RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 

OTAN ou non-alignement ?

Le 4 avril, la Finlande a rejoint l’OTAN, devenant ainsi son 31e État membre. Ce faisant, l’OTAN a doublé la longueur de sa frontière avec la Russie. La Finlande accueillera désormais des bases militaires étasuniennes et de l’OTAN sur son sol, y compris la capacité de stationner des missiles nucléaires étasuniens à moins de 5 minutes de distance de frappe de Saint-Pétersbourg et à 7 minutes de Moscou.

Dans le langage militaire, cela fournira aux États-Unis une « primauté nucléaire », c’est-à-dire une capacité de première frappe nucléaire. L’historien d’investigation Eric Zuesse explique :

Les missiles nucléaires américains, "seront à seulement 7 minutes de distance de frappe éclair d’annihiler instantanément le commandement central de la Russie : si vite que pour que la Russie soit en mesure de reconnaître que le missile avait effectivement été lancé, puis de libérer [l’arsenal nucléaire] de la Russie en réponse, serait impossible. Jusqu’à aujourd’hui, aucun pays membre de l’OTAN n’était aussi proche du Kremlin. L’adhésion de la Finlande donne au commandement central américain la "primauté nucléaire" – la capacité de "gagner" une guerre nucléaire contre la Russie, pas seulement d’en empêcher une..." [1]

Zuesse poursuit en disant :

"La méta-stratégie de guerre nucléaire de Primauté nucléaire comprend l’acceptation qu’au moins quelques millions d’Américains mourraient dans une guerre américano-russe, même dans les meilleures circonstances, mais considère que cela vaut bien l’émergence de l’Amérique après la troisième guerre mondiale comme l’incontestable maître de la planète entière.

La rhétorique selon laquelle l’adhésion de la Finlande à l’OTAN rend en quelque sorte le monde – ou même la Finlande – plus sûr, relève de la folie de la guerre froide.

Encercler la Russie

En février 1990, le secrétaire d’État de George H. W. Bush, James Baker, a donné à son homologue soviétique, Edouard Chevardnadze, « des garanties absolues que la juridiction ou les forces de l’OTAN ne se déplaceraient pas vers l’est ». Le même jour à Moscou, il a déclaré au secrétaire général soviétique Mikhaïl Gorbatchev que l’alliance ne se déplacerait pas "d’un pouce vers l’est".[2]

Depuis lors, 15 États-nations à l’est de Berlin ont rejoint l’OTAN, dont 4 bordent directement la Russie : la Norvège, l’Estonie, la Lettonie et maintenant la Finlande. L’Ukraine, qui partage une frontière de 2300 km avec la Russie, sinon la dernière pièce du puzzle (ce serait la Biélorussie et la Géorgie), serait le joyau de la couronne offensive de l’OTAN.

L’expansion de l’OTAN vers l’est n’a rien à voir avec la défense. Défense contre quoi ? Le budget militaire de la Russie – 61,7 milliards de dollars – est minuscule comparé à celui des États-Unis : 778 milliards de dollars. Il est comparable à celui de la Grande-Bretagne : 59,2 milliards de dollars, un budget que le gouvernement britannique s’est engagé à doubler au cours des 7 prochaines années. Et c’est légèrement moins que chacun en France : 52,7 milliards de dollars ; Allemagne : 52,8 milliards de dollars ; et le Japon : 49,1 milliards de dollars, 3 nations qui se sont également récemment engagées dans une militarisation massive. [3]

En plus des dépenses militaires, les bases militaires à l’étranger sont des indices utiles de la capacité et de l’intention offensives. La Russie en a environ 35. La Grande-Bretagne en a 145. Les États-Unis en ont environ 750 ! (la Chine en a 5).

