RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Obama menace les Palestiniens (Al Jazeera)

Barak Obama a pressé Mahmoud Abbas de bloquer une résolution du conseil de sécurité de l’ONU qui condamne les colonies

Il semble que l’attitude des USA envers les Palestiniens soit entrée dans une nouvelle phase : L’intimidation.

Jeudi dernier, le président Barak Obama a téléphoné à Mahmoud Abbas, le président palestinien, pour le presser de bloquer une résolution du conseil de sécurité de l’ONU qui condamne les colonies. Obama a tellement insisté pendant les 50 minutes qu’ils ont passé au téléphone que Abbas s’est senti obligé d’accepter de présenter la requête d’Obama au comité exécutif de l’OLP, l’Organisation de Libération de la Palestine (qui a confirmé sans surprise que Abbas devait refuser d’accéder à la requête d’Obama).

Et en voilà une requête !

Pour les Palestiniens les colonies israéliennes sont au coeur même du conflit israélo-palestinien. Après tout c’est l’engloutissement par Israël de la terre palestinienne qui empêchera probablement l’avènement d’un état palestinien.

Demander au leader palestinien d’accepter de faire opposition à une résolution condamnant les colonies c’est comme demander au premier ministre israélien de renoncer à la partie israélienne de Jérusalem.

D’ailleurs, même la requête de geler la construction dans les colonies pendant 90 jours (une requête contrebalancée par l’offre d’une aide supplémentaire de 3,5 milliards de dollars) a été perçue comme insultante par le gouvernement israélien. Le premier ministre Binyamin Netanyahu n’a pas pu se résoudre à y répondre (pensant sans doute qu’il recevra de toutes façons l’argent supplémentaire quand il le désirera). L’Administration alors a fait comme si elle n’avait jamais rien demandé, dans sa grande crainte de contrarier le moins du monde Netanyahu.

Mais il n’en est pas de même avec les Palestiniens pour des raisons évidentes (ils n’ont pas de poids politique à Washington). Et quand ils demandent le soutien de l’ONU contre les colonies, l’Administration n’hésite pas à exercer de très fortes pressions sur eux.

Mais pourquoi se donner tant de peine ? Car ce n’est pas une petite affaire quand le président des USA appelle un leader étranger et pour être honnête, le président de l’Autorité Palestinienne n’est pas exactement le président de France ou le premier ministre du Canada.

La raison pour laquelle le président Obama a donné ce coup de fil c’est qu’il veut absolument éviter d’avoir à opposer son veto à la résolution des Nations Unies qui condamne les colonies. Et on comprend facilement pourquoi.

Etant donné l’agitation qui secoue le Moyen Orient et l’opposition générale vigoureuse du monde arabe et musulman aux atermoiements des USA sur les colonies, la dernière chose que l’Administration désire c’est d’être obligée d’opposer son veto à une résolution qui condamne ces dernières.

C’est particulièrement vrai de cette résolution, qui est soutenue par 122 pays et qui incarne des orientations politiques que les USA défendent eux-mêmes depuis longtemps. L’intérêt évident des USA est soit de soutenir la résolution soit de s’abstenir.

Mais l’Administration s’y est refusé, car elle savait que si elle soutenait cette résolution l’AIPC (American Israel Public Affairs Committee) deviendrait fou ainsi que ses supporters au Sénat et à la Chambre des représentants (surtout à la Chambre dont certains membres ont déjà sonné l’alarme).

Et les appels des donateurs liés à l’AIPAC commenceraient à arriver pour le menacer de ne plus apporter leur soutien à la réélection du président s’il n’opposait pas son veto. Et Netanyahu ferait à Obama ce qu’il a fait à Clinton quand il était président : c’est à dire épauler les républicains (son préféré est l’ancien président de la Chambre Newt Gingrich) pour faire tomber Obama.

Quelle marche de manoeuvre restait-t-il donc à l’Administration ? Elle qui ne jugeait pas opportun d’opposer son veto mais qui craignait les représailles si elle ne le faisait pas ?

Plus tôt dans la semaine, elle avait envisagé d’obtenir du conseil de sécurité une déclaration (à la place d’une résolution) qui ne critiquerait les colonies que légèrement. Voilà , selon le ministère des affaires étrangères, la déclaration en question : "... exprime sa forte opposition à toute action unilatérale de n’importe lequel des deux camps qui présumerait de l’issue des négociation et qui ne sera pas reconnue par la communauté internationale, et réaffirme qu’il ne considère pas comme légitime l’activité incessante dans les colonies, activité qui constitue un sérieux obstacle au processus de paix." La déclaration condamne aussi "toutes formes de violence, y compris les roquettes envoyées de Gaza et souligne le besoin de calme et de sécurité des deux peuples."

Avez-vous remarqué si les colonies sont bien mentionnées dans la déclaration ? Lisez lentement. Elles y sont bien.

Quand on lit la déclaration, on comprend vite qui l’a rédigé. Elle ne parle pas seulement des colonies, elle mentionne des choses sans aucun rapport avec elles (dans ce contexte) mais qui sont chères à l’AIPAC comme "les roquettes envoyées par Gaza" qui n’ont rien à voir avec les colonies de Cisjordanie. En d’autres termes, c’est un document de travail rédigé par l’AIPAC à la Chambre, bien qu’on n’y trouve pas le traditionnel "Hourra à Israël" dont est coutumier le Congrès mais que le Conseil de Sécurité de l’ONU risque de ne pas apprécier.

Tout cela pour éviter d’opposer son veto à une résolution conforme à la politique des USA. Inutile de dire que la stratégie des USA a échoué. L’hypocrisie marche seulement quand elle ne se voit pas.

Comme je l’ai écrit plus tôt dans la semaine, voilà ce qui arrive quand les donateurs et non les diplomates conduisent la politique des USA. Il est regrettable qu’il leur soit indifférent de faire passer les USA pour la marionnette de Netanyahu aux yeux du monde entier.

MJ. Rosenberg est un expert en politique étrangère confirmé de Media Matters Action Network. L’article ci-dessus est paru d’abord dans Foreign Policy Matters, qui fait partie de Media Matters Action Network. On peut suivre le travail de MJ. Rosenberg sur Facebook ou sur Twitter

Pour consulter l’original :
http://english.aljazeera.net/indepth/opinion/2011/02/201121815137386765.html

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 12843
  

Même Thème
Une histoire populaire de la Résistance palestinienne.
Mazin QUMSIYEH
20 ans après la signature des Accords d’Oslo, découvrez l’Histoire de la Résistance palestinienne depuis le commencement, avec la lutte contre la domination ottomane, jusqu’à nos jours avec la campagne BDS (Boycotts, Désinvestissements et Sanctions)... Chercheur en génétique et professeur aux Universités de Bethléem et de Birzeit, après avoir enseigné aux États-Unis, le docteur Mazin QUMSIYEH est président du Centre palestinien pour le rapprochement entre les peuples. Figure importante de la résistance (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.