse, à son manque de volonté. On suit la même pente que lorsque l’on dit que le smicard ou le clochard n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes s’ils sont en bas de l’échelle.

Comme je l’ai dit à d’autres occasions, je tiens que la façon de s’exprimer, les mots (les verbes, les adjectifs, la syntaxe, la longueur des phrases, leur forme – active ou passive – les figure de style, etc.) modèle notre façon de penser. Dès lors qu’on pense le corps, la santé, la vie, en termes financiers, tout est chiffres, tout est comptable, tout est responsabilité, en omettant toutes les circonstances (le pays où l’on vit, le milieu social, les dispositions d’intelligence ou de caractère de chacun) qui font que l’on ne peut pas "gérer" idéalement son "capital santé".

2. Le deuxième sujet, qui suivait immédiatement, était un sujet dit "marronnier", c’est-à-dire qui revient régulièrement. Il s’agissait des fraudes aux Allocations familiales, qui se seraient élevées, en 2016, à 275,4 millions d’euros, en hausse par rapport à 2015. Ce sujet est malhonnête et tendancieux, par ce qu’il sous-entend et par ce qu’il omet de mettre en perspective.

2.1. Lorsqu’on présente de gros chiffres (des millions, et même là, des centaines de millions), on frappe l’imagination de gens qui vivent avec des revenus compris dans une fourchette de 1000 à 2000 euros. Alors, forcément, 275 millions, c’est énorme.

2.2. Toutefois, lorsqu’on compare ce chiffre à celui du budget de la branche famille de la Sécurité Sociale, qui est de 85,1 milliards d’euros, le pourcentage est de 0,3 %, ce que dit d’ailleurs le reportage. Pour donner un ordre d’idées, c’est comme si quelqu’un qui gagnait 1500 euros par mois trichait pour "rabioter" 4,85 euros supplémentaires...

2.3. Il est dit que la majorité des sommes frauduleuses recouvrées étaient d’une moyenne de 6412 euros. Or, de juillet 2002 à août 2007, Pénélope Fillon, dans son "travail" d’attachée parlementaire de Marc Joulaud, a touché 6009 euros nets mensuels.

2.4. On parle beaucoup des pauvres qui fraudent, on ne parle pas des bénéficiaires d’allocations diverses qui, par ignorance, négligence, honte, ne touchent pas les aides auxquelles ils auraient pourtant droit, et qui, selon le n° 774 de L’Expansion de mai 2012 (et L’Expansion n’est pas un journal gauchiste...) seraient un sur deux à ne pas toucher leurs aides !

2.5. Le chiffre des fraudes aux allocations familiales doit être comparé à celui de la seule fraude fiscale, soit de 60 à 80 milliards d’euros. C’est de 218 à 290 fois plus que la fraude aux Allocations familiales...

URL de cet article 31571
   
Contre-discours de mai de François Cusset
Bernard GENSANE
François Cusset. Contre-discours de mai. Ce qu’embaumeurs et fossoyeurs de 68 ne disent pas à ses héritiers. Actes Sud, 2008. Bizarrement, on a très peu célébré le cinquantenaire de Mai 58, la chute de la Quatrième République, le coup d’État feutré de De Gaulle, l’instauration d’une nouvelle République, donc d’un nouveau partage institutionnel du pouvoir, avec un renforcement du rôle de l’État, de sa prééminence, tout ce que les " gaullistes " libéraux d’aujourd’hui vomissent. J’ai lu peu (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.