L’OTAN n’a jamais été une défense

Lorsque 12 États ont formé l’OTAN en 1949, l’excuse était de "protéger les valeurs et le mode de vie de l’Occident contre le socialisme soviétique." En gardant à l’esprit que l’Union soviétique venait de perdre 28 millions de citoyens en battant l’Allemagne nazie et en libérant les deux tiers de l’Europe, dans un guerre dont les États-Unis s’étaient tenus à l’écart pendant 5 ans ; et une guerre dans laquelle la Grande-Bretagne avait pendant 4 ans choisi de contester les territoires coloniaux nord-africains plutôt que d’ouvrir un front occidental contre la puissance de la Wehrmacht ; nous voudrions peut-être nous demander à quoi correspondaient ces « valeurs occidentales », autres que l’intérêt impérial nu.

Des décennies plus tard, le récit de la guerre froide persistait selon lequel l’OTAN avait été formée pour défendre l’ouest contre le Pacte de Varsovie. En fait, le Pacte de Varsovie n’a été formé qu’en 1955, après 6 ans de bellicisme de l’OTAN. Comme on pouvait s’y attendre, lorsque le Pacte de Varsovie a été dissous en 1991, l’OTAN n’a pas été dissoute. Au contraire, elle a doublé ses effectifs. Plus de 30 ans plus tard, elle poursuit sa mission de rassembler le reste du monde conformément aux intérêts du capital occidental exporté tout en subordonnant ses membres à l’hégémonie des EU.
Depuis sa création en 1949, les pays de l’OTAN, principalement les États-Unis, ont été impliqués dans de multiples guerres d’invasion et de conquête, sous couvert de « maintien de la paix » et de « résolution des conflits » (!) Selon une étude, les États-Unis se sont engagés dans 64 opérations secrètes et six tentatives manifestes de changement de régime pendant la guerre froide. [4]

Depuis la défaite de l’Union soviétique en 1990, la « guerre contre le terrorisme » – en vérité, une guerre impériale de terreur – a infligé des ravages avec des millions de morts, créant 30 millions de personnes déplacées dont le gouvernement britannique cherche à se laver les mains.

La Grande-Bretagne et l’OTAN ont participé à ces guerres, explicitement soutenu les États-Unis ou les ont secrètement soutenus, notamment en Yougoslavie, en Irak, en Libye, en Somalie, au Yémen, en Afghanistan et en Syrie.

Ukraine

L’Ukraine est le dernier cas d’ingérence militaire des EU. Les puissances de l’OTAN et les médias occidentaux ont fait des heures supplémentaires au cours des 24 derniers mois pour réécrire l’histoire et présenter la guerre en Ukraine comme une provocation russe. La réalité est que :

* Les États-Unis ont organisé le coup d’État en 2014 qui a renversé le gouvernement élu et permis à Kiev de lancer sa guerre de 8 ans contre les Républiques populaires de Donetsk et de Louhansk ;

* Les puissances clés de l’OTAN, la France et l’Allemagne, ont arrangé les accords de Minsk – qu’ils ont ensuite abandonnés – pour donner aux États-Unis le temps d’armer et d’entraîner l’armée ukrainienne pour un assaut total contre le Donbass et la guerre inévitable avec la Russie. Merkel et Hollande ont admis cette année que les négociations de Minsk étaient une tactique dilatoire délibérée et qu’ils n’avaient aucune intention d’obtenir et de mettre en œuvre un accord négocié.

* Le plan étasunien d’entraîner la Russie dans une guerre en Ukraine est décrit et expliqué dans le rapport 2019 de la Rand Corporation, “ Overextending and Unbalancing Russia ” [5]

* L’intervention militaire de la Russie pour défendre et libérer les Républiques populaires de Donetsk et de Louhansk a été accueillie par un déploiement massif d’armes de l’OTAN ainsi qu’un soutien économique et diplomatique au régime d’extrême droite de Zelensky.

Le pipeline NORD STREAM 2 – une attaque autant l’Allemagne que la Russie

Après le brillant rapport d’enquête de Seymour Hersch, il ne fait aucun doute que les États-Unis ont fait sauter le gazoduc qui acheminait le gaz de la Russie vers l’Allemagne.[6] Qu’il s’agisse d’un acte de terrorisme d’État contre la Russie est clair. Mais ce fut également une attaque dévastatrice contre l’Allemagne. Le résultat immédiat est que les Allemands devront désormais payer 40 % de plus pour leur gaz, qui sera acheté aux monopoles étasuniens du gaz naturel liquéfié.

Un merveilleux coup de fouet pour le capital des EU. Mais, plus que cela, c’était une leçon directe et violente de pouvoir et de coercition à ses alliés européens de l’OTAN qu’ils ne seront pas autorisés à établir des relations économiques avec la Russie, ou d’autres États désapprouvés par les États-Unis, et resteront dans l’orbite de Contrôle politique et économique des États-Unis. La douce acceptation par l’Allemagne est révélatrice de la façon dont Berlin perçoit actuellement les relations de pouvoir entre les deux États. Cela ne durera pas éternellement, mais cela montre à quel point l’OTAN est un outil de contrôle interne de ses membres par les États-Unis ainsi que de brutalisation des États qui souhaitent affirmer leur indépendance vis-à-vis de l’Empire.

Dédollarisation

Le rejet du dollar comme monnaie obligatoire pour le commerce international est révélateur des tensions croissantes sur l’ordre mondial étasunien et du début de nouvelles opportunités pour le non-alignement. La réponse de l’establishment étasunien à l’abandon du dollar par les États est éclairante – et alarmante. Le sénateur Marco Rubio a récemment laissé le chat sortir du sac dans une explosion étonnante : "Juste aujourd’hui, le Brésil, le plus grand pays de l’hémisphère occidental, a conclu un accord commercial avec la Chine. Ils vont, à partir de maintenant, faire du commerce dans leur propre monnaie, contourner le dollar. Ils créent une économie secondaire dans le monde, totalement indépendante des États-Unis. Nous n’aurons pas à parler de sanctions dans cinq ans, car il y aura tellement de pays qui effectueront des transactions dans des devises autres que le dollar que nous n’aurons pas la capacité de les sanctionner. " [7]

Le point de vue de Rubio a été approuvé par Fareed Zakaria dans le Washington Post : "Le dollar est la superpuissance américaine. Il donne à Washington un pouvoir économique et politique inégalé. Les États-Unis peuvent imposer unilatéralement des sanctions à des pays, les excluant de larges pans de l’économie mondiale. Et lorsque Washington dépense librement, il peut être certain que sa dette sera racheté par le reste du monde." [8]

Le spécialiste du Pentagone, Elbridge Colby, a soutenu l’idée que les États-Unis pourraient "ne pas être en mesure de financer une guerre avec la Chine si le dollar perdait son statut de monnaie de réserve mondiale". [9]

Des États disposant d’un levier économique important, tels que l’Inde, la Chine, le Brésil, la Russie et l’Arabie saoudite, négocient des accords basés sur leurs propres devises. Ces développements ne sont pas sans répercussions problématiques. Ils sont le coin d’un nouvel ordre mondial multipolaire qui, à court terme, est déstabilisant et porte la menace de nouveaux conflits dirigés par les États-Unis. Mais ils portent également l’espoir d’un effet domino dans le commerce mondial qui ouvre d’importantes occasions pour les États plus pauvres et non alignés de commercer plus librement, sans la menace appauvrissante de sanctions et l’imposition d’une dette qui ne pourra jamais être remboursée.

L’OTAN et le non-alignement

Le Mouvement des non-alignés (MNA) trouve ses origines dans la Conférence de Bandung d’avril 1955 en Indonésie, inspiré par trois dirigeants mondiaux : Nehru de l’Inde, Tito de Yougoslavie et Nasser d’Égypte. Il a été officiellement lancé en 1961. Il rassemble 120 nations représentant près des deux tiers des membres des Nations Unies et 55 % de la population mondiale. Il est indépendant des blocs militaires – aujourd’hui, cela signifie effectivement, pas dans l’OTAN.

Le MNA a basé son travail sur les 10 principes de Bandung, notamment :

* Respect de la souveraineté, de l’égalité et de l’intégrité territoriale de tous les États ;
* Rejet de la possibilité d’un changement anticonstitutionnel de gouvernement, ainsi que des tentatives extérieures de changer le régime de gouvernement ;
* La préservation du droit inaliénable pour chaque État est libre, sans ingérence de l’extérieur, de déterminer son système politique, social, économique et culturel ; refus d’agression et recours direct ou indirect à la force ;
* Non-application de toute mesure économique, politique ou militaire unilatérale.
Pendant les 30 premières années de son existence, le MNA a joué un rôle crucial dans la décolonisation et la formation de nouveaux États indépendants. Dans l’ordre mondial unipolaire américain post-1990, le MNA a aspiré à occuper une niche politique mondiale qui cherche à s’opposer aux approches et actions unilatérales de l’Occident sur la scène mondiale.

L’OTAN ne défend pas la Grande-Bretagne. Cela nous lie aux queues de peloton de la politique étrangère étasunienne et nous entraîne dans des menaces militaires à l’indépendance et à l’existence même d’autres États. Ce faisant, cela fait du Royaume-Uni une cible de choix pour les représailles. Et tant que la Grande-Bretagne conserve son arsenal nucléaire et insiste pour faire jouer ses muscles impériaux – comme envoyer une flotte d’attaque en mer de Chine méridionale comme elle l’a fait l’année dernière – notre adhésion à l’OTAN représente une menace existentielle auto-infligée.

Les arguments en faveur du retrait de la Grande-Bretagne de l’OTAN et de son adhésion au Mouvement des pays non alignés se renforcent à mesure que l’ordre mondial unipolaire étasunien commence à se fissurer, et que la réponse des EU consiste de plus en plus à faire la guerre et à aligner ses "alliés". Une Grande-Bretagne non alignée serait libre de participer aux alliances économiques et commerciales internationales qui émergent, telles que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et de forger des relations de coopération pacifiques à long terme indépendamment du dollar. Le résultat sera une Grande-Bretagne plus prospère et un monde plus sûr.

Remarques :

1. La conquête planifiée secrète de la Russie par l’Amérique, par Eric Zuesse, 2016
2. Comment Gorbatchev a été trompé sur les assurances contre l’expansion de l’OTAN. Veille OTAN. 01/02/2018
3. Les dépenses militaires mondiales s’élèvent à près de 2 000 milliards de dollars en 2020. Institut international de recherche sur la paix de Stockholm. 26/4/21
4. La logique stratégique du changement de régime secret : les campagnes de changement de régime soutenues par les États-Unis pendant la guerre froide. Etudes de sécurité. 29 : 92–127. Lindsey O’Rourke. 29/11/2019
5. “ Extension excessive et déséquilibre de la Russie - Évaluer l’impact des options imposant des coûts ”. Société Rand. 2019
6. “ Comment l’Amérique a supprimé le pipeline Nord Stream ”, par Seymour Hersch. 02/08/23
7. “ Marco Rubio développe accidentellement un grand argument contre l’hégémonie du dollar ”, par Caitlin Johnstone. 04/03/23
8. Idem
9. Idem

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0bebi3WH...
URL de cet article 38616
  

L’Archipel du génocide
Geoffrey B. Robinson
Les événements atroces survenus en Indonésie à l’automne 1965 restent encore aujourd’hui largement méconnus du grand public et jamais évoqués par les grands médias. En octobre 1965 débute pourtant l’un des pires massacres de masse du XXe siècle, de communistes ou assimilés, avec l’appui des États-Unis, de la Grande- Bretagne, et d’autres puissances comme l’Australie, les Pays-Bas et la Malaisie. Les estimations varient entre 500 000 et trois millions de personnes exterminées, sans compter les incarcérés, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